JACQUES VINGTRAS, Jules VallèsFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jacques Vingtras se compose de trois volumes, L'Enfant, Le Bachelier et L'Insurgé. Le projet remonte à 1876. Jules Vallès (1832-1885), alors exilé politique à Londres, imagine un ensemble romanesque centré sur la révolution de 1848 et la Commune de Paris. Le titre envisagé : Histoire de nos vingt ans, Histoire d'une génération, dit assez la portée de son projet. Mais, communard en manque d'argent et voulant placer son manuscrit en feuilleton dans un journal, Vallès opte dans son premier volume pour l'Histoire d'un enfant, réservant pour la suite ses pages les plus critiques. Dès juin 1878, il le publie dans Le Siècle sous la signature de La Chaussade. Très vite, le pseudonyme est percé à jour et la parution des chapitres s'accompagne de réactions passionnées. Ami de Vallès, Hector Malot joue les intermédiaires pour que l'exilé puisse faire paraître son texte en volume chez Charpentier. L'Enfant sort en mai 1879, sous le pseudonyme de Jean La Rue, nom qui ne fera place à celui de Vallès qu'en 1881, à l'occasion de la seconde édition.

Parallèlement, Jules Vallès compose Le Bachelier qui devait englober la révolution de 1848. Il en a évoqué les modèles possibles, qu'il puise dans la littérature populaire : Les Misérables, Les Mystères de Paris. « Le livre en question, écrit-il, doit être ma signature d'insurgé dans l'histoire des trente dernières années... » Ce seront Mémoires d'un révolté, ou l'Histoire d'un homme, qui paraissent en feuilleton sous la signature de Jean La Rue dans La Révolution française en janvier 1879, puis chez Charpentier en 1881. Le 13 juillet 1880, Vallès est enfin de retour à Paris, quelques jours après la promulgation de la loi d'amnistie totale des communards. Il travaille au dernier volet de la trilogie : L'Insurgé, dédié « Aux morts de 1871 ». Vallès va revoir son manuscrit plusieurs fois, travaillant avec la journaliste Séverine, qui lui tient lieu de secrétaire. Des extraits en sont donnés dans La Nouvelle Revue de Juliette Adam pendant l'été 1882, puis dans son journal, Le Cri du peuple. Atteint par la maladie, Vallès meurt le 14 février 1885. L'ouvrage parut de façon posthume en mai de l'année suivante, chez Charpentier.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  JACQUES VINGTRAS, Jules Vallès  » est également traité dans :

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XIXe s.

  • Écrit par 
  • Marie-Ève THÉRENTY
  •  • 7 788 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le sacre ambigu de l’écrivain »  : […] Chaque siècle nourrit sa figure de l’esprit. C’est peut-être l’homme de lettres pour le xvii e  siècle, le philosophe pour le xviii e  siècle, l’intellectuel pour le xx e  siècle. C’est en tout cas l’écrivain pour le xix e siècle. Le sacre de l’écrivain, selon l’expression heureuse de Paul Bénichou, désigne l’apparition d’une nouvelle instance dans la société, une nouvelle législature de l’esprit […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Didier WAGNEUR, « JACQUES VINGTRAS, Jules Vallès - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-vingtras/