BABILÉE JEAN (1923-2014)

Danseur étoile, chorégraphe et acteur français, Jean Babilée est entré dans la légende en 1946 avec son interprétation du ballet Le Jeune Homme et la Mort (chorégraphie de Roland Petit sur un livret de Jean Cocteau). Enfant terrible de la danse classique, insaisissable et capable de performances époustouflantes (Colette l’appelait « le garçon qui vole »), il a échappé à toutes les règles et à toutes les normes de la danse.

Un danseur de légende

Jean Babilée, de son vrai nom Jean Gutman, est né le 3 février 1923 à Paris. Il prendra le nom de sa mère, Germaine Babilée, pendant la Seconde Guerre mondiale et l’officialisera en 2000 lorsqu’il épousera sa compagne Zapo rencontrée en 1981. Il entre en 1935 à l’école de danse de l’Opéra de Paris, après avoir vu, au Théâtre des Champs-Élysées, Les Sylphides, interprété par les Ballets russes de Monte-Carlo. Il est alors formé par Gustave Ricaux à l’Opéra de Paris, puis par Victor Gsovsky, Alexandre Volinine, ainsi que par Boris Kniaseff, avec lequel il entretient des rapports plutôt houleux.

Lorsque la guerre éclate, il quitte Paris, en compagnie de Roland Petit, et entre au Ballet de Cannes, dirigé par Marika Besobrasova. En 1942, la zone libre est occupée, le Ballet est dissous. Babilée remonte à Paris et passe une audition à l’Opéra. Serge Lifar l’engage. Il vit alors chez le père de Roland Petit. Mais en 1944, après avoir lu le mot « juif » écrit sur le miroir de sa loge, il rejoint le maquis en Touraine, entre dans la Résistance et participe à des opérations de commandos.

De retour à Paris en 1945, Jean Babilée, alors âgé de vingt-deux ans, reprend la danse. Il intègre les Ballets des Champs-Élysées, compagnie nouvellement fondée par Roland Petit, et crée presque immédiatement Jeu de cartes, sur une chorégraphie de Jeanine Charrat, puis, l’année suivante, Le Jeune Homme et la M

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Agnès IZRINE, « BABILÉE JEAN - (1923-2014) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-babilee/