GOODY JACK (1919-2015)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Diversité et originalité des recherches

En se plaçant du point de vue de l'Afrique, la démarche adoptée par Jack Goody opère une décentration originale. Il observe par exemple que la culture des fleurs y est absente alors que les fleurs ont des fonctions décoratives et funéraires dans les sociétés eurasiennes, ce qui le conduit à entreprendre un tour du monde des cimetières. La démarche est la même à propos de la cuisine, où il part du constat de l'absence d'une « grande » cuisine qui s'opposerait à une cuisine populaire dans les sociétés africaines. Avec la question de l'écriture, l'anthropologue retrouve les oppositions canoniques de Lucien Lévy-Bruhl entre pensée prélogique et pensée logique, de Claude Lévi-Strauss entre pensée sauvage et pensée domestiquée et donc les différenciations entre sociétés « chaudes » et « froides », entre sociétés segmentaires et modernes. Son originalité est d'aborder ce « grand partage » par l'examen d'un fait matériel et non par un inventaire des différences. Prolongeant un travail amorcé par le spécialiste de littérature Ian Watt sur les implications de l'alphabétisation (literacy), Jack Goody recompose un impressionnant tableau des transformations provoquées par l'intervention de l'écriture dans les sociétés. Alphabétique ou logographique, celle-ci n'est pas une technique neutre mais façonne la pensée. Dans la voie ouverte par le psychologue Lev Vigotsky, Goody montre comment l'écriture introduit des questions, permet des raisonnements inédits, transforme la littérature, la production scientifique et le regard des sociétés sur elles-mêmes. La mise en évidence de cette première « domestication de la pensée sauvage » ouvre le chemin à de nouvelles enquêtes sur les multiples aspects que le passage à l'écriture a eu sur le droit, la comptabilité et l'économie ou encore sur la formation de l'État.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GOODY JACK (1919-2015)  » est également traité dans :

LE VOL DE L'HISTOIRE. COMMENT L'EUROPE A IMPOSÉ LE RÉCIT DE SON PASSÉ AU RESTE DU MONDE (J. Goody)

  • Écrit par 
  • Alain GARRIGOU
  •  • 942 mots

Il fallait de l'érudition et de la passion pour se lancer dans l'immense entreprise consistant à soumettre la vision occidentalocentrique de l'histoire du monde au feu de la critique. Jack Goody, anthropologue africaniste, devenu voyageur et comparatiste, ne manque ni de l'une ni de l'autre. Il a d'ailleurs déjà montré, notamment à propos de la famille, à […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE ET ONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Frédéric KECK
  •  • 1 251 mots

Si l’anthropologie s’est définie contre la métaphysique classique en remplaçant un discours sur Dieu comme fondement de toutes choses par un discours sur l’homme comme sujet et objet de connaissance (Foucault, 1966), elle a renoué depuis les années 1980 avec l’ontologie, définie comme un discours sur ce qui est, pour affirmer la réalité des phénomènes sur lesquels porte son enquête. L’anthropolog […] Lire la suite

RITUEL

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 5 524 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'approche symboliste : le rituel « dit quelque chose » »  : […] V. Turner, par ailleurs, a élaboré une théorie remarquable du symbolisme rituel, à propos de rites relatifs aux accidents de la vie individuelle (maladies, infortunes, stérilité, etc.) qu'il appelle « rites d'affliction ». Il analyse leur signification ( meaning ) et la « syntaxe » de leur symbolisme en y distinguant trois niveaux : la dimension de l'exégèse indigène (pour l'arbre à latex blanc […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain GARRIGOU, « GOODY JACK - (1919-2015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jack-goody/