CHAMPOLLION JEAN-FRANÇOIS (1790-1832)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le voyage en Égypte

Le 18 août 1828, Champollion pose enfin le pied sur la terre égyptienne, partageant avec Hippolyte Rosellini, professeur de langues orientales à Pise, la tête de la première expédition scientifique envoyée dans la vallée du Nil, commanditée par la France et le grand-duché de Toscane. Ce voyage tant attendu a été longuement mûri ; aussi, malgré la chaleur et une santé souvent défaillante, Champollion ne ménage pas sa peine. Habillé à la turque, il ne manquerait pour rien au monde la visite d'un site, même lorsque les conditions d'accès en sont périlleuses. Conscient que ne s'improvise pas archéologue qui veut, il ne cherche pas à ouvrir de nouveaux chantiers car, comme il l'écrit lui-même, « ce n'est point mon métier et les Arabes fouilleurs ont besoin d'une surveillance de chaque seconde, sans laquelle ils ne trouvent rien ou font disparaître tout ce qu'ils trouvent ». Il multiplie en revanche les dessins et les relevés épigraphiques, se targuant d'être plus précis que son vieil ennemi Edme Jomard, responsable de la publication de la Description de l'Égypte, qu'il accuse d'avoir, à l'époque de l'expédition de Bonaparte, « oublié de bien regarder les originaux ». Certes il a sur son prédécesseur l'avantage de comprendre les inscriptions qu'il reproduit, mais la pénétration de son regard n'omet aucun détail.À Thèbes, par exemple, il découvre, parmi les hypogées pharaoniques de la Vallée des Rois, la tombe d'une femme « ayant exercé par elle-même le pouvoir souverain », la reine Taousert, dont Théophile Gautier, lecteur enthousiaste et attentif de Champollion, fera, en 1858, l'héroïne de son Roman de la momie.

Outre « quinze cents dessins dont une grande partie coloriée [...] sur place » et la promesse de Méhémet Ali de céder à la France les obélisques de Louxor, Champollion rapporte, pour le Louvre, une collection de cent deux pièces ou lots. Conscient de la nécessité de soumettre les fouilles à un règlement, il adresse d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Jean-François Champollion

Jean-François Champollion
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Cartouches royaux dessinés par Champollion

Cartouches royaux dessinés par Champollion
Crédits : Renaud de Spens

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Paris-IV-Sorbonne, docteur d'État

Classification

Autres références

«  CHAMPOLLION JEAN-FRANÇOIS (1790-1832)  » est également traité dans :

ÉCRITURE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BALPE, 
  • Anne-Marie CHRISTIN
  •  • 10 415 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'écriture et l'Occident »  : […] Le déchiffrement des hiéroglyphes égyptiens, que Champollion réalisa en 1822 après des siècles d'essais infructueux, a bouleversé la conception que l'Occident se faisait jusqu'alors de l'écriture. Non seulement ces figures pittoresques que l'on interprétait par tradition comme des symboles ou des copies réalistes se révélaient être des signes, mais on leur découvrait aussi une faculté qui sembl […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - L'écriture

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 4 054 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Étapes du déchiffrement »  : […] L'aventure du déchiffrement commence en 1799, à Rosette, dans le Delta, avec la découverte d'un bloc de basalte portant un texte gravé en trois écritures différentes. L'une des trois était grecque : c'était un décret de Ptolémée V Épiphane (196 av. J.-C.). Des deux autres, l'une était constituée de signes identiques à ceux des monuments encore debout, c'était donc un texte hiéroglyphique ; l'autr […] Lire la suite

ÉGYPTE DES PHARAONS (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 520 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le déchiffrement des hiéroglyphes »  : […] La percée du mystère des hiéroglyphes obsède l’Occident depuis la Renaissance, et la première impression en 1505 suivie de beaucoup d’autres jusqu’au xviii e  siècle du traité des Hieroglyphica d’Horapollon ouvre une tradition d’interprétation allégorique et ésotérique aussi riche qu’erronée. C’est Jean-François Champollion (1790-1832) qui perce leur secret, en 1822. Passionné de langues antiques […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Annie FORGEAU, « CHAMPOLLION JEAN-FRANÇOIS - (1790-1832) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-francois-champollion/