INSTITUT DE FRANCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Triple Portrait de Richelieu, P. de Champaigne

Triple Portrait de Richelieu, P. de Champaigne
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Tombeau de Mazarin, A. Coysevox

Tombeau de Mazarin, A. Coysevox
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie


« La France, seule, a un Institut où tous les efforts de l'esprit humain sont comme liés en un faisceau, où le poète, le philosophe, l'historien, le critique, le mathématicien, le physicien, l'astronome, le naturaliste, l'économiste, le juriste, le sculpteur, le peintre, le musicien, peuvent s'appeler confrère. » Ces propos qu'Ernest Renan tenait en 1867 résument bien le projet qui avait amené les Conventionnels à créer en 1795 l'Institut, alors qualifié de « national ».

En effet, cette institution unique réunit et fédère cinq Académies : l'Académie française, l'Académie des inscriptions et belles-lettres, l'Académie des sciences, l'Académie des beaux-arts et l'Académie des sciences morales et politiques. L'Institut de France est à la fois l'administrateur du palais où siègent les Académies, le gestionnaire du patrimoine commun et l'organisateur du lien entre ces cinq corps, tout en exerçant une mission de mécénat à travers ses propres fondations.

En deux siècles d'existence, la perception de cette institution est devenue très ambivalente. Critiqués, parfois moqués, jalousés, l'Institut de France et les Académies qui le constituent sont en même temps admirés, courtisés et convoités. Pionniers efficaces dans certains domaines et gardiens légitimes de la tradition pour les uns, archaïques et inutiles pour les autres, ils suscitent aujourd'hui des sentiments fortement contrastés. Toutes ces contradictions ne s'expliquent qu'à travers une histoire de la vie intellectuelle française et de cette institution, qui illustre le fait que l'Institut a toujours été de son temps.

Origines et histoire

L'Institut de France est né le 25 octobre 1795, mais seule sa généalogie royale permet de comprendre ses origines révolutionnaires. La première des Académies royales est due à la volonté du cardinal de Richelieu, qui, conscient de l'importance des écrivains dans le [...]

Triple Portrait de Richelieu, P. de Champaigne

Triple Portrait de Richelieu, P. de Champaigne

Photographie

Philippe de Champaigne (1602-1674), Triple Portrait de Richelieu, huile sur toile, 1642. National Gallery, Londres. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : directeur du Centre français de recherche en sciences sociales, Prague

Classification


Autres références

«  INSTITUT DE FRANCE  » est également traité dans :

DAUNOU PIERRE CLAUDE FRANÇOIS (1761-1840)

  • Écrit par 
  • Bernard PLONGERON
  •  • 972 mots

Ancien oratorien français qui marqua, par une grande activité d'érudit et d'homme politique, la période révolutionnaire et le début du xix e  siècle. Né à Boulogne-sur-mer d'un père d'origine agenaise, chirurgien de l'Amirauté, et d'une mère issue d'une famille d'apothicaires boulonnais, Daunou est le seul survivant, avec sa sœur aînée, de cinq en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-claude-francois-daunou/#i_35996

ENSEIGNEMENT DE L'ART

  • Écrit par 
  • Annie VERGER
  •  • 16 047 mots

Dans le chapitre « L'enseignement des « beaux-arts » »  : […] Garantes de la définition dominante de l'art, l'Académie royale de peinture et de sculpture (devenue l'Académie des beaux-arts en 1816), l'Académie de France à Rome et l'École de dessin appelée par la suite des beaux-arts de Paris ont subi, à chaque rupture historique, les attaques les plus violentes. La Convention les supprime ; le Directoire les rétablit ; Napoléon les transforme. Sous la Commu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enseignement-de-l-art/#i_35996

FONDATION DE L'ACADÉMIE DES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Simone MAZAURIC
  •  • 1 560 mots

Dans le chapitre « La fondation officielle de l’Académie des sciences  »  : […] Toutefois, l’autorité exercée par la monarchie sur l’Académie des sciences est d’abord restée discrète, Louis XIV ne souhaitant pas s’engager davantage à son égard. Durant plus de trente ans, l’Académie a donc fonctionné sans faire l’objet d’une reconnaissance officielle plus explicite que celle qui avait accompagné sa création. La fin de la guerre de la ligue d’Augsbourg (1688-1697), la brève amé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fondation-de-l-academie-des-sciences/#i_35996

FRANCE (Histoire et institutions) - Formation territoriale

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 12 872 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le respect des particularismes locaux »  : […] L'assimilation des régions conquises fut facilitée par le respect des privilèges anciens. Le roi et les villes rattachées à la France sont unis par des traités de capitulation qui comportent l'engagement du souverain de reconnaître les libertés locales. Louis XIV accepte de prononcer en Franche-Comté le serment des comtes de Bourgogne et à Lille celui des comtes de Flandre, sorte de compensation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-formation-territoriale/#i_35996

IDÉOLOGUES

  • Écrit par 
  • André CANIVEZ
  •  • 1 692 mots

Dans le chapitre « Un nouvel esprit scientifique »  : […] Délaissant la métaphysique considérée comme impossible, les idéologues s'adonnent aux sciences de l'homme. Cabanis, Destutt de Tracy, Volney, Siéyès, Garat, Daunou, Dupuis et tant d'autres sont unis par la jeunesse et l'amitié. Ils mettent beaucoup de leurs idées en commun, avides d'applications pratiques en ces temps de remuement des vieilles structures. À leurs risques, ils œuvrent à la constitu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ideologues/#i_35996

Voir aussi

Pour citer l’article

Antoine MARÈS, « INSTITUT DE FRANCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/institut-de-france/