TRICHET JEAN-CLAUDE (1942- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Haut fonctionnaire français, il a dirigé la Banque centrale européenne de 2003 à 2011.

En novembre 2003, couronnement de sa carrière d'inspecteur des finances, Jean-Claude Trichet passe du siège de gouverneur de la Banque de France à celui de gouverneur de la Banque centrale européenne (B.C.E.). Cette promotion ne semble avoir changé ni sa philosophie économique, ni le type de relations qu'il entretient avec la classe politique française, ce constant défenseur de la rigueur monétaire continuant d'affronter l'hostilité de certains dirigeants français. Si, malgré ces critiques, il mène une carrière brillante, c'est grâce à un comportement courtois et distancié, très représentatif de la haute fonction publique française, mais aussi parce que la politique qu'il incarne est conforme à la pensée économique devenue dominante au sommet des pays industrialisés de Tōkyō en 1979. Le président américain Jimmy Carter avait alors fait entériner l'abandon des politiques keynésiennes et la nécessité de politiques monétaires restrictives pour lutter contre l'inflation. À l'époque, dans l'équipe élyséenne, on trouve Jean-Claude Trichet.

Jean-Claude Trichet

Photographie : Jean-Claude Trichet

Pendant toute la durée de son mandat à la tête de la Banque centrale européenne, de 2003 à 2011, Jean-Claude Trichet a poursuivi l'objectif de rigueur monétaire et de lutte contre l'inflation avec une opiniâtreté à faire pâlir d'envie la Bundesbank. 

Crédits : BCE

Afficher

Il est né le 20 décembre 1942 à Lyon, dans une famille d'universitaires. Élève doué, il passe les concours des grandes écoles d'ingénieur. Mais ses résultats le déçoivent. Diplômé de l'École des mines de Nancy, il prépare l'E.N.A., qu'il intègre en 1969. S'il y affirme une sensibilité socialisante, celle-ci se dissout dans le vécu de ses premières années de haut fonctionnaire et dans les tumultes d'une gauche qui semble condamnée à l'opposition. À la fin de 1978, il est conseiller technique au secrétariat général de l'Élysée après un bref passage au cabinet du ministre des Finances de René Monory.

L'alternance politique de mai 1981 le renvoie à la direction du Trésor, où il attend son heure. Elle vient en 1986, quand le nouveau ministre des Finances, Édouard Balladur, lui confie la direction de son cabinet.

Depuis le second choc pétrolier, la politique économique française se cherche : elle a connu l'austérité modérée de Raymond Barre, la relance de Pierre Mauroy, la rigueur de Jacques Delors, le franc fort de Pierre Bérégovoy. Pour Jean-Claude Trichet, toutes ces politiques souffrent d'être à courte vue : la relance keynésienne a sombré en un an dans l'inflation et le déficit extérieur ; la contraction de la demande par la rigueur budgétaire ne pouvait que répondre aux efforts entrepris pour redresser les comptes extérieurs ; le franc fort était le moyen de sauver le système monétaire européen. Il propose donc une politique de long terme qu'il baptise la « désinflation compétitive ». Si cette politique repose sur la politique monétaire, comme celle du franc fort, elle n'est pas tournée vers un objectif de change (d'ailleurs, le franc est dévalué en 1986). Son but premier est la disparition de l'inflation et son but ultime, un taux d'intérêt à long terme peu élevé. En effet, une croissance durable suppose un niveau significatif d'investissements. Ces derniers sont d'autant plus importants que leur coût est faible, c'est-à-dire que les taux d'intérêt sont bas. Or une politique continue de lutte contre l'inflation rassure les opérateurs financiers, qui sont prêts à accepter des taux faibles. Cette politique, Jean-Claude Trichet la fonde sur les théories dites de la nouvelle macroéconomie classique, selon lesquelles les anticipations rendent vaine la politique conjoncturelle. Il en trouve la justification concrète dans une courbe représentant l'évolution comparée des taux longs américain et français, qu'il fait régulièrement distribuer à la presse. De 1914 à 1995, le taux français est le plus élevé. Sur les années récentes, la différence la plus grande apparaît en juillet 1981, en pleine relance keynésienne : le taux long est de 17 p. 100 en France, contre 13,4 p. 100 aux États-Unis. À partir de 1995, le taux français devient inférieur au taux américain. Cette politique de désinflation compétitive reçoit apparemment le soutien des dirigeants politiques puisque Jean-Claude Trichet se voit confier les fonctions les plus prestigieuses : [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TRICHET JEAN-CLAUDE (1942- )  » est également traité dans :

DRAGHI MARIO (1947- )

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 108 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De Rome à Francfort »  : […] Mario Draghi est né le 3 septembre 1947 à Rome. Après une licence en économie à l’université La Sapienza de Rome, il achève ses études au Massachusetts Institute of Technology (MIT) qu’il quitte en 1977, un doctorat (Ph D) en poche. Il devient professeur d’économie et de politique monétaire, notamment à Florence, entre 1981 et 1991, année lors de laquelle il rejoint le Trésor public italien en qua […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Marc DANIEL, « TRICHET JEAN-CLAUDE (1942- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-claude-trichet/