IMAMITES ou DUODÉCIMAINS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tenants d'une secte shī‘ite, également appelés duodécimains. Cette branche est essentiellement représentée par l'islam iranien. Le shī‘isme s'est morcelé, au cours de son histoire, à l'occasion de la succession des imāms. Ainsi, à la mort de Dja‘far al-Sādiq, sixième imām des duodécimains, les partisans de son fils Ismā‘īl soutinrent que leur candidat avait reçu l'investiture de son père, et qu'il était en état d'occultation jusqu'au jour où il reviendrait comme mahdī : ce sont les ismaéliens. Les mūsāwiyya, au contraire, prétendaient que le successeur légitime de l'imām défunt était un autre de ses fils, Mūsā. Ils furent les duodécimains, et Mūsā est leur septième imām. Il y eut encore une crise lors de la mort d'Abūl-Ḥasan al-‘Askarī (868) ; tandis qu'un des groupes voyait dans son troisième fils, Muḥammad, le mahdī attendu et que Muḥammad b. Nusayr al-Namīrī, considérant le calife disparu comme une incarnation de l'Esprit-Saint dont il revendiquait pour lui-même la succession, fondait ainsi la secte des nuṣayrīs, les duodécimains reconnaissaient comme onzième imām le fils d'Abūl-Ḥasan al-‘Askarī, nommé al-Ḥasan al-‘Askarī. Enfin, à la mort de ce dernier, les duodécimains considérèrent que la lignée des imāms visibles était éteinte ; le fils d'al-Ḥasan, Muḥammad, ayant disparu encore enfant, à six, sept ou huit ans, fut regardé comme le mahdī, qui continue à vivre sur terre en état d'absence (ghayba) et reviendra à la fin des temps.

Les sectes shī‘ites diffèrent également entre elles par leur dogmatique. L'imāmisme est un shī‘isme modéré par rapport aux extrémistes (ghulāt) que sont les ismaéliens et les nusayrīs. Sa doctrine de l'imāmat remonte à l'époque de Dja‘far al-Sādiq : l'humanité ne peut se passer d'un guide infaillible que Dieu dirige. Désobéir à l'imām ou l'ignorer, c'est comme désobéir au Prophète ou l'ignorer : c'est être infidèle. L'imām exerce de droit un pouvoir politique et religieux ; mais il n'est pas requis, pour qu'il soit réellement imām, qu'il l'exerce effectivement (de ce point de vue, la doctrine imāmite est tout à fait opposée à celle de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  IMAMITES ou DUODÉCIMAINS  » est également traité dans :

BAHREÏN

  • Écrit par 
  • André BOURGEY, 
  • Laurence LOUËR
  •  • 4 755 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le cadre physique et l'évolution historique »  : […] Dans les sources anciennes, le nom de Bahreïn désignait la partie de la côte arabique du golfe Persique allant de la ville irakienne de Bassora à la péninsule du Qatar et dont les habitants étaient appelés les Baharna (singulier Bahrani). Bahreïn est aujourd'hui un archipel regroupant une trentaine d'îles, dont une dizaine ne sont que de très modestes îlots inhabités. L'île la plus importante, lon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bahrein/#i_20239

BĀṬIN & BĀṬINIYYA

  • Écrit par 
  • Joseph CUOQ
  •  • 359 mots

Le mot arabe bāṭin signifie « caché », « ésotérique », par opposition à ẓāhir qui est traduit par « explicite », « obvie », « littéral ». La distinction entre bāṭin et ẓāhir intervient dans l'interprétation du Coran, lequel, au-dessus du sens explicite et littéral, possède un sens caché ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/batin-et-batiniyya/#i_20239

BEKTĀSHIYYA

  • Écrit par 
  • Vincent MONTEIL
  •  • 691 mots

À la fois confrérie religieuse musulmane et secte initiatique dérivée du shī‘isme duodécimain, la Bektāshiyya a été fondée au début du xv e siècle, mais a pris sa forme définitive au xvi e siècle, en Turquie. Comme confrérie, elle était rattachée aux janissaires, dont le corps militaire constitu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bektashiyya/#i_20239

CHIISME ou SHĪ‘ISME

  • Écrit par 
  • Henry CORBIN, 
  • Yann RICHARD
  •  • 9 424 mots
  •  • 2 médias

Le chiisme (shī‘isme) ne doit pas être désigné comme une « hétérodoxie » par rapport à un sunnisme qui serait l'« orthodoxie » islamique. Il n'y a ni concile ni autorité pontificale en Islam pour déterminer ces positions dogmatiques, et l'idée de majorité n'est pas plus l'équivalent d'orthodoxie que celle de minorité n'est l'équivalent d'hétérodoxie. Le shī‘isme représente une certaine manière de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chiisme-shi-isme/#i_20239

IRAN - Société et cultures

  • Écrit par 
  • Christian BROMBERGER
  •  • 8 912 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Aux sources de la révolution et de la République islamiques »  : […] La crise révolutionnaire des années 1978-1979 a tout d'abord consacré l'échec d'un système de développement. En vingt-cinq ans, depuis le coup d'État de 1953 rétablissant l'autorité du shah, l'Iran a été le théâtre de mutations radicales affectant de proche en proche toutes les couches de la société. Lors du premier recensement national, en 1956, l'Iran compte 19 millions d'habitants dont 69 p.  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iran-societe-et-cultures/#i_20239

ISLAM (La civilisation islamique) - Islam et politique

  • Écrit par 
  • Louis GARDET, 
  • Olivier ROY
  •  • 11 478 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le pouvoir exécutif : « imāma » suprême ou califat »  : […] La communauté, au temps de ses gloires, s'en remit le plus souvent à son chef comme à son représentant par excellence : l' imām suprême, le « guide », celui qui « marche devant » et que l'on doit suivre ; ou encore, selon le vocabulaire le plus habituel de l'islam sunnite, le khalīfat al-nabī , le calife, lieutenant ou « vicaire » du Prophète. À lui reviennent, dans la cité d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-islam-et-politique/#i_20239

ISLAM (La civilisation islamique) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET, 
  • Jean JOLIVET
  •  • 9 001 mots

Dans le chapitre « La philosophie en Iran »  : […] Si la tradition philosophique de la falsafa prend fin avec la polémique d'Ibn Rushd, cet événement n'épuise pas la vitalité de la philosophie islamique. Les penseurs iraniens n'ont cessé d'en nourrir la pensée, et cela pendant dix siècles. Rédigeant leurs traités en arabe ou en persan, les philosophes iraniens ont conçu leur œuvre comme une explicitation métaphysique du fai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-la-philosophie/#i_20239

ISMĀ‘ĪL Ier (1487-1524) shāh séfévide de Perse (1501-1524)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 1 269 mots

Fondateur de la dynastie séfévide, Shāh Esmā'il I er (Ismā‘īl) régna de 1501 à 1524. Réunificateur de l'entité iranienne, il évita que ne se concrétise la menace des Ottomans d'absorber l'Iran dans leur vaste empire. C'est pourquoi certains historiens considèrent l'État qu'il créa comme un véritable « État national » renouant pour la première fois depuis la conquête arabe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isma-il-ier/#i_20239

QIZILBASH

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 719 mots

Nom donné aux Turkmènes qui, fanatisés par les sheykh séfévides au cours du xv e siècle, portèrent au pouvoir le jeune Shāh Esmā‘il, fondateur de la dynastie séfévide, à Tabriz en 1501. Ce nom resta celui de l'élite militaire turkmène qui causa tant de problèmes au pouvoir séfévide durant la seconde moitié du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/qizilbash/#i_20239

SAFAVIDES ou SÉFÉVIDES ou SAFAWIDES

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 1 776 mots

Dans le chapitre « L'État shī‘ite et ses voisins »  : […] Le moment venu, après avoir réglé son compte au roi de Shīrwān, Ismā‘īl livra aux Moutons-Blancs la bataille de Sharūr (1501) qui lui ouvrit Tabrīz où il prit le titre de shāh et fit proclamer le shī‘isme duodécimain ; durant dix ans, il s'employa à conquérir l'Iran et l'Irak et à y imposer la nouvelle confession. La réaction des pouvoirs sunnites ottomans et özbeks fixa bien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/safavides-sefevides-safawides/#i_20239

Pour citer l’article

Roger ARNALDEZ, « IMAMITES ou DUODÉCIMAINS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/imamites/