MONORY RENÉ (1923-2009)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique français, ancien président du Sénat (1992-1998). Né à Loudun (Vienne), René Monory commence à travailler dans le garage de son père à l'âge de quinze ans. D'un caractère entreprenant, il se lance tôt en politique et est élu maire de Loudun en 1959 ; il le restera durant quarante ans. En 1961, il est élu conseiller général de la Vienne, puis sénateur centriste en 1968. Alors qu'il est président du Conseil général de son département, de 1977 à 2004, il décide, au début des années 1980, de créer un parc européen de l'image ; le Futuroscope, ouvert en 1987 près de Poitiers, deviendra un moteur économique pour la région. Parallèlement, le « garagiste de Loudun » mène une carrière politique au niveau national. Il est ministre de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat dans le gouvernement Barre (1977), puis, en tant que ministre de l'Économie et des Finances (1976-1978), il lance une libération des prix industriels et cherche à encourager l'actionnariat salarié. Il occupe ensuite le ministère de l'Éducation nationale (1986-1988) dans le gouvernement Chirac. En 1992, il succède à Alain Poher à la présidence du Sénat, dont il veut dépoussiérer l'image : il informatise l'ensemble des services et lance le développement d'un site Internet, qui sera en ligne en octobre 1995. Après l'arrivée de la gauche au gouvernement, en 1997, il défend son institution face aux critiques du Premier ministre, Lionel Jospin, qui la qualifie d'« anomalie parmi les démocraties ». Il se représente à la présidence du Sénat en 1998, mais est devancé dès le premier tour de scrutin. Il quitte le palais du Luxembourg à la fin de son mandat, en 2004.

—  Universalis

Classification

Les derniers événements

France. Élection du R.P.R. Christian Poncelet à la présidence du Sénat. 1er octobre 1998

À la suite du renouvellement du tiers du Sénat, en septembre, la Haute Assemblée élit à sa tête le président de la commission des Finances, Christian Poncelet (R.P.R.), au troisième tour de scrutin. Celui-ci remplace René Monory (U.D.F.), président du Sénat depuis octobre 1992, qu'il avait devancé […] Lire la suite

France. Nominations au Conseil constitutionnel. 11-21 février 1998

Le 11, le président du Sénat, René Monory, annonce la nomination de Simone Veil, ancienne présidente du Parlement européen et ancien ministre, au Conseil constitutionnel. Les mandats de Maurice Faure, de Jean Cabannes et de Jacques Robert arrivant à leur terme, le renouvellement du tiers des neuf […] Lire la suite

France. Nomination de Roland Dumas à la présidence du Conseil constitutionnel. 22 février 1995

vient à échéance. Le président du Sénat René Monory nomme Etienne Dailly, vice-président de la Haute Assemblée, et le président de l'Assemblée nationale Philippe Séguin désigne Michel Ameller, ancien secrétaire général de l'Assemblée nationale. […] Lire la suite

France. Discours du roi Juan Carlos et du chancelier Helmut Kohl devant le Parlement. 7-13 octobre 1993

leur hostilité à la politique « personnelle » du président de l'Assemblée. De son côté, le gouvernement s'irrite de cet empiétement du pouvoir législatif sur les prérogatives de l'exécutif. Le 13, le chancelier allemand Helmut Kohl prononce devant le Sénat, à l'invitation de son président René Monory, un discours consacré à l'Éurope et aux relations franco-allemandes. […] Lire la suite

France. Élection de René Monory à la présidence du Sénat. 27 septembre - 2 octobre 1992

de la Haute Assemblée tout en restant sénateur. Le 2 octobre, René Monory (U.D.F.-C.D.S.) est élu président du Sénat au second tour par deux cents voix contre soixante-seize pour Claude Estier (P.S.). La veille, les sénateurs de l'U.D.F. l'avaient désigné comme candidat unique de leur formation afin […] Lire la suite

Pour citer l’article

« MONORY RENÉ - (1923-2009) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-monory/