INDO-EUROPÉENS (archéologie)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'arbre des langues et des gènes

Colin Renfrew va contourner ces difficultés en devenant partie prenante d'un modèle plus médiatisé encore, celui de l'origine unique des langues et des gènes. À partir de la fin des années 1980 en effet, une hypothèse ancienne (elle remonte à la Bible !), celle d'une origine unique de toutes les langues du monde, est développée par les linguistes américains Joseph Greenberg et Merritt Ruhlen, sous la forme d'un vaste arbre généalogique. Ils confrontent bientôt leurs résultats à ceux d'une équipe de généticiens américains rassemblés autour de Luigi Cavalli-Sforza, qui pense pouvoir réunir l'ensemble des humains actuels en un arbre généalogique unique. La confrontation des deux arbres montrerait des coïncidences frappantes (mais aussi des contradictions). L'une des étapes de cette diffusion des gènes et des langues serait la formation, vers — 10 000 ans avant notre ère, d'une population de proto-agriculteurs parlant une langue particulière, dite « nostratique » (une hypothèse faite dès le début du xxe siècle par le Danois Holger Pedersen). Avec l'invention de l'agriculture qui lui permet un accroissement démographique rapide, cette population se répand bientôt dans diverses directions, diffusant à chaque fois l'agriculture et donnant en même temps naissance à différents groupes de langues, les langues hamito-sémitiques au Proche-Orient, les langues indo-européennes en Europe, les langues caucasiennes dans le Caucase, les langues élamo-dravidiennes en Mésopotamie puis dans le sud de l'Inde, voire les langues finno-ougriennes en Eurasie.

Ce modèle facile à comprendre et qui renoue avec un mythe ancien se heurte en fait à de grandes difficultés méthodologiques. S'il est évident que tous les humains actuels remontent aux premiers australopithèques africains vivant il y a 6 millions d'années, et si les conditions de possibilités du langage, à la fois sur le plan physiologique et sur le plan cognitif, se mettent peu à peu en place au cours de l'évolution d'Homo erectus, entre 1 million et 500 000 ans [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne et à l'Institut universitaire de France

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Paul DEMOULE, « INDO-EUROPÉENS (archéologie) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/indo-europeens/