Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CAMERON JAMES (1954- )

James Cameron est un cinéaste, scénariste et graphiste canadien qui s’est spécialisé dans le film d’action et de science-fiction dont il est devenu un des meilleurs représentants, avec, en leur temps, John McTiernan (Predator, 1987) et Paul Verhoeven (Total Recall, 1990).

Le réalisateur ayant grandi au temps de la guerre froide, son inspiration s’est focalisée sur la peur de la destruction nucléaire, la question écologique et l’« inquiète fascination » envers l’intelligence artificielle. Ce qui ne l’a pas empêché de tirer profit des nouvelles technologies (images de synthèse, trucages électroniques, performance capture) pour nourrir des fables inquiétantes sur le devenir de l'humanité et les rapports homme-machine : Terminator (The Terminator, 1984) et Terminator 2 (Terminator 2 : Judgement Day, 1991). Le style à la fois dynamique et fluide qu'il acquiert lui permet de réinventer le film de reconstitution historique avec Titanic(1997) et de concevoir le projet posthumaniste Avatar (2009, 2022).

Le temps des cyborgs

James Cameron est né le 16 août 1954 à Kapuskasing (Ontario, Canada). Il passe son enfance à Niagara Falls et son adolescence à Brea (Californie), où il suit des études de physique au Fullerton College. Il réalise en 1978 un premier court-métrage, Xenogenesis. Le réalisateur-producteur Roger Corman l'engage alors dans sa compagnie, la New World Pictures, au département des effets spéciaux. Cette expérience de terrain aidera à comprendre la méticulosité que met Cameron dans la construction de ses univers synthétiques. En 1981, il supervise la partie « effets spéciaux » de New York 1997 (Escape from New York), de John Carpenter, et réalise l'année suivante son premier long-métrage, Piranha 2-Les Tueurs volants (Piranha II-The Spawning), remake désastreux du film homonyme de Joe Dante (1978).

Une métamorphose complète s'opère en 1984, lorsque James Cameron écrit et réalise Terminator. La rencontre de la productrice Gale Anne Hurd et la participation d'Arnold Schwarzenegger vont donner à cette œuvre une dimension insoupçonnée. Le 29 août 1997, le réseau robotique Skynet échappe au contrôle de ses concepteurs humains, et domine la Terre avec ses machines. L'action de Terminator, comme celle du film qui lui fait suite, débute à Los Angeles en 2029. Skynet, qui domine maintenant le monde, envoie deux Terminator, l'un en 1984 (en ce qui concerne le premier film) pour tuer Sarah Connor, future mère de John, le chef de la résistance aux robots-dictateurs, et l'autre (dans Terminator 2 : lejugement dernier, 1991) dix ans plus tard, pour éliminer John enfant, au cas où le premier émissaire aurait échoué.

Ce double apologue très noir s'inscrit dans le courant de méfiance envers la technologie qui règne alors chez les cinéastes (qu'on pense à Videodrome de David Cronenberg, 1982) ou dans le courant littéraire cyberpunk : la perte de l'identité, l'effacement de la spécificité de l'humain s'expriment à travers le développement – autonome ou par métissage – du biomécanique, que Cameron dote de subjectivité. Schwarzenegger, qui joue le « mauvais » Terminator – mi-chair, mi-métal – dans le premier film, devient le bon « cyborg » dans Terminator 2, celui que le chef de la résistance humaine a délégué pour s'opposer à l'être totalement synthétique qui est le second mercenaire de Skynet.

Le diptyque des Terminator encadre deux autres fables de science-fiction : Aliens, le retour(1986) et Abyss (The Abyss, 1989). Le premier film est une suite d'Alien de Ridley Scott (1979) qui décrit la lutte engagée par Ellen Ripley, l'officier de l'espace, contre des extraterrestres. Sigourney Weaver, qui tient le rôle principal, illustre une autre constante du film de genre moderne : celui d'un personnage féminin peu sexué qui vainc[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Raphaël BASSAN. CAMERON JAMES (1954- ) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 22/05/2024

Autres références

  • TITANIC (J. Cameron)

    • Écrit par
    • 1 427 mots

    Devenu objet d'étude sous la plume non plus des critiques spécialisés mais des éditorialistes et des maîtres penseurs, Titanic, de James Cameron (1997), a été un des phénomènes de société de l'année 1998 dont le traitement sociologique et idéologique a bien sûr été précédé par des constats...

  • TITANIC, film de James Cameron

    • Écrit par
    • 882 mots

    Né en 1954, le Canadien James Cameron est le cinéaste des films catastrophes : le deuxième volet d'Aliens (1986), The Abyss (1989), The Terminator (1984) et Terminator 2 : Judgment Day (1991). Sa tendance à la démesure mettra plus d'une fois le budget de la production en péril. En 1997,...

  • DICAPRIO LEONARDO (1974- )

    • Écrit par
    • 845 mots

    Acteur et producteur américain, né le 11 novembre 1974 à Los Angeles.

    C’est à l’âge de cinq ans que Leonardo Wilhelm DiCaprio obtient son premier rôle dans l’émission pour enfants Romper Room. Durant son adolescence, il multiplie les apparitions dans des films éducatifs et des productions...

  • PARLANT CINÉMA

    • Écrit par
    • 8 140 mots
    • 6 médias
    ...des polices de caractères différentes pour chacune d’entre elles et en donnant au début du film un code de correspondance. C'est d'ailleurs ce que fait James Cameron dans Avatar, 2009, où la parole des extra-terrestres donne lieu à une police de caractères spécifique évoquant l'Antiquité. Tony Scott, dans...
  • PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

    • Écrit par
    • 3 201 mots

    1899 États-Unis. The Astor Tramp, « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités.

    1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle....