JARDINSLes Français et leurs jardins

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le jardin naturel

Avec le développement du mouvement écologiste dans les années 1970, l'idée d'une nature menacée dans sa diversité n'inquiète plus seulement les spécialistes. Les modes actuels de production et de commercialisation, la sélection à outrance et la standardisation des produits ont entraîné un appauvrissement considérable de la palette végétale, et suscité en réaction dans le public le désir de retrouver des espèces autrefois courantes et qui ont cessé d'être commercialisées – qu'il s'agisse de plantes ornementales ou qu'il s'agisse de fruits et de légumes. Des collectionneurs érudits et des amateurs avertis se sont mobilisés les premiers, bien avant les pouvoirs publics, pour la sauvegarde des espèces en voie de disparition. Ils sont partis à la recherche des variétés anciennes et locales, ont lancé des opérations d'inventaire, fondé les premiers vergers-conservatoires et créé un vigoureux mouvement associatif pour la protection de la flore cultivée. Ces associations se donnent expressément pour but, inscrit dans leurs statuts, la protection du patrimoine végétal. Elles se sont multipliées à partir des années 1980, et ont acquis une visibilité croissante en organisant des foires aux plantes, dont le succès a été fortement orchestré par la presse spécialisée, de Rustica à L'Ami des jardins. Fleurs, fruits et légumes aux parfums et saveurs du passé et du terroir occupent dans ces expositions d'amateurs une place privilégiée. Ainsi se conjuguent, dans ces années 1980 et 1990, le retour au local et le retour à la nature, la ferveur patrimoniale et l'apologie de la diversité.

Grâce au mouvement associatif, grâce aussi à la caution et au soutien que lui ont apportés des professionnels, paysagistes ou pépiniéristes, le goût de la botanique et de l'horticulture s'est diffusé dans un milieu plus large que l'élite des spécialistes érudits. Certains créateurs ont joué un rôle décisif dans la diffusion des savoirs et des thématiques de l'écologie, de Jacques Simon qui les a introduits dès les années 1970 à l'École nationale supérieure du paysage, à Gilles Clément dont les réalisations et les écrits ont eu dans le grand public un fort retentissement (en témoigne le succès spectaculaire de l'exposition « Le Jardin planétaire », présentée à Paris dans la Grande Halle de la Villette de septembre 1999 à janvier 2000). Le rapprochement entre amateurs et professionnels a contribué à l'émergence de nouvelles pratiques et de styles inédits. Au modèle des jardins fleuris s'oppose désormais celui des « jardins naturels », ou plutôt, comme le dit joliment Martine Bergues, des jardins « au naturel », car ils sont souvent assez sophistiqués et témoignent d'une recherche de la rareté qui n'est pas exempte de snobisme. Ils sont l'œuvre de passionnés de plantes qui appartiennent à ce même milieu de classe moyenne cultivée où se recrutent de manière privilégiée les militants des associations de protection de l'environnement et du patrimoine végétal. Ces jardiniers-là, par ailleurs fervents partisans de la gestion écologique, ne sont encore qu'une minorité et le modèle du jardin fleuri reste dominant. Il n'empêche que le vent tourne et que le C.N.F.F. lui-même a dû réviser ses normes. Devenu en 2001 Conseil national des villes et villages fleuris (C.N.V.V.F.), il promeut désormais « le nouveau fleurissement », tout en prenant acte de l'importance quantitative du « fleurissement traditionnel ». Dans les nouvelles règles préconisées dans les concours, les vivaces ou les graminées sont préférées aux annuelles, les camaïeux subtils aux coloris voyants, l'aspect libre et « paysager » à la profusion de plantes en pots.

De tous les changements qui ont marqué ces dernières années, le plus considérable est la réhabilitation du sauvage. Les associations ont milité pour la défense de la flore spontanée autant que pour celle de la flore cultivée, quelques-unes d'entre elles n'hésitant pas à se donner le nom des espèces banales qu'on trouve le long des chemins, L'Asphodèle, L'Ortie, La Garance voyageuse, La Salicaire... « Mauvaise herbe ! » : le festival international de Chaumont-sur-Loire, rendez-vous annuel des amateurs et des professionnels, a fait le choix de ce thème en 2003. Mais c'est dans le domaine public que les avancée [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Jardins familliaux

Jardins familliaux
Crédits : D. Greco

photographie

Jardinage

Jardinage
Crédits : Ljubaphoto/ E+/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  JARDINS  » est également traité dans :

JARDINS - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Hervé BRUNON
  •  • 729 mots

« Le jardin est l'une de ces formes qui transitent à travers l'histoire car il est, littéralement, une inscription, aussi précise qu'un dessin magique, que trace le travail du sol à la surface du globe terrestre, héritant de toute la tradition des corps à corps avec la terre rebelle pour l'amadouer, la féconder, l'asservir peut-être. Chaque jardin implanté et cultivé décrit les limites d'un territ […] Lire la suite

JARDINS - De l'Antiquité aux Lumières

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL, 
  • Maurice LEVY
  •  • 8 140 mots
  •  • 12 médias

Étymologiquement, un jardin est un enclos, un endroit réservé par l'homme, où la nature (les plantes, les eaux, les animaux) est disposée de façon à servir au plaisir de l'homme. La nature dans sa totalité, et non, au moins en droit, une partie d'elle-même : le jardin a l'ambition d'être une image du monde ; il fait servir à ses fins la lumière du ciel, la f […] Lire la suite

JARDINS - De la révolution industrielle à nos jours

  • Écrit par 
  • Hervé BRUNON, 
  • Monique MOSSER
  •  • 5 662 mots
  •  • 3 médias

Caractériser l'histoire des jardins par une succession de phases stylistiques rattachées à des écoles nationales, comme le voulait l'historiographie fondée au xixe siècle, n'a guère de pertinence pour les époques postérieures à 1800 : la période contemporaine réclame d'autres grilles d'analyse.Depuis la […] Lire la suite

JARDINS - Esthétique et philosophie

  • Écrit par 
  • Catherine CHOMARAT-RUIZ
  •  • 3 585 mots

Comme le rappelle Pierre Grimal, l'apparition des jardins suppose une agriculture qui, maîtresse de ses techniques, ne produit pas seulement des plantes vivrières : « ces cultures s'adressent moins aux humains qu'aux divinités », car, « en ses origines », le jardin est inséparable du sacré. Les jardins de Babylone déd […] Lire la suite

JARDINS - Sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Hervé BRUNON, 
  • Monique MOSSER
  •  • 2 899 mots

Par essence, le jardin tient à la fois de la nature et de l'artifice. Dualité fondamentale qui implique, entre autres, que cette forme très spécifique de création mobilise aussi bien un ensemble de connaissances spéculatives sur l'environnement et le vivant qu'une série d'opérations concrètes. L'art des jardins applique et, dans de nombreux cas, contribue à élaborer une panoplie de savoirs et de s […] Lire la suite

ALPHAND ADOLPHE (1817-1891)

  • Écrit par 
  • Michel VERNÈS
  • , Universalis
  •  • 1 667 mots

Dans le chapitre « Un ingénieur à la tête des « Promenades de Paris » »  : […] Né en 1817 à Grenoble, d'un père colonel d'artillerie, Adolphe Alphand entre à l'École polytechnique en 1835, puis à l'École des ponts et chaussées en 1837. Après s'être vu confier des missions dans l'Isère et la Charente-Inférieure, il est envoyé en 1839 à Bordeaux comme ingénieur ordinaire du corps des Ponts et Chaussées. Il y réalise des travaux portuaires et ferroviaires, se familiarise avec […] Lire la suite

BARRAGÁN LUIS (1902-1988)

  • Écrit par 
  • Marc VAYE
  •  • 966 mots

L'architecte mexicain Luis Barragán Morfin est né à Guadalajara le 9 mars 1902, il meurt à Mexico-City le 22 novembre 1988. Sa vie traverse le siècle sans l'épouser. Fils de propriétaire terrien, il passe de longues périodes de son enfance dans un ranch de la région montagneuse de Mazamitla dans l'État de Jalisco ; austérité des paysages, grands espaces, forte lumière, omniprésence de l'eau et nai […] Lire la suite

BÉLANGER FRANÇOIS JOSEPH (1744-1818)

  • Écrit par 
  • Daniel RABREAU
  •  • 672 mots

Protégé du comte de Caylus, disciple de David-Leroy et de Contant d'Ivry, Bélanger échoue au concours de l'Académie d'architecture (1765). Renonçant définitivement à cette distinction, il gagne l'Angleterre où il fait la connaissance de lord Shelburne pour qui il exécutera des projets (galerie de son hôtel à Berkeley Square, 1779) ; ce séjour sera pour lui l'occasion de se familiariser avec le néo […] Lire la suite

BERTHAULT LOUIS-MARTIN (1770-1823)

  • Écrit par 
  • Monique MOSSER
  •  • 1 246 mots

Jardinier-paysagiste, architecte et décorateur français. Issu d'une lignée de maîtres-maçons et de jardiniers, Berthault semble s'être formé dans le milieu familial, principalement auprès de ses oncles : Jacques-Antoine Berthault, important entrepreneur parisien, et surtout Pierre-Gabriel Berthault, graveur renommé qui collabora avec Ledoux. C'est à P.-G. Berthault que l'on doit le seul ouvrage co […] Lire la suite

BLAZY MICHEL (1966- )

  • Écrit par 
  • Valérie DA COSTA
  •  • 981 mots

Dans le chapitre « Le cycle de la vie »  : […] L’artiste revisite cet art du jardin en en proposant plus une image qu’une véritable réalisation. Ce qui l’intéresse, c’est le rapport que le jardin tisse avec l’observation, la domestication et la temporalité. Pour lui, le jardin, l’atelier et la cuisine forment un seul et même endroit où l’œuvre peut s’élaborer au gré d’une activité quotidienne qui consiste à expérimenter, regarder évoluer, lai […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

3-31 mai 2020 France. Début du déconfinement.

Les parcs et jardins rouvrent, sauf dans les départements d’Île-de-France, du Grand Est, de Bourgogne-Franche-Comté et de Mayotte qui restent classés « rouges » – c’est-à-dire que le virus y circule encore activement et que les services hospitaliers y sont encore très sollicités. Le 13, le directeur général du laboratoire pharmaceutique français Sanofi, le Britannique Paul Hudson, déclare que les États-Unis seront « prioritaires » dans la livraison d’un futur vaccin contre la Covid-19 « parce qu’ils ont pris un risque pour financer ces recherches avant les autres ». […] Lire la suite

23-26 octobre 1984 France – Royaume-Uni. Visite du président François Mitterrand au Royaume-Uni

Cependant, la réussite de ce séjour est un peu obscurcie par une querelle politico-policière : après la découverte, le 23, d'une petite quantité d'explosifs, apportée par un artificier français, dans les jardins de la résidence de l'ambassadeur de France à Londres, la presse londonienne se déchaîne. Margaret Thatcher rejette, le 25, l'entière responsabilité de l'affaire sur les services de sécurité français, mais minimise l'importance de l'incident. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise DUBOST, « JARDINS - Les Français et leurs jardins », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jardins-les-francais-et-leurs-jardins/