LA FONTAINE JEAN DE (1621-1695)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La canonisation de l’homme et de l’œuvre

La fin de l’existence du poète est marquée par la Querelle des Anciens et des Modernes, déclenchée par un poème de Perrault louant la réussite culturelle sans exemple des auteurs du temps. La Fontaine, dans l’Épître à Huet, prend clairement parti pour les auteurs de l’Antiquité, dont la pérennité miraculeuse atteste qu’ils sont des « guides » incomparables pour tout écrivain espérant atteindre, à son tour, une perfection intemporelle, grâce à une « imitation » qui, toutefois, « n’est point un esclavage ». Mais cette position est quelque peu éclipsée par l’usage que font de son œuvre les partisans des Modernes, qui voient en La Fontaine un exemple probant de réussite esthétique novatrice : ses Fables ne dépassent-elles pas infiniment celles d’Ésope, et même celles de Phèdre ? Premier exemple d’un phénomène récurrent qui ira s’accentuant après sa mort : le brouillage, voire la distorsion de la figure du poète, selon des intérêts très variables.

Cette distorsion concerne d’abord l’image de l’homme lui-même, bientôt enveloppé d’un halo de légendes particulièrement dense. Au fil des textes biographiques qui lui sont consacrés au XVIIIe siècle, les anecdotes les plus fantaisistes et invérifiables font de lui un être rêveur, étourdi, écrivant des Contes érotiques sans penser à mal, révélant en revanche pleinement l’étendue de son génie littéraire et moral dans la fable.

Elle touche ensuite ses textes. Si le xixe siècle commence par faire de La Fontaine l’« Homère » français (Sainte-Beuve), seul véritable poète du Grand Siècle, on l’érige bientôt en précepteur de la jeunesse dans les classes de la IIIe République. Ses Fables sont lues, de façon utilitaire, comme un manuel de morale laïque, au prix de l’effacement de leur dimension poétique et de ses autres œuvres.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Médias de l’article

Jean de la Fontaine, H. Rigaud

Jean de la Fontaine, H. Rigaud
Crédits : Photo Josse/ Leemage/ Corbis/ Getty Images

photographie

Le Loup et l’Agneau, illustration de G.Doré

Le Loup et l’Agneau, illustration de G.Doré
Crédits : AKG-Images

photographie

Les Animaux malades de la peste, gravure de Auguste Delierre

Les Animaux malades de la peste, gravure de Auguste Delierre
Crédits : Liszt Collection/ Heritage Images/ Age Fotostock

photographie





Écrit par :

  • : maître de conférences en littérature française, Sorbonne Université

Classification


Autres références

«  LA FONTAINE JEAN DE (1621-1695)  » est également traité dans :

FABLES (J. de La Fontaine) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 968 mots
  •  • 2 médias

Jean de La Fontaine (1621-1695) a quarante-six ans quand, en mars 1668, Barbin, éditeur prestigieux de Boileau et de Racine, fait paraître les six premiers livres des Fables choisies et mises en vers par M. de La Fontaine. Elles sont précédées d'une Épître à Monseigneur le Dauphin , le fils de Louis XIV, alors âgé de sept ans ; d'une Préface qui proclame que les textes ont déjà du succès avant […] Lire la suite

APOLOGUE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 443 mots

La narration d'une anecdote à personnages animaux, ou parfois végétaux, agissant et parlant comme les humains et, le cas échéant, en leur compagnie, a toujours servi à illustrer des leçons de prudence ou de morale pour les hommes. Le genre, préexistant à la notion de genre, plonge ses racines à la fois dans la nuit des temps et dans l'infralittérature. Tout éternel qu'il paraisse, il présente en o […] Lire la suite

FABLE, notion de

  • Écrit par 
  • Christophe TRIAU
  •  • 1 096 mots

« Fable », issu du latin fabula , est le terme que le théâtre utilise traditionnellement pour désigner l'histoire racontée – là où le grec, et la Poétique (env. 340 av. J.-C.) d'Aristote tout particulièrement, emploie le terme muthos . Selon Aristote, la fable est le plus important des constituants, « le principe, l'âme pour ainsi dire », de la tragédie comme de l'épopée. En effet, la représentat […] Lire la suite

FABLE

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 3 264 mots

Dans le chapitre « Le dernier des fabulistes ? »  : […] Faut-il, avec l'entomologiste J. H. Fabre, s'étonner des « grossiers non-sens » de La Fontaine et rappeler que la cigale n'est ni granivore ni insectivore ? À ce compte, pourquoi ne pas incriminer aussi l'étrange erreur de ces bêtes qui parlent et qui chantent ? Le fabuliste a sans doute su que les cigales disposent d'un délicat suçoir à sève, mais peut-on lui tenir grief d'avoir maintenu, dans un […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « La poésie »  : […] En poésie, par exemple, parmi les quelque quatre cents poètes qui publient entre 1600 et 1630, la modernité du lyrisme véhément de Théophile de Viau , naturaliste, imaginatif et rebelle, diffère en tout de celle de Malherbe , raisonnée et architecturée, coulée dans le moule des formes prosodiques héritées de l’antique, pourtant en rupture revendiquée avec la « passion mythologique » qui caractéris […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

12-26 février 2008 • Liban • Assassinat du chef militaire du Hezbollah.

Le 12, le chef militaire du Hezbollah libanais Imad Moughnieh est tué à Damas dans un attentat à la voiture piégée. Dans la clandestinité depuis les années 1980, il était tenu pour responsable de nombreux attentats et prises d'otages, comme celle des Français Michel Seurat, Marcel Fontaine, Marcel [...] Lire la suite

17 juin 2002 • France • Constitution du nouveau gouvernement Raffarin.

Reconduit au poste de Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin annonce la composition de son second gouvernement, qui comprend 12 nouveaux membres, soit 39 au total. Renaud Donnedieu de Vabres, ministre délégué aux Affaires européennes, présente sa démission. La Cour de cassation avait rejeté, le 12 [...] Lire la suite

4-18 mai 1988 • France - Iran • Libération des otages français du Liban et amélioration des relations franco-iraniennes

Le 4, les trois otages français retenus au Liban, les diplomates Marcel Carton et Marcel Fontaine, enlevés le 22 mars 1985, et le journaliste Jean-Paul Kauffmann, enlevé en compagnie du chercheur Michel Seurat, décédé depuis lors, le 22 mai 1985, sont libérés à Beyrouth-Ouest. Remis à l'émissaire [...] Lire la suite

12-31 janvier 1987 • Liban • Prise en otage de treize étrangers en deux semaines à Beyrouth-Ouest

-Ouest. Il venait de « couvrir » l'arrivée dans la capitale libanaise de Terry Waite, l'émissaire britannique de l'Église anglicane, qui s'efforce d'obtenir la libération d'otages occidentaux. Cinq autres Français sont retenus en otages au Liban : Marcel Carton et Marcel Fontaine, depuis le 22 mars 1985 [...] Lire la suite

24-30 décembre 1986 • Liban - France • Libération d'un otage français, assassinat de trois otages juifs libanais

, en ce jour de Noël, les cinq otages français encore détenus au Liban : outre Jean-Louis Normandin, les diplomates Marcel Fontaine et Marcel Carton, le journaliste Jean-Paul Kauffmann, et le chercheur Michel Seurat, dont le Djihad islamique a annoncé la mort sans en fournir la preuve. Le 30, l'Organisation [...] Lire la suite

5-21 mars 1986 • France • Nouvelle prise d'otages français au Liban

. Le 13, le Djihad islamique fait parvenir à la presse, à Beyrouth, une cassette vidéo sur laquelle sont enregistrés des messages de Marcel Carton, Marcel Fontaine et Jean-Paul Kauffmann : les trois otages, détenus depuis près d'un an, lisent des textes qui demandent une modification de la politique [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Tiphaine ROLLAND, « LA FONTAINE JEAN DE - (1621-1695) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-de-la-fontaine/