Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

JACHÈRE

Les techniques agricoles traditionnelles n'assurent pas la régénération des sols. Il faut les laisser reposer faute de fumure suffisante ou de légumineuses fixant l'azote. En outre, les céréales, fondamentales dans les agricultures archaïques, viennent mal plusieurs années de suite sur la même parcelle (les rendements ne rémunèrent plus la semence). La jachère, abandon simple ou bénéficiant de légères façons culturales, intéresse toutes les régions du globe : bassin méditerranéen, Afrique aride et pluvieuse, Amérique, Inde. La nature du sol a aussi son importance, les sols acides s'épuisant le plus vite. Sur les sols marno-calcaires, la jachère ne dure qu'un an, chassée facilement par une fumure pourtant faible. En Europe, l'assolement triennal obligatoire avait institutionnalisé la jachère, une sole lui étant réservée chaque année, servant de parcours aux troupeaux. Universel jadis, encore répandu dans les campagnes archaïques, le repos temporaire du sol a donné lieu à des perfectionnements. La jachère morte consiste en un simple abandon du champ. En forêt tropicale, la jachère forestière dure de cinq à vingt-cinq ans après le brûlis. La jachère vive ou cultivée permet d'obtenir de faibles quantités de fourrages ou de grains médiocres (petit mil, fèves, pois chiches en Afrique). La jachère herbeuse, avec pousse d'herbes spontanées pâturées sur place, peut durer quatre ou cinq ans. Dans les régions d'hiver doux de la péninsule Ibérique elle forme un pâturage abondant. En Afrique sèche, on régénère la brousse par le feu pour avoir de l'herbe tendre. Le procédé de la jachère labourée, connu déjà à Rome, permet d'aérer le sol, de favoriser l'action des bactéries et le stockage de l'eau sous pluviométrie irrégulière.

— Roger BÉTEILLE

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'université de Poitiers

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AGRICOLE RÉVOLUTION

    • Écrit par Abel POITRINEAU, Gabriel WACKERMANN
    • 8 076 mots
    ...rectangulaires, jetés au hasard sur le finage du village, sans qu'aucun groupement organisé des parcelles fût discernable. Ici régnait l'assolement biennal, la jachère succédant chaque année aux céréales ; ce vieil et pauvre assolement méditerranéen, déjà en usage chez les anciens Hellènes, faisait une large...
  • AGRICULTURE - Histoire des agricultures jusqu'au XIXe siècle

    • Écrit par Marcel MAZOYER, Laurence ROUDART
    • 6 086 mots
    • 2 médias
    ...cultivées, les céréales d'hiver (blé, orge, seigle...), qui duraient environ neuf mois (de novembre à juillet), alternaient en général avec une friche herbeuse de quinze mois, la jachère, formant ainsi une rotation biennale. Pour renouveler la fertilité de ces terres, les animaux, pâturant...
  • AGRICULTURE - Agriculture et industrialisation

    • Écrit par François PAPY
    • 7 421 mots
    • 3 médias
    ...cultivé s'enrichit petit à petit de nouvelles espèces. La pomme de terre, le colza, la betterave, le navet, les haricots, après essais dans les jardins, sont introduits dans le territoire cultivé sur l'espace consacré à la jachère, c'est-à-dire à la longue période de préparation des terres, avec six à...
  • ÉLEVAGE

    • Écrit par Jean-Paul CHARVET
    • 6 709 mots
    • 11 médias
    ...Europe que dans la seconde moitié du xixe siècle, la nourriture des animaux d’élevage est nettement améliorée : elle est permise par la mise en culture des jachères grâce à diverses plantes fourragères. Cela favorise une intégration de l’élevage dans l’ensemble des activités de production agricole...

Voir aussi