CARTIER JACQUES (1491-1557)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Deuxième voyage : jusqu'à Hochelaga (Montréal)

Pour preuves de la réalité de leurs découvertes, les explorateurs avaient accoutumé de ramener en Europe quelques indigènes dont ils s'étaient emparés dans les terres neuves. À Gaspé, en 1534, Cartier avait sacrifié à l'usage. Ses deux Indiens apprirent un peu de français et révélèrent l'existence, vers l'ouest, d'un royaume fabuleusement riche, que Cartier prit pour le Cathay. En 1535, le Malouin se rembarquait, à la recherche du Saguenay. Il avait, cette fois, trois navires et quelque cent dix hommes.

Guidé par les deux Indiens, Cartier se rendit droit à l'embouchure du Saint-Laurent. Il en remonta le cours, s'émerveillant de la beauté du pays. Il s'arrêta à Stadaconé (ancien nom de Québec), au royaume du Canada, y laissa ses navires et, en dépit des efforts des Indiens pour l'en dissuader, poursuivit, en barque et avec quelques hommes seulement, son exploration jusqu'à Hochelaga (Montréal). Bloqué dans sa marche par les rapides de Lachine, il se renseigna le mieux possible sur la géographie du pays et la situation du Saguenay. Rentré à Stadaconé, il y hiverna, mettant ses navires à l'abri dans la rivière Saint-Charles. Hiver désastreux : les indigènes se montrèrent assez hostiles, et ses hommes souffrirent du scorbut, au point que vingt-cinq en moururent. Abandonnant le plus petit de ses navires, Cartier rentra au printemps.

Pas plus qu'en 1534, Cartier n'avait atteint le but essentiel de son voyage. Il avait néanmoins découvert un fleuve immense, incomparable voie de pénétration d'un continent encore inconnu et l'avait remonté sur plusieurs centaines de kilomètres ; le premier, en outre, il rapportait des notes précises sur les Indiens et leur civilisation ; au retour, enfin il démontra l'insularité de Terre-Neuve et d'Anticosti.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : directeur général des presses de l'université Laval

Classification


Autres références

«  CARTIER JACQUES (1491-1557)  » est également traité dans :

JACQUES CARTIER AU CANADA

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 239 mots
  •  • 1 média

En 1534, Jacques Cartier fut chargé par le roi de France, François Ier, de découvrir une route menant en Asie par le nord. Face aux entreprises semi-étatiques du Portugal ou aux grands convois espagnols, les expéditions françaises ou anglaises ont été jusque-là le fait de découvreurs ano […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-cartier-au-canada/#i_1362

AMÉRIQUE (Histoire) - Découverte

  • Écrit par 
  • Marianne MAHN-LOT
  •  • 4 812 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le mirage asiatique »  : […] Entre-temps, l'exploration du littoral atlantique s'était poursuivie au nord. En 1497, le Vénitien Jean Cabot, fixé à Bristol, cherchant pour le roi d'Angleterre un « passage vers Catay », avait touché terre aux environs de l'île du Cap-Breton. En 1500-1501, Gaspar Corte Real redécouvre le Groenland et relève la côte du Labrador (ainsi appelée en souvenir d'un mystérieux « laboureur » portugais, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-histoire-decouverte/#i_1362

NOUVEAU MONDE CHRONIQUES DU

  • Écrit par 
  • Jacques LAFAYE, 
  • Itamar OLIVARES
  •  • 3 658 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les Français au Canada et en Floride »  : […] Les côtes atlantiques de l'Amérique septentrionale furent visitées, au cours du xvi e  siècle, par des explorateurs français, dont certains nous ont laissé des récits d'une grande valeur historique et ethnographique. Le premier, Giovanni da Verrazano, capitaine florentin au service de la France, partit en 1524 pour le compte de François I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chroniques-du-nouveau-monde/#i_1362

CANADA - Histoire et politique

  • Écrit par 
  • Michel BRUNET, 
  • Alain NOËL
  •  • 19 332 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'intervention de la France »  : […] En 1524, le navigateur florentin Verrazano explore la côte américaine depuis la Floride jusqu'au Cap-Breton. Il cherche, écrit-il, « les bienheureux rivages du Cathay ». Au service de banquiers italiens établis en France, Verrazano travaille également pour François I er . Celui-ci n'entend pas laisser aux Espagnols et aux Portugais la domination des mers et des continents […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canada-histoire-et-politique/#i_1362

FRANÇAIS EMPIRE COLONIAL

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 16 589 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Les origines »  : […] Une tradition pseudo-historique, confondant expansion et colonisation et puisant à des sources douteuses, tendait à justifier la formation des empires coloniaux français en cherchant très loin dans le passé les origines de ce fait colonial. On annexait à cette histoire les initiatives des Normands en Sicile et dans l'Italie du Sud, la participation des nobles français à la Reconquista ibérique, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-colonial-francais/#i_1362

MONTRÉAL

  • Écrit par 
  • Henri ROUGIER
  •  • 2 271 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « 1642-1992 : trois siècles et demi de développement ininterrompu »  : […] C'est sous le nom de Ville-Marie que Montréal est fondée le 18 mai 1642 par Paul de Chomedey de Maisonneuve au pied sud du « Mons Realis » qui avait été découvert par Jacques Cartier le 2 octobre 1535. À l'époque où celui-ci explora l'archipel, l'île de Montréal était peuplée de Hurons. C'est pour convertir les tribus de la région que fut organisée la mission de 1642, forte d'une cinquantaine de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/montreal/#i_1362

ROBERVAL JEAN FRANÇOIS DE LA ROQUE DE (1500-1561)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 311 mots

Colonisateur français appartenant à la haute noblesse languedocienne par son père et picarde par sa mère. Noble de cour (Clouet a fait son portrait, l'un des quelque trois cents qui se trouvent à Chantilly), Roberval est cependant obligé de s'enfuir, en tant que protestant, en 1535, comme Marot dont il est l'un des protecteurs. La faveur royale lui permet un retour rapide d'exil, puis lui vaut, en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roberval-jean-francois-de-la-roque-de/#i_1362

Voir aussi

Pour citer l’article

André VACHON, « CARTIER JACQUES - (1491-1557) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-cartier/