BERGMAN INGMAR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Moi je vis dans l'image »

C'est peut-être cette omniprésence de l'histoire personnelle et des obsessions propres qui a pu, à certaines époques, éloigner le public de Bergman. Dans le sentiment critique français, il est passé par plusieurs purgatoires ; les voltairiens l'ont trouvé trop religieux, les frivoles, trop pesamment démonstratif, les gauchistes petit-bourgeois, trop bourgeois – ce qui signifie seulement qu'il s'est fort peu soucié de conformité à une idéologie, surtout bien-pensante. À chaque fois, la puissance et la beauté des films ont eu raison des réticences, et un panorama de l'œuvre révèle une évidence : Bergman est un grand inventeur d'idées de cinéma. Il a été passionné par certains univers entre chien et loup, celui de la prière de l'agnostique (Les Communiants), celui de l'artiste avec ses démons (L'Heure du loup), celui de l'adultère avec son mensonge (Une passion, De la vie des marionnettes), mais ce n'est pas cela qui le distingue. Chaque trait de ces univers est rendu par une forme, toujours surprenante. La fascination pour le double, qu'il partage avec d'autres hommes d'image, a donné chez lui d'innombrables variantes de cadrage liées au miroir, et culminant dans Persona. La passion pour les acteurs et les actrices, l'extrémisme des relations entre personnages l'a conduit à inventer une prise des visages en gros plan qui réponde au vieux programme de la photogénie, par une espèce d'antiphotogénie, capable d'exprimer le visage en le traitant violemment, par la lumière et surtout par le cadre : visages coupés, compressés, mis à l'horizontale, voire carrément renversés pour perdre leur humanité et devenir de monstrueuses choses sans nom. Dans ses plus grands chefs-d'œuvre, Bergman avait atteint à une science du cadrage telle que le moindre de ses plans trahissait sa « main » – comme c'est le cas pour Dreyer, dont il est souvent proche, ou comme pour Bresson, mais dans un sens tout différent (pas de bords tranchants, ici, mais des bords oppressants).

Persona, d’I.Bergman, avec B. Andersson et L. Ullman

Persona, d’I.Bergman, avec B. Andersson et L. Ullman

Photographie

Persona (1966) marque un tournant dans l'œuvre d'Ingmar Bergman. Pour ce fascinant jeu de miroir qui est aussi un voyage au bout de l'image, le cinéaste recourt à deux actrices hors pair, Liv Ullman et Bibi Andersson (à gauche sur la photo). Cette dernière saura y reconnaître le rôle de sa... 

Crédits : Sunset Boulevard/ Corbis/ Getty Image

Afficher

Pourtant, le plus profond de son invention touche à un domaine où il est moins célébré : le mon [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Médias de l’article

Monika, I. Bergman

Monika, I. Bergman
Crédits : Prod DB/ AllPix/ Aurimages

photographie

Le Silence, I. Bergman

Le Silence, I. Bergman
Crédits : Album/ AKG-images

photographie

Persona, d’I.Bergman, avec B. Andersson et L. Ullman

Persona, d’I.Bergman, avec B. Andersson et L. Ullman
Crédits : Sunset Boulevard/ Corbis/ Getty Image

photographie





Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, directeur d'études, École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  BERGMAN INGMAR (1918-2007)  » est également traité dans :

BERGMAN INGMAR - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 062 mots

14 juillet 1918 Naissance d'Ingmar Bergman à Uppsala (Suède).1930 Après avoir découvert le cinéma avec un projecteur amateur, le jeune Bergmanvisite les studios de la Svensk Film Industri près de Stockholm.1937-1939 Néglige ses études de littérature et d'histoire de l'art au pr […] Lire la suite

LES FRAISES SAUVAGES, film de Ingmar Bergman

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 1 063 mots

À trente-neuf ans, Ingmar Bergman passe pour un véritable bourreau de travail, écrivant ou réalisant près de deux films par an. Sa première réalisation, Crise (Kris), en 1946, est un hommage, déjà très personnel, au réalisme poétique, mais le jeune homme dévoré d'ambition, au talent précoce, doit attendre son se […] Lire la suite

LES FRAISES SAUVAGES (I. Bergman), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 203 mots

D'une histoire simple – le vieux docteur Isaak Borg se rend en automobile de Stockholm à l'université de Lund pour fêter son jubilé –, Ingmar Bergman fait une plongée dans le passé et l'inconscient de son héros. Si Les Fraises sauvages confirme la « modernité » de Bergman, le film fait aussi découvrir à un large public l'œuvre d'un […] Lire la suite

ANDERSSON BIBI (1935-2019)

  • Écrit par 
  • Colette MILON
  •  • 901 mots
  •  • 1 média

Elle fut le sourire de Bergman, sa lumière vive. Apparue dans nombre de ses films et de ses réalisations pour la télévision, l’actrice suédoise est une figure indissociable de son œuvre. Née le 11 novembre 1935 à Stockholm, Berit Elisabeth Andersson, « Bibi », fille d’un homme d’affaires et d’une assistante sociale, rêve très tôt de devenir comédienne. Elle a quinze ans lorsqu’elle rencontre Ingm […] Lire la suite

ANSPACH SÓLVEIG (1960-2015)

  • Écrit par 
  • Nicole GABRIEL
  •  • 704 mots
  •  • 1 média

Sólveig Anspach est née le 8 décembre 1960 à Heimaey, dans l’archipel de Vestmann (Islande), d’une mère islandaise et d’un père juif viennois qui avait rejoint les États-Unis puis combattu en Europe sous l’uniforme américain. Cette citoyenne du monde grandit à Paris, fréquente l’école allemande, fait des études de philosophie et de psychologie avant d’intégrer la Femis, d’où elle sort diplômée en […] Lire la suite

BERGMAN INGRID (1915-1982)

  • Écrit par 
  • Hubert HARDT
  •  • 990 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une perfection où s’installe le doute »  : […] Refusant de se laisser confiner par la suite dans un genre où le public la retrouverait toujours semblable, elle arrache, au lieu du rôle de « la petite fiancée », celui de « l'impudente barmaid » dans Dr. Jekyll and Mr. Hyde de Victor Fleming (1941). Les firmes de Hollywood se la disputent, et lui offrent l'élite des partenaires : outre Gary Cooper, Humphrey Bogart pour Casablanca de Michael Cu […] Lire la suite

CINÉMA ET OPÉRA

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe FERRARI
  •  • 3 255 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le film-opéra »  : […] Avec la réussite artistique et commerciale de La Flûte enchantée d' Ingmar Bergman , l'année 1975 marque une étape importante de l'histoire de la représentation de l'opéra au cinéma. Avec ce film, tourné dans le Théâtre du château royal de Drottningholm, près de Stockholm, Bergman crée en effet une forme cinématographique nouvelle où l'image et la musique, loin d'être plaquées l'une sur l'autre, […] Lire la suite

DAHLBECK EVA (1920-2008)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 230 mots

Actrice et écrivain suédoise, née le 8 mars 1920 à Saltsjö-Duvnäs, non loin de Stockholm, Eva Dahlbeck est élève à partir de 1939 du Théâtre royal de Stockholm. Elle fait ses débuts au cinéma en 1941. On la voit ainsi dans Bara en mor ( Rien qu'une mère , 1949), d'Alf Sjöberg. Elle va camper des rôles de femme forte et sage dans plusieurs des premiers films du réalisateur suédois Ingmar Bergman. […] Lire la suite

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 795 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Érotisme et vision du monde »  : […] Techniquement, le cinéma se transforme en instrument de propagation d'un culte. Le « vedettariat » ne se conçoit pas sans certains rites. Que de jeunes premiers doivent apparaître torse nu ! Que d'actrices se montrent dévêtues, même des « intellectuelles » comme Edwige Feuillère dans Lucrèce Borgia , comme Jeanne Moreau qu'on a vue dans bien des baignoires, celle des Amants et celle de La Nuit r […] Lire la suite

FANNY ET ALEXANDRE (mise en scène J. Deliquet)

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 965 mots
  •  • 1 média

L’œuvre-somme d’Ingmar Bergman fut à l’origine un roman partiellement autobiographique. D’abord adapté pour la télévision dans une version en quatre parties d’une durée totale de plus de cinq heures, le film connut une sortie remaniée en salles en 1982, qui lui valut d’obtenir l’année suivante l’oscar du meilleur film étranger. Comme le livre, le film est d’abord un hymne à la magie du théâtre et […] Lire la suite

HUIT ET DEMI, film de Federico Fellini

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 1 082 mots

Dans le chapitre « Projection d'un retour sur soi-même »  : […] Après une Dolce Vita qui conservait encore une forme narrative, le réalisateur abandonne pour longtemps, avec Huit et demi , le modèle dramatique conflit/résolution, ou le schéma faute/rédemption, au profit de la chronique infinie. Il prend aussi le risque d'un film obscur, nombriliste, hermétique au public populaire. Le succès de cinéphilie que l'œuvre, récompensée au festival de Moscou et à Hol […] Lire la suite

JOSEPHSON ERLAND (1923-2012)

  • Écrit par 
  • Patricia BAUER
  •  • 405 mots
  •  • 1 média

Acteur fétiche d'Ingmar Bergman, le Suédois Erland Josephson est surtout connu pour sa capacité à incarner des personnages complexes et à transmettre de profondes émotions, comme dans Scener ur ett äktenskap (1973, Scènes de la vie conjugale ), où il tient le rôle principal au côté de Liv Ullmann. Erland Josephson naît le 15 juin 1923, à Stockholm. Sa collaboration avec Ingmar Bergman commence a […] Lire la suite

LE SACRIFICE (A. Tarkovski), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 207 mots

« Je considère que notre civilisation mourra du progrès matériel, à cause non pas des conséquences physiques, mais bien plutôt des conséquences spirituelles qui en résultent. » Cette réflexion est à l'origine du dernier film d'Andrei Tarkovski (1932-1986), un des rares cinéastes à l'inspiration authentiquement et ouvertement religieuse qu'ait connus le cinéma de la fin du xx e  siècle. Impossible […] Lire la suite

SCANDINAVE CINÉMA

  • Écrit par 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 1 766 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Renaissance suédoise »  : […] Si le cinéma suédois, malgré ces défections, renforce son infrastructure et ses traditions artistiques, révélant de nouveaux cinéastes (John W. Brunius, Per Lindberg, Gustav Molander), l'étoile du cinéma danois pâlit entre les deux guerres, malgré les films d'Anders-Wilhelm Sandberg, souvent adaptés de romans de Dickens et malgré le succès de la série burlesque de Lau Lauritzen, Fy og Bi ( Doubl […] Lire la suite

SYDOW MAX VON (1929-2020)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 547 mots

Max von Sydow (de son vrai nom Carl Adolf von Sydow) est né le 10 avril 1929 à Lund, en Suède. Attiré par le théâtre depuis l'enfance, il prend des cours d'art dramatique à la Royal Dramatic Theatre School à Stockholm (1948-1951). Il devient ensuite l'un des comédiens les plus prometteurs du Norrköping-Linköping Municipal Theatre (1951-1953). Sa popularité ne cesse de croître, au Municipal Theatre […] Lire la suite

THULIN INGRID (1926-2004)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 812 mots
  •  • 1 média

Avec Harriet et Bibi Andersson, Liv Ullmann, Eva Dahlbeck, l'actrice Ingrid Thulin a marqué incontestablement le cinéma et les mises en scènes de théâtre d'Ingmar Bergman, tout comme le cinéaste suédois l'a profondément influencée. Pourtant, ce n'est pas à une débutante qu'il fait interpréter, en 1957, le rôle délicat de la belle-fille et confidente du vieil Isaak Borg dans Les Fraises sauvages . […] Lire la suite

ULLMANN LIV (1939- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 480 mots

Actrice norvégienne réputée pour sa beauté naturelle et ses interprétations d'une grande finesse de personnages à la psychologie complexe, Liv Ullman a étroitement lié son nom à celui du réalisateur suédois Ingmar Bergman, avec qui elle tourna plusieurs films qui ont fait date. Le père de Liv Ullmann, un ingénieur norvégien, se déplaçait très fréquemment pour raisons professionnelles. Liv naît do […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques AUMONT, « BERGMAN INGMAR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ingmar-bergman/