INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'intelligence économique regroupe l'ensemble des activités de collecte, d'analyse et de diffusion de l'information destinée à fournir aux décideurs les éléments dont ils ont besoin pour définir leurs stratégies. L'intelligence économique couvre des domaines variés, tels que l'identification des technologies stratégiques, la compréhension de l'environnement concurrentiel des entreprises dans le cadre de lamondialisation, ou encore l'analyse des négociations internationales qui fixent les normes et les standards du commerce mondial. En effet, l'accès à l'information donne un avantage concurrentiel décisif à celui qui la maîtrise. Bien sûr, l'intelligence économique se différencie de l'espionnage économique : ses acteurs procèdent ouvertement et utilisent uniquement des moyens légaux pour la collecte des informations. Elle se compose de trois volets distincts : collecte de l'information ou veille ; analyse de l'information et formulation de celle-ci en termes de stratégie, et utilisation de celle-ci par les entreprises dans leurs prises de décisions. Moyen d'influence à travers le lobbying auprès des pouvoirs publics et des organisations internationales, l'intelligence économique ne se limite plus aux entreprises, mais elle devient de plus en plus un enjeu étatique, pris en compte très sérieusement par un grand nombre de pays.

Aux origines de l'intelligence économique

L'intelligence économique n'a été définie qu'en 1967 par le politologue américain Harold Wilensky dans son ouvrage L'Intelligence organisationnelle, mais la pratique elle-même est très ancienne et, à ses débuts, elle n'est pas liée à l'entreprise. On pourrait la rapprocher des données rapportées par les commerçants et les explorateurs, dont les récits de voyage constituent d'importantes sources d'informations pour les États. À cet égard, on peut citer les récits de voyage médiévaux de Marco Polo et ceux de Jean de Mandeville en Asie, qui contiennent une mine d'informations géographiques et botaniques. De même les lettres et rapports rédigés par les missionnaires envoyés dans le monde entier et très intégrés dans le tissu social donnaient de précieuses informations sur la vie locale et les découvertes effectuées. À cet égard, il ne faut pas oublier que, au xvie siècle, quand se forment les premiers grands empires coloniaux modernes, la volonté de domination des principaux pays européens est autant politique que commerciale. En outre, diplomatie et économie se sont souvent confondues. Ainsi, sous le règne de Louis XIV, les envoyés officiels du royaume procédaient au recueil systématique d'informations stratégiques pour informer le roi sur les forces de l'ennemi, mais aussi sur sa politique, sur l'état de son économie, de ses ports et sur le montant de ses réserves financières. Ces informations étaient capitales pour conclure ou non des alliances et des traités.

Ensuite, la révolution industrielle a accentué la valeur stratégique de l'information économique. À titre d'exemple, sous le règne de Victoria, la Grande-Bretagne a transformé le Colonial Office et l'Indian Office en de véritables officines de recueil et de diffusion de l'information économique et industrielle. Ainsi, pendant la guerre du coton qui a opposé au xixe siècle les manufactures du Lancashire, détentrices du secret de la machine à tisser, aux producteurs de coton américains qui cherchaient à acquérir cette technologie, les patrons des manufactures britanniques menaçaient leurs ouvriers de sévères sanctions (pouvant aller jusqu'à l'amputation de la main) dans le cas où ils livreraient ces informations aux maîtres-tisserands d'outre-Atlantique. On pourrait aussi citer les multiples faits, qui se situent à la frontière de l'« intelligence » et de l'« espionnage », que les contextes des guerres mondiales puis de la guerre froide ont générés.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur à l'université Notre-Dame-de-Louaizé, Liban, président de l'École nationale d'administration-Liban

Classification

Autres références

«  INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE  » est également traité dans :

SERVICES SECRETS

  • Écrit par 
  • Pascal LE PAUTREMAT
  •  • 8 667 mots

Dans le chapitre « Intelligence et guerre économiques »  : […] Depuis l'effondrement de l'Union soviétique, la logique de mondialisation a conduit à une accentuation de la concurrence internationale et à un durcissement conséquent des stratégies commerciales et entrepreneuriales. Si bien que la plupart des services secrets ont intégré dans leurs prérogatives des compétences inhérentes à la guerre économique. En même temps, il ne faut pas oublier que depuis l […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

26-29 novembre 2008 Inde. Attaque terroriste meurtrière à Bombay

Le 26, dans la soirée, des terroristes islamistes armés se réclamant d'un groupe inconnu, les Moudjahidin du Deccan, attaquent divers sites de Bombay (Mumbai), la capitale économique du pays, faisant de nombreuses victimes au cours de la nuit. Ils s'en prennent à la gare centrale, à deux hôpitaux, à un cinéma, à un restaurant, au centre de la communauté juive des loubavitch ainsi qu'à deux hôtels de prestige, le Taj Mahal et l'Oberoi-Trident, où des centaines de personnes restent prisonnières. […] Lire la suite

13 septembre 2007 France. Annonce de la fusion de la D.S.T. et des R.G.

Baptisé Direction centrale du renseignement intérieur, le nouvel ensemble doit être opérationnel au début de 2008 et comprendra quatre directions: le contre-espionnage, la lutte contre le terrorisme et les «menées subversives», l'intelligence économique et la surveillance de la contestation sociale.  […] Lire la suite

9-27 février 2004 France. Poursuite du conflit des chercheurs et des intermittents du spectacle

Le 19, le club « Dialogue et initiative » fondé et animé notamment par le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin défend, dans un courrier électronique, « le bon sens économique » et appelle à une « guerre contre l'immobilisme ». Le 21, lors de la cérémonie de remise des césars du cinéma français, le ministre de la Culture et de la Communication Jean-Jacques Aillagon est pris à partie par des intermittents du spectacle qui dénoncent toujours la réforme de leur régime d'assurance-chômage. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges LABAKI, « INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/intelligence-economique/