JARDINSLes Français et leurs jardins

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le jardin collectif

Depuis les années 1990, des jardins collectifs se développent en ville sous des formes inédites. Leur ambition nouvelle est d'inciter les citadins à retrouver un contact avec la nature et à respecter l'environnement. Ils se donnent aussi pour objectif, en cette période de chômage et de crise urbaine, de favoriser l'intégration des personnes en difficulté et des immigrés, de fabriquer du lien social et de la citoyenneté. Les expériences pionnières de community gardens menées au Canada et aux États-Unis ont suscité en France un foisonnement d'initiatives qui sont, pour la plupart, le fait d'associations et de bénévoles. Elles ont été rapidement soutenues et encouragées par diverses institutions publiques ou privées. Et notamment par la Fondation de France, qui finance la réalisation d'un certain nombre de projets. En 1997 et 1999, des forums ont été organisés, où responsables et animateurs ont échangé les leçons de leurs expériences et créé le réseau du Jardin dans tous ses états. Parmi les quelque 1 500 associations nouvelles, certaines ont été pionnières et ont joué un rôle fédérateur, comme Chantier-nature à Lille ou comme les Jardins d'aujourd'hui à Bordeaux, qui fut parmi les premières à créer des jardins en pied d'immeubles dans des quartiers dégradés ou difficiles ; comme les Jardins de cocagne ou les Jardins du cœur (issus des Restos du cœur) qui privilégient l'insertion et s'adressent à des chômeurs, RMIstes ou S.D.F. ; ou comme les Jardins de l'espérance à La Ciotat, qui s'efforcent d'accueillir les handicapés en même temps que les gens du voisinage. Leur ambition commune est de promouvoir la culture biologique en même temps que la convivialité. Beaucoup s'appuient sur la collaboration des services sociaux et des collectivités territoriales, et deviennent ainsi des outils de politique sociale.

Ces nouveaux jardins, diversement nommés dans un premier temps (« associatifs », « communautaires », « solidaires », « citoyens »...), peuvent être regroupés en deux catégories : les jardins d'insertion à l'adresse des personnes en difficulté, chômeurs, RMIstes ou S.D.F. ; et les jardins partagés (dernière appellation en date mais qui tend à prévaloir aujourd'hui), destinés aux habitants d'un quartier. Les jardins d'insertion, qui ont besoin de terrains assez vastes, se situent de préférence dans les zones périurbaines. Leur invention, dès la fin des années 1980, répondait à la montée du chômage et de la pauvreté. Certains jardins s'adressent à des bénévoles, d'autres offrent des contrats de travail financés sur crédits publics. La production est avant tout alimentaire et se trouve donc à l'opposé du jardinage de loisir, les légumes étant destinés selon les cas à l'autoconsommation, au don ou à la vente. L'objectif est d'offrir aux exclus un dispositif de remise au travail en se fondant sur les traditionnelles vertus du jardinage (les mêmes que celles qu'invoquaient les promoteurs des jardins-ouvriers – ordre, tempérance, persévérance, ponctualité...), tout en expérimentant de nouvelles formes d'économie solidaire et des façons de produire plus respectueuses de l'environnement.

Les jardins partagés sont pour la plupart situés en pleine ville ou dans la proche banlieue. On y cultive aussi des légumes, mais sans prétendre à une production vivrière, qui n'est guère compatible avec la taille réduite de ces lopins. Ils ont pour vocation essentielle de créer du lien social et des solidarités de voisinage dans un quartier et d'offrir aux citadins un coin de verdure qu'ils peuvent approprier à leurs goûts. Prenons comme exemple ceux dont la Ville de Paris a favorisé la création en mettant en place en 2003 le programme Main verte. Le succès très rapide de l'opération (plus de trente jardins créés à Paris en moins de 4 ans et autant en projet) témoigne à la fois de la vigueur associative et du besoin des citadins : les créations sont particulièrement nombreuses dans l'Est parisien, où la densité d'espaces naturels est plus faible et la population moins favorisée que dans le reste de la ville.

La sociologie des jardiniers reflète celle du quartier, tantôt bourgeois et tantôt populaire, mais partout les âges se côtoient, les femmes sont aussi nombreuses que les hommes et les enfants sont très présents. Certains sont des jardiniers avertis, d'autres des débutants (ce sont souvent ceux qui manifestent le plus d'ardeur à cultiver). Tou [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Jardins familliaux

Jardins familliaux
Crédits : D. Greco

photographie

Jardinage

Jardinage
Crédits : Ljubaphoto/ E+/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  JARDINS  » est également traité dans :

JARDINS - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Hervé BRUNON
  •  • 729 mots

« Le jardin est l'une de ces formes qui transitent à travers l'histoire car il est, littéralement, une inscription, aussi précise qu'un dessin magique, que trace le travail du sol à la surface du globe terrestre, héritant de toute la tradition des corps à corps avec la terre rebelle pour l'amadouer, la féconder, l'asservir peut-être. Chaque jardin implanté et cultivé décrit les limites d'un territ […] Lire la suite

JARDINS - De l'Antiquité aux Lumières

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL, 
  • Maurice LEVY
  •  • 8 140 mots
  •  • 12 médias

Étymologiquement, un jardin est un enclos, un endroit réservé par l'homme, où la nature (les plantes, les eaux, les animaux) est disposée de façon à servir au plaisir de l'homme. La nature dans sa totalité, et non, au moins en droit, une partie d'elle-même : le jardin a l'ambition d'être une image du monde ; il fait servir à ses fins la lumière du ciel, la f […] Lire la suite

JARDINS - De la révolution industrielle à nos jours

  • Écrit par 
  • Hervé BRUNON, 
  • Monique MOSSER
  •  • 5 662 mots
  •  • 3 médias

Caractériser l'histoire des jardins par une succession de phases stylistiques rattachées à des écoles nationales, comme le voulait l'historiographie fondée au xixe siècle, n'a guère de pertinence pour les époques postérieures à 1800 : la période contemporaine réclame d'autres grilles d'analyse.Depuis la […] Lire la suite

JARDINS - Esthétique et philosophie

  • Écrit par 
  • Catherine CHOMARAT-RUIZ
  •  • 3 585 mots

Comme le rappelle Pierre Grimal, l'apparition des jardins suppose une agriculture qui, maîtresse de ses techniques, ne produit pas seulement des plantes vivrières : « ces cultures s'adressent moins aux humains qu'aux divinités », car, « en ses origines », le jardin est inséparable du sacré. Les jardins de Babylone déd […] Lire la suite

JARDINS - Sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Hervé BRUNON, 
  • Monique MOSSER
  •  • 2 899 mots

Par essence, le jardin tient à la fois de la nature et de l'artifice. Dualité fondamentale qui implique, entre autres, que cette forme très spécifique de création mobilise aussi bien un ensemble de connaissances spéculatives sur l'environnement et le vivant qu'une série d'opérations concrètes. L'art des jardins applique et, dans de nombreux cas, contribue à élaborer une panoplie de savoirs et de s […] Lire la suite

ALPHAND ADOLPHE (1817-1891)

  • Écrit par 
  • Michel VERNÈS
  • , Universalis
  •  • 1 667 mots

Dans le chapitre « Un ingénieur à la tête des « Promenades de Paris » »  : […] Né en 1817 à Grenoble, d'un père colonel d'artillerie, Adolphe Alphand entre à l'École polytechnique en 1835, puis à l'École des ponts et chaussées en 1837. Après s'être vu confier des missions dans l'Isère et la Charente-Inférieure, il est envoyé en 1839 à Bordeaux comme ingénieur ordinaire du corps des Ponts et Chaussées. Il y réalise des travaux portuaires et ferroviaires, se familiarise avec […] Lire la suite

BARRAGÁN LUIS (1902-1988)

  • Écrit par 
  • Marc VAYE
  •  • 966 mots

L'architecte mexicain Luis Barragán Morfin est né à Guadalajara le 9 mars 1902, il meurt à Mexico-City le 22 novembre 1988. Sa vie traverse le siècle sans l'épouser. Fils de propriétaire terrien, il passe de longues périodes de son enfance dans un ranch de la région montagneuse de Mazamitla dans l'État de Jalisco ; austérité des paysages, grands espaces, forte lumière, omniprésence de l'eau et nai […] Lire la suite

BÉLANGER FRANÇOIS JOSEPH (1744-1818)

  • Écrit par 
  • Daniel RABREAU
  •  • 672 mots

Protégé du comte de Caylus, disciple de David-Leroy et de Contant d'Ivry, Bélanger échoue au concours de l'Académie d'architecture (1765). Renonçant définitivement à cette distinction, il gagne l'Angleterre où il fait la connaissance de lord Shelburne pour qui il exécutera des projets (galerie de son hôtel à Berkeley Square, 1779) ; ce séjour sera pour lui l'occasion de se familiariser avec le néo […] Lire la suite

BERTHAULT LOUIS-MARTIN (1770-1823)

  • Écrit par 
  • Monique MOSSER
  •  • 1 246 mots

Jardinier-paysagiste, architecte et décorateur français. Issu d'une lignée de maîtres-maçons et de jardiniers, Berthault semble s'être formé dans le milieu familial, principalement auprès de ses oncles : Jacques-Antoine Berthault, important entrepreneur parisien, et surtout Pierre-Gabriel Berthault, graveur renommé qui collabora avec Ledoux. C'est à P.-G. Berthault que l'on doit le seul ouvrage co […] Lire la suite

BLAZY MICHEL (1966- )

  • Écrit par 
  • Valérie DA COSTA
  •  • 981 mots

Dans le chapitre « Le cycle de la vie »  : […] L’artiste revisite cet art du jardin en en proposant plus une image qu’une véritable réalisation. Ce qui l’intéresse, c’est le rapport que le jardin tisse avec l’observation, la domestication et la temporalité. Pour lui, le jardin, l’atelier et la cuisine forment un seul et même endroit où l’œuvre peut s’élaborer au gré d’une activité quotidienne qui consiste à expérimenter, regarder évoluer, lai […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

3-31 mai 2020 France. Début du déconfinement.

Les parcs et jardins rouvrent, sauf dans les départements d’Île-de-France, du Grand Est, de Bourgogne-Franche-Comté et de Mayotte qui restent classés « rouges » – c’est-à-dire que le virus y circule encore activement et que les services hospitaliers y sont encore très sollicités. Le 13, le directeur général du laboratoire pharmaceutique français Sanofi, le Britannique Paul Hudson, déclare que les États-Unis seront « prioritaires » dans la livraison d’un futur vaccin contre la Covid-19 « parce qu’ils ont pris un risque pour financer ces recherches avant les autres ». […] Lire la suite

23-26 octobre 1984 France – Royaume-Uni. Visite du président François Mitterrand au Royaume-Uni

Cependant, la réussite de ce séjour est un peu obscurcie par une querelle politico-policière : après la découverte, le 23, d'une petite quantité d'explosifs, apportée par un artificier français, dans les jardins de la résidence de l'ambassadeur de France à Londres, la presse londonienne se déchaîne. Margaret Thatcher rejette, le 25, l'entière responsabilité de l'affaire sur les services de sécurité français, mais minimise l'importance de l'incident. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise DUBOST, « JARDINS - Les Français et leurs jardins », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jardins-les-francais-et-leurs-jardins/