Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

IMITATION, esthétique

Inscrite au cœur de la plupart des poétiques et des esthétiques, l'imitation est l'une des notions les plus chargées de la pensée des arts. Qu'il s'agisse de la littérature artistique dans son ensemble, de l'histoire ou de la théorie des arts et de la philosophie de l'art, il n'est pas d'écrit qui, depuis l'Antiquité, ne l'aborde, ne s'y réfère, ou ne la rejette.

Elle n'a aujourd'hui rien perdu de son actualité. Si l'idée d'une reproduction fidèle de la réalité « telle qu'elle est » – objet, monde, sujet – n'a plus cours (il resterait d'ailleurs à démontrer que les arts s'étaient donné un tel but), les idées de représentation, puis, très récemment, de fiction ont permis de réinterpréter l'imitation à partir de notre temps. Les artistes contemporains y participent, en organisant un réemploi de l'imitation qui se joue au passage du trompe-l'œil et de la copie.

On ne saurait cependant en déduire que l'imitation est un concept caractéristique des réflexions sur l'activité artistique. À l'origine était la mimèsis. Ce terme grec, dont « imitation » est une traduction, désigne ce que l'on pourrait appeler une action interprétative. L'imitation ne restitue pas le réel, elle construit une représentation qui produit de la réalité. Nous croyons en cette représentation et lui prêtons un effet de réel.

On utilise le terme de « jeu » pour décrire ce qu'accomplit l'acteur par les gestes et les paroles. La mimèsis est, elle aussi, un jeu par lequel le vivant se développe, apprend et enseigne. La fonction cognitive de la mimèsis est, dans cette perspective, évidente. L'exercice inventif qui conduit, par toutes sortes de moyens, à une représentation dotée de réalité, est un vecteur d'intelligibilité tant pour celui qui imite que pour celui qui est en position de récepteur de la performance.

Arts

Plus qu'une pratique, l'imitation est donc une conduite. Elle relève en ce sens d'abord d'une anthropologie générale. Sa naturalité, en tant que comportement biologique, se trouve prise d'emblée dans le prisme des codes et des traditions, et par là référée à une dimension culturelle qui l'inscrit dans une temporalité historique. La psychologie de l'enfant (Jean Piaget), l'éthologie et les études sur le mimétisme animal (Konrad Lorenz), comme la sociologie (Gabriel Tarde) ou l'histoire, sont des champs d'investigation aussi décisifs que l'analyse des œuvres d'art pour comprendre la nature et la fonction du régime mental, mais aussi physique qu'est l'imitation. Sa définition esthétique bénéficie de son extension.

Une polarité originaire : du rejet platonicien...

Ce sont les dialogues de Platon qui inaugurent, au ive siècle av. J.-C., la relation des arts et de la mimèsis. Au livre X de La République, le philosophe condamne les arts « éloignés de deux degrés » par rapport à la vérité. Le lit peint imite l'objet fabriqué, qui lui-même est un artefact, imaginé, puis constitué d'après une « forme » (eidos), en vue d'une fonction. Les arts se retrouvent dans une impasse – ce que Platon appelle une « aporie ».

Puisque la copie n'égale jamais le modèle, et puisque sa qualité essentielle est l'excellence de la ressemblance à l'Idée, l'œuvre d'art n'a d'autre visée que d'orienter vers cette dernière. Mais puisque la copie demeure sensible et puisque le sensible est ontologiquement une copie de l'intelligible, quand il n'en est pas la chute, voire la perte, une inadéquation consubstantielle mine l'imitation. Pour donner l'apparence du vrai, l'œuvre d'art est vouée à leurrer le spectateur par le biais d'une imitation illusionniste.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'esthétique à l'École des hautes études en sciences sociales, Paris
  • : professeur de littérature française du XVIIe siècle, université Rennes-2

Classification

Pour citer cet article

Danièle COHN et François TRÉMOLIÈRES. IMITATION, esthétique [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Média

<it>Nourrir les affamés</it>, A. Canova - crédits : Cameraphoto/ AKG-images

Nourrir les affamés, A. Canova

Autres références

  • ABSTRAIT ART

    • Écrit par
    • 6 716 mots
    • 2 médias
    ...ruisseau, le fracas d'un torrent, le sifflement du vent dans une forêt,ou les harmonies du langage humain fondées sur la raison et non sur l'esthétique. » La doctrine de l'imitation avait conforté l'autorité du parallèle entre la poésie – peinture parlante – et la peinture – poésie muette. Avec...
  • ART (Aspects esthétiques) - La contemplation esthétique

    • Écrit par
    • 3 634 mots
    ...ainsi des critères à la fois méthodologiques et interprétatifs. Dans le livre X de la République, l'art est nettement défini par Platon comme «  imitation » : la poésie comme la musique reflètent les actes et les passions des hommes, mais ce qu'imite le poète, ce n'est point l'aspect noble de...
  • ART (Aspects culturels) - Public et art

    • Écrit par
    • 6 256 mots
    • 1 média
    ...autre principe, qui fut longtemps fondamental pour l'appréhension des œuvres, repose sur l'identification d'un motif à travers la notion de « mimésis », d' imitation. Soumise à rude épreuve avec les développements de l'art moderne, une telle exigence repose sur la conviction que l'art a pour but véritable...
  • ART (notions de base)

    • Écrit par
    • 3 282 mots
    ... est comme « une folie venue des dieux » ? D’autre part, en adéquation avec les théoriciens contemporains de l’esthétique, il condamnait la simple imitation (que la langue grecque nomme mimèsis), jugeant vain de redoubler la nature par des copies qui n’ont d’autre effet que de nous engluer...
  • Afficher les 30 références