GOODALL JANE (1934- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des cercopithèques aux chimpanzés

La fondation Wilkie fait confiance à Louis Leakey et accepte de financer un premier séjour de six mois. Toutefois, les autorités britanniques à Kigoma, région nord-ouest du Tanganyika (actuelle Tanzanie), refusent qu'une jeune Anglaise reste seule en forêt. C'est donc avec sa mère que Jane Goodall revient à Nairobi en 1960. Toutes les autorisations ont été signées, mais des troubles ont éclaté au Congo voisin, et le début de l'étude est repoussé. Leakey lui propose alors d'effectuer une brève étude sur les cercopithèques d'une île du lac Victoria. Là, Jane se familiarise avec l'observation des primates sauvages. Après trois semaines, elle est rappelée à Nairobi pour les dernières formalités. Après une étape d'un peu plus d'une semaine à Kigoma, où arrivent en masse des réfugiés belges en provenance du Congo, Jane et sa mère se rendent enfin à Gombe Stream, le 14 juillet 1960.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  GOODALL JANE (1934- )  » est également traité dans :

FOSSEY DIAN (1932-1985)

  • Écrit par 
  • Amérina GUBLIN-DIQUÉLOU
  •  • 1 794 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Passionnée de gorilles »  : […] Cavalière émérite, elle se passionne également pour l'Afrique et ses animaux sauvages, et découvre les gorilles à travers un ouvrage du zoologiste George Schaller. En 1963, elle emprunte 8 000 dollars pour financer un voyage de six semaines. Lors de son passage en Tanzanie, elle rencontre brièvement le célèbre anthropologue Louis Leakey et sa femme Mary qui effectuent alors des fouilles dans les g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dian-fossey/#i_46763

Pour citer l’article

Amérina GUBLIN-DIQUÉLOU, « GOODALL JANE (1934- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jane-goodall/