Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ITALIE Le cinéma

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Le cinéma italien pendant l'époque fasciste (1922-1945)

Arrivé au pouvoir en 1922, le fascisme s'est d'abord peu soucié de la question du cinéma. En matière de communication de masse, il ne se préoccupe que de la presse écrite, ne prenant pas la mesure du message que peut véhiculer le film. Seuls l'intéressent les actualités et les documentaires ; le film de fiction apparaît comme un simple divertissement qu'il convient de contrôler au regard de l'ordre public et du respect des institutions. La législation rapidement mise en place vise à l'appropriation des actualités et des documentaires et à la mise sous tutelle, par le canal de la censure, des films de fiction. Ainsi, la question du cinéma se trouve résolue. Le contrôle de l'information est assuré par l'existence d'un seul journal d'actualité produit par un organisme d'État, l'Institut Luce. Le contrôle des œuvres de fiction se fait grâce à une censure d'autant plus efficace que, durant ces années, les films à examiner sont peu nombreux. Certes, la censure s'occupe aussi des bandes importées, notamment des États-Unis, mais sa tâche est simplifiée par des distributeurs qui se soucient de n'accepter en Italie que des films de divertissement aussi dénués que possible de toute atteinte aux bonnes mœurs et aux options politiques et idéologiques de l'État.

Cet équilibre, plus satisfaisant pour le pouvoir que pour les industriels qui aimeraient que la puissance publique intervienne pour relancer la production, aurait pu durer longtemps si l'avènement du parlant n'avait quelque peu brouillé les cartes. À la fin des années 1920, un industriel turinois, Stefano Pittaluga (1887-1931), qui a racheté les vieux studios de la Cines à Rome, prend la direction d'un groupe de producteurs pour obtenir l'appui des pouvoirs publics. Des travaux sont entrepris pour moderniser les installations et en octobre 1930 sort le premier film parlant italien, La canzone dell'amore (La Dernière Berceuse) de Gennaro Righelli. La Cines de Pittaluga produit une quarantaine de films de 1931 à 1933, mais l'élan se ralentit avec la mise au point du système du doublage.

Il faut attendre 1934 pour qu'une politique cohérente d'intérêt pour le cinéma de la part du régime fasciste commence à apparaître. À l'instar des Allemands qui, après l'accession au pouvoir de Hitler, en 1933, ont tout de suite créé un ministère de la Propagande confié à Goebbels, les Italiens se décident à mettre en place, en septembre 1934, un sous-secrétariat d'État pour la Presse et la Propagande. Ce dernier se transforme en ministère en juin 1935 et prend son appellation définitive de ministère de la Culture populaire en mai 1937. Le cinéma lui est rattaché. Dans le cadre d'une dictature, l'industrie cinématographique pouvait être soit nationalisée, soit « encadrée ». L'État opte pour une voie intermédiaire : le cinéma est partagé entre le public et le privé selon un dosage qui laisse, malgré les apparences, la part belle aux entreprises indépendantes.

Le gouvernement – qui a déjà soutenu la création en 1932 du festival de Venise à l'intérieur de la Biennale d'Art – prend l'initiative de créer divers organismes ayant pour fonction de réglementer tous les secteurs de l'activité cinématographique. Cette politique hardie porte ses fruits. Le régime fasciste – le premier sans doute – a compris que dans un pays à population moyenne (comparable à celles de la France, l'Angleterre, l'Allemagne ou l'Espagne), l'étendue du marché – en l'absence d'exportation – ne permet pas de rentabiliser les films grâce à la seule exploitation intérieure. L'État doit donc combler les déficits si l'on veut disposer d'une production continue. Emblématique de cet engagement de l'Etat est l'inauguration en 1937 des célèbres studios[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite, université professeur émérite, université Paris I-Panthéon Sorbonne

Classification

Pour citer cet article

Jean A. GILI. ITALIE - Le cinéma [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 20/07/2010

Médias

<em>Ossessione</em>, L. Visconti - crédits : Industria Cinematografica Italiana/ Everett/ Aurimages

Ossessione, L. Visconti

<em>Paisà</em>, R. Rossellini - crédits : OFI-FPP/ Everett Collection/ Bridgeman Images

Paisà, R. Rossellini

Le cinéaste Ettore Scola - crédits : R. Petrosino/ Mondadori Portfolio/ Getty

Le cinéaste Ettore Scola