KÁDÁR JÁNOS (1912-1989)

Médias de l’article

János Kádár, 1980

János Kádár, 1980
Crédits : Hulton Getty

photographie

Insurrection hongroise de 1956

Insurrection hongroise de 1956
Crédits : National Archives

vidéo


D'origine paysanne, János Kádár est né à Somogy, en Hongrie occidentale. Ouvrier métallurgiste, il adhère en 1932 au Parti communiste clandestin et participe peu après à la direction de l'organisation de jeunesse à laquelle il appartient depuis 1931 ; l'une et l'autre organisation étant interdites, il est à diverses reprises incarcéré par la police du régent Horthy. La Gestapo l'arrête en 1944, mais il réussit à s'échapper. En 1945, il devient premier secrétaire du Parti communiste (devenu le Parti socialiste ouvrier hongrois, ou P.S.O.H.) pour la ville de Budapest, puis il est nommé membre du bureau politique et secrétaire général adjoint du parti. Il conserve ces fonctions en 1948 lorsque, après avoir absorbé le Parti social-démocrate, le Parti socialiste ouvrier se transforme en Parti des travailleurs hongrois. Nommé ministre de l'Intérieur la même année, il est chargé de préparer le procès de l'homme qui l'a précédé à ce ministère, László Rajk, accusé de titisme. Kádár, à son tour, devient suspect au gouvernement Rákosi. Arrêté en 1951, il est torturé mais n'est pas traduit en justice. Libéré en 1954, il n'est vraiment réhabilité qu'en juillet 1956 lorsque Rákosi doit renoncer à son poste de premier secrétaire. Kádár est alors réélu au bureau politique. Lorsque la révolte éclate en Hongrie, il est en Yougoslavie et accompagne le nouveau premier secrétaire, Ernö Gerö. Comme il faut, pour apaiser la population, installer aux commandes des hommes qui n'ont pas été compromis par le stalinisme ou qui en ont été les victimes, Kádár est nommé, le 25 octobre 1956, premier secrétaire du parti tandis qu'Imre Nagy prend la direction du gouvernement ; il s'emploie à reconstituer alors le parti. S'identifiant au cours nouveau, il dénonce les fautes commises dans le passé. Le 27 octobre, il entre dans le gouvernement Nagy. Cependant, le pouvoir est dépassé par les événements. Tandis que Nagy prend le parti des insurgés, Kádár s'effraie de l'ampleur de la révolte ; le 2 novemb [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  KÁDÁR JÁNOS (1912-1989)  » est également traité dans :

HONGRIE

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Lorant CZIGANY, 
  • Albert GYERGYAI, 
  • Pierre KENDE, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Fridrun RINNER
  • , Universalis
  •  • 32 156 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La révolution de 1956 »  : […] sous la protection des autorités soviétiques et se réclamant de la direction de János Kádár – nommé par les Soviétiques chef du parti à la place de Gerö discrédité –annoncent la formation d'un contre-gouvernement. Alors que le gouvernement légal d'Imre Nagy vient de proclamer la neutralité de la Hongrie et son retrait du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hongrie/#i_23405

VARSOVIE (PACTE DE)

  • Écrit par 
  • Mario BETTATI, 
  • Universalis
  •  • 5 955 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'admission et le retrait »  : […] et déclaré le pays neutre, après en avoir avisé l'Union soviétique. Mais le gouvernement Kádár, qui lui succédait, adressait, trois jours plus tard, un autre message au secrétaire général de l'O.N.U. déclarant sans valeur légale et annulant rétroactivement le télégramme d'Imre Nagy. Depuis lors, la Hongrie participa aux activités du pacte et les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/varsovie-pacte-de/#i_23405

Pour citer l’article

Bernard FÉRON, « KÁDÁR JÁNOS - (1912-1989) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/janos-kadar/