CHAMPOLLION JEAN-FRANÇOIS (1790-1832)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Jean-François Champollion

Jean-François Champollion
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Cartouches royaux dessinés par Champollion

Cartouches royaux dessinés par Champollion
Crédits : Renaud de Spens

photographie


L'Égypte au musée du Louvre

La gloire du déchiffrement effaça toutefois le passé politique de Champollion le Jeune, et c'est grâce au soutien du duc de Blacas, favori de Louis XVIII, que paraît aux frais de l'État en 1824 le Précis du système hiéroglyphique des anciens Égyptiens. La protection du duc lui procure aussi le financement d'un voyage en Italie car, faute de pouvoir admirer les monuments in situ, Jean-François veut étudier la collection rassemblée par le consul Bernardino Drovetti qu'a refusée la France mais que vient d'acheter le roi de Sardaigne et de Piémont pour le musée égyptien de Turin. Il peut ainsi vérifier l'exactitude de sa méthode sur des inscriptions réelles et, ô merveille !, les textes effectivement lui « parlent ». Ayant, lors de son passage à Livourne, mesuré la richesse de la collection du consul anglais Henry Salt, il parvient à convaincre Charles X de ne pas répéter l'erreur de Louis XVIII et de s'en porter acquéreur. Cet ensemble de 4 014 pièces constituera le premier fonds conséquent de la division des Antiquités égyptiennes du musée Charles X créée le 15 mai 1826, dont la direction revient à Champollion, qui a pour charge annexe d'assurer, chaque été, un cours d'archéologie public et gratuit. Tout est à faire et le nouveau directeur s'attelle à la tâche avec ardeur. S'il ne parvient guère à imposer ses vues sur la question de l'aménagement, pour lequel il ne veut « ni marbres ni décoration à la romaine ou à la grecque », mais une imitation de l'art égyptien, il met à profit l'expérience acquise à Turin pour organiser l'exposition des œuvres selon des conceptions muséologiques rigoureuses. En rupture avec les pratiques antérieures, il opte pour un parcours thématique, identifie chaque objet par une étiquette et rédige, pour éclairer les visiteurs, une Notice descriptive des monuments égyptiens du musée Charles X. Il faut aussi porter à son crédit l'achat de la seconde collection Drovetti, dont la première caisse au moins arrive à temps pour l'inauguratio [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Paris-IV-Sorbonne, docteur d'État

Classification


Autres références

«  CHAMPOLLION JEAN-FRANÇOIS (1790-1832)  » est également traité dans :

ÉCRITURE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BALPE, 
  • Anne-Marie CHRISTIN
  •  • 10 415 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'écriture et l'Occident »  : […] Le déchiffrement des hiéroglyphes égyptiens, que Champollion réalisa en 1822 après des siècles d'essais infructueux, a bouleversé la conception que l'Occident se faisait jusqu'alors de l'écriture. Non seulement ces figures pittoresques que l'on interprétait par tradition comme des symboles ou des copies réalistes se révélaient être des signes, mais on leur découvrait aussi une faculté qui sembl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecriture/#i_9865

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - L'écriture

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 4 054 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Étapes du déchiffrement »  : […] L'aventure du déchiffrement commence en 1799, à Rosette, dans le Delta, avec la découverte d'un bloc de basalte portant un texte gravé en trois écritures différentes. L'une des trois était grecque : c'était un décret de Ptolémée V Épiphane (196 av. J.-C.). Des deux autres, l'une était constituée de signes identiques à ceux des monuments encore debout, c'était donc un texte hiéroglyphique ; l'autr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-antique-civilisation-l-ecriture/#i_9865

ÉGYPTE DES PHARAONS (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 520 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le déchiffrement des hiéroglyphes »  : […] La percée du mystère des hiéroglyphes obsède l’Occident depuis la Renaissance, et la première impression en 1505 suivie de beaucoup d’autres jusqu’au xviii e  siècle du traité des Hieroglyphica d’Horapollon ouvre une tradition d’interprétation allégorique et ésotérique aussi riche qu’erronée. C’est Jean-François Champollion […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-des-pharaons/#i_9865

Voir aussi

Pour citer l’article

Annie FORGEAU, « CHAMPOLLION JEAN-FRANÇOIS - (1790-1832) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-francois-champollion/