INDO-EUROPÉENS (archéologie)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les premières sociétés inégalitaires

Toutefois l'hypothèse steppique ne peut pas être considérée comme définitivement établie. En effet, elle suppose d'une part que la « paléontologie linguistique » nous livre effectivement l'image d'une société guerrière de pasteurs-nomades dont on a vu que Schrader, de manière un peu circulaire, la postulait au départ. Elle suppose d'autre part que des migrations généralisées à partir des steppes pontiques seraient archéologiquement prouvées. On constate effectivement des signes de tensions entre les riches civilisations néolithiques et chalcolithiques de l'Europe balkanique, dont la prospérité paraît décroître vers la fin du Ve millénaire, et les populations des steppes. Mais les premières semblent s'effondrer tout autant de l'intérieur, en partie à cause de l'excessive concentration de richesses entre les mains de groupes dirigeants très restreints (comme le montre par exemple la nécropole de Varna en Bulgarie), que sous les coups d'envahisseurs extérieurs. En outre, beaucoup d'archéologues de ces régions ont la tentation de surinterpréter leurs données dans le sens de l'hypothèse steppique. Symétriquement, la culture de Seredni Stog II n'est pas la seule à pouvoir être qualifiée de guerrière. Des traces de violences (édification des villages sur des hauteurs, premières fortifications, incendies généralisés, blessures de guerre relevées sur les squelettes) peuvent être constatées à la même époque, et indépendamment, dans l'ensemble de l'Europe.

Ce dont témoigne archéologiquement l'Europe du Ve millénaire avant notre ère, c'est moins de grandes migrations guerrières que d'un remodelage d'ensemble, qui provoque un peu partout l'apparition des premières sociétés inégalitaires hiérarchisées (ou « chefferies »), elle-même consécutive aux tensions démographiques nées de la fin du processus de colonisation néolithique de notre continent.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages





Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne et à l'Institut universitaire de France

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Paul DEMOULE, « INDO-EUROPÉENS (archéologie) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/indo-europeens/