GOODALL JANE (1934- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des premières observations aux premières découvertes

Les premiers temps sont difficiles. Jane Goodall doit se faire accepter par les habitants de la réserve et les chimpanzés ne se laissent que difficilement observer et fuient dès qu'ils la voient. À défaut d'observations fructueuses, elle apprend néanmoins beaucoup au contact des éclaireurs qui l'accompagnent, et s'approprie le terrain. Après trois mois et une crise de malaria, elle parvient enfin à observer de plus près et régulièrement un groupe de chimpanzés. Elle commence alors à les identifier par des noms, rompant ainsi avec la tradition scientifique qui veut que les individus soient identifiés par de simples numéros. En octobre 1960, Jane fait une première découverte fondamentale : elle observe « David Barbe-Grise » manger un cochon de lait et le partager avec une femelle et son petit. Jusque-là, les scientifiques croyaient les chimpanzés végétariens, complétant éventuellement leur régime alimentaire de quelques insectes ou petits rongeurs. Puis, début novembre, elle surprend deux chimpanzés, David Barbe-Grise et Goliath, en train d'attraper des termites à l'aide de tiges qu'ils ont modifiées : ces animaux sont donc capables de fabriquer des outils. La définition de l'espèce humaine est remise en cause, la fabrication et l'utilisation d'outils n'étant plus alors le propre de l'homme. C'est sans nul doute grâce à ces deux découvertes que Leakey trouve un nouveau support financier auprès de la National Geographic Society.



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GOODALL JANE (1934- )  » est également traité dans :

FOSSEY DIAN (1932-1985)

  • Écrit par 
  • Amérina GUBLIN-DIQUÉLOU
  •  • 1 794 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Passionnée de gorilles »  : […] Cavalière émérite, elle se passionne également pour l'Afrique et ses animaux sauvages, et découvre les gorilles à travers un ouvrage du zoologiste George Schaller. En 1963, elle emprunte 8 000 dollars pour financer un voyage de six semaines. Lors de son passage en Tanzanie, elle rencontre brièvement le célèbre anthropologue Louis Leakey et sa femme Mary qui effectuent alors des fouilles dans les g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dian-fossey/#i_46763

Pour citer l’article

Amérina GUBLIN-DIQUÉLOU, « GOODALL JANE (1934- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jane-goodall/