MOSSET OLIVIER (1944- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Berne (Suisse) à la fin de la guerre, l’artiste Olivier Mosset incarne sans doute les contradictions des avant-gardes artistiques, telles qu'elles se sont manifestées en Europe et aux États-Unis depuis les années 1960. Ayant vécu et travaillé à Paris de 1965 à 1977, il s'est installé ensuite aux États-Unis, où il joue, non sans un certain détachement, un rôle de pivot entre les deux continents.

Olivier Mosset s'était radicalisé dès 1965 en peignant de petits tableaux verticaux qui ne représentaient que la lettre A, en noir sur fond blanc. En 1966, il remplaça celle-ci par un gros point noir, d'une impersonnalité mécanique aussi parfaite. En 1967, il s'intègre au groupe formé par Daniel Buren, B.M.P.T. (Buren-Mosset-Parmentier-Toroni), dont le but est de démontrer, en art, le caractère dérisoire du culte de la personnalité. Chacun d'eux se borne à peindre un seul signe : le cercle noir sur fond blanc pour Mosset, les rayures verticales pour Buren, etc. Mais il leur arrive de jouer à cache-cache et de présenter, chacun sous son nom, des toiles reproduisant exactement celles que peignent habituellement les autres. Selon Mosset, le principe commun consistait à admettre que la figure conçue par chacun appartenait de droit à tous. La peinture, telle qu'il l'entend, existe indépendamment de ses auteurs, comme un en-soi visuel, indépendant du contexte. Ainsi se détache-t-il des philosophies sous-jacentes (progressistes, ou théosophiques) à tous les extrémistes classiques de l'abstraction : Malevitch, Rodtchenko, Kandinsky, Mondrian. Ses cercles noirs sont toujours de 4,5 cm de diamètre interne et de 7,8 cm de diamètre externe, sur des toiles toujours de mêmes dimensions : 100 × 100 cm.

En 1968, Serge Bard lui consacre un texte, pour un catalogue sans exposition. Mais Olivier Mosset sera le premier peintre du groupe à être sollicité par une galerie (Jean Larcade) pour une exposition personnelle. Malgré sa position politique (d'extrême gauche), et peut-être à cause d'elle, il ne se dérobe pas devant les obligations du peintre, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MOSSET OLIVIER (1944- )  » est également traité dans :

BUREN DANIEL (1938- )

  • Écrit par 
  • Marcella LISTA
  •  • 1 410 mots

Dans le chapitre « Le « degré zéro » de la peinture »  : […] Le renoncement au geste en faveur d'une trame anonyme, devenue pure signalétique visuelle, a partie liée avec une critique profonde du milieu de l'art, de ses valeurs et de son mode de fonctionnement. Au mois de décembre 1966, l'association B.M.P.T., formée par Buren et les peintres Olivier Mosset, Michel Parmentier et Niele Toroni, se fixe justement pour but, à travers une série de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-buren/#i_93585

LES ÉCRITS 1965-2012 (D. Buren) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 022 mots

Dans le chapitre « La question du décoratif »  : […] L’aventure des É crits a commencé en 1989, alors que Daniel Buren préparait son exposition pour le C.A.P.C. (Centre d’arts plastiques contemporains-musée d’Art contemporain) de Bordeaux. Son directeur, Jean-Louis Froment, fit alors le pari de retrouver et de publier l’ensemble des textes depuis 1965. Réédités en 2013 par Flammarion […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-ecrits-1965-2012/#i_93585

PARMENTIER MICHEL (1938-2000)

  • Écrit par 
  • Bernard MARCADÉ
  •  • 844 mots

Le peintre Michel Parmentier est né à Paris en 1938. Son œuvre reste historiquement liée aux quatre manifestations auxquelles il participa en 1967, en compagnie de Daniel Buren, Olivier Mosset et Niele Toroni. Cette œuvre, qu'il interrompit volontairement en 1968 et qu'il reprit en 1983, est marquée par son radicalisme, son absence de parti pris expressif et son refus de tout compromis formel et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-parmentier/#i_93585

Pour citer l’article

Alain JOUFFROY, « MOSSET OLIVIER (1944- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/olivier-mosset/