ITALIELe cinéma

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le cinéma italien pendant l'époque fasciste (1922-1945)

Arrivé au pouvoir en 1922, le fascisme s'est d'abord peu soucié de la question du cinéma. En matière de communication de masse, il ne se préoccupe que de la presse écrite, ne prenant pas la mesure du message que peut véhiculer le film. Seuls l'intéressent les actualités et les documentaires ; le film de fiction apparaît comme un simple divertissement qu'il convient de contrôler au regard de l'ordre public et du respect des institutions. La législation rapidement mise en place vise à l'appropriation des actualités et des documentaires et à la mise sous tutelle, par le canal de la censure, des films de fiction. Ainsi, la question du cinéma se trouve résolue. Le contrôle de l'information est assuré par l'existence d'un seul journal d'actualité produit par un organisme d'État, l'Institut Luce. Le contrôle des œuvres de fiction se fait grâce à une censure d'autant plus efficace que, durant ces années, les films à examiner sont peu nombreux. Certes, la censure s'occupe aussi des bandes importées, notamment des États-Unis, mais sa tâche est simplifiée par des distributeurs qui se soucient de n'accepter en Italie que des films de divertissement aussi dénués que possible de toute atteinte aux bonnes mœurs et aux options politiques et idéologiques de l'État.

Cet équilibre, plus satisfaisant pour le pouvoir que pour les industriels qui aimeraient que la puissance publique intervienne pour relancer la production, aurait pu durer longtemps si l'avènement du parlant n'avait quelque peu brouillé les cartes. À la fin des années 1920, un industriel turinois, Stefano Pittaluga (1887-1931), qui a racheté les vieux studios de la Cines à Rome, prend la direction d'un groupe de producteurs pour obtenir l'appui des pouvoirs publics. Des travaux sont entrepris pour moderniser les installations et en octobre 1930 sort le premier film parlant italien, La canzone dell'amore (La Dernière Berceuse) de Gennaro Righel [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Paisà, R. Rossellini

Paisà, R. Rossellini
Crédits : OFI-FPP/ Everett Collection/ Bridgeman Images

photographie

«Huit et demi», F. Fellini

«Huit et demi», F. Fellini
Crédits : Embassy Pictures Corporation

photographie

Le cinéaste Ettore Scola

Le cinéaste Ettore Scola
Crédits : R. Petrosino/ Mondadori Portfolio via Getty

photographie

Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon, E. Petri

Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon, E. Petri
Crédits : The Kobal Collection/ Aurimages

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

France. Polémique autour de la création d'une cinquième chaîne de télévision. 15-29 novembre 1985

. du groupe italien Fininvest, qui contrôle 80 p. 100 de la télévision privée en Italie. Le capital de la nouvelle société, qui sera présidée par Jérôme Seydoux et contrôlée à 60 p. 100 par des intérêts français, reste ouvert à d'autres partenaires, « notamment à la presse française et à d'autres intérêts […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean A. GILI, « ITALIE - Le cinéma », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-le-cinema/