PÂQUES ÎLE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Europe découvre les Pascuans

À la fin du xvie siècle commence la quête d'une fabuleuse Terra Australis Incognita qui, croit-on, contrebalance au sud la masse des continents de l'hémisphère Nord. À 270 sud, le flibustier Edward Davis aperçoit, en 1687, une terre basse et sableuse. En 1721, la Compagnie hollandaise des Indes occidentales lance Jacob Roggeveen à la recherche de cette terre, à la tête de 223 hommes et d'une flotte de trois navires ; le 5 avril 1722, jour de Pâques, une île apparaît à la latitude annoncée par Davis.

Le débarquement sur « l'île de Pâques » a lieu le 10 dans la baie d'Hanga Hoonu ; de nombreux insulaires accueillent 134 hommes bien armés. Quelques centaines de mètres sont parcourus lorsque des marins apeurés ouvrent le feu : une douzaine de Pascuans sont tués ; ensuite, des échanges s'établissent. Roggeveen lève l'ancre le 12 avril.

Dans les journaux de Jacob Roggeveen et de Cornelius Bouman, il est question d'une région de l'île plus fertile que celle qui a été visitée, de champs carrés bordés de fossés secs, de sept maisons en forme de bateau renversé, longues d'une quinzaine de mètres, de pirogues à balancier, longues de trois mètres, faites de petites planches cousues, de statues et du culte qui leur est rendu, des productions vivrières et de leur préparation, des vêtements en écorce battue et des parures, particulièrement de celles qui distendent le lobe de l'oreille ; parmi les insulaires, seules deux ou trois femmes ont été vues. Les statues, hautes de 9 mètres, frappent les Hollandais d'étonnement, d'autant plus qu'il n'y a pour les ériger, ni madrier, ni corde solide ; ce mystère se dissipe lorsqu'on les croit modelées en argile.

En 1770, le vice-roi du Pérou envoie Felipe González à la recherche de la terre de Davis. À bord de deux navires, une expédition forte de 546 hommes atteint l'île le 15 novembre ; elle est baptisée « San Carlos », nom du roi d'Espagne. Cinq cents hommes débarquent sur la côte nord ; la moitié d'entre eux montent planter trois croix sur le mont Poike ; le document de prise de possession, lu à cette occasion, est contresigné par trois chefs pascuans. Le 21, les Espagnols lèvent l'ancre.

La foule qui les a accueillis est estimée à mille personnes parmi lesquelles peu de femmes et d'enfants. Dans ce monde dépourvu de bois, la dimension extraordinaire des statues nommées moai provoque l'admiration des Espagnols. Un dictionnaire d'une centaine de mots est recueilli, une carte établie, des croquis topographiques dressés, sur lesquels figurent des statues et leur coiffe de tuf rouge.

Le 12 mars 1774, James Cook découvre à la lunette les statues de l'île de Pâques ; l'équipage de la Resolution (112 hommes) est alors affaibli par la vaine recherche du continent austral. Le 14 et le 15, les environs d'Hanga Roa et la côte sud sont visités. Au journal et à une carte de Cook s'ajoutent les notes de William Wales, John Pickersgill, Johann et Georg Forster, ainsi que quelques dessins de Johann Forster et de William Hodges.

La population visible est estimée à six cents ou sept cents personnes ; mais les femmes et les enfants ne se montrent pas. L'impression dominante est celle d'une grande pauvreté, à peine atténuée par l'existence de plantations parfois vastes. La plus grande des maisons mesure 18 mètres de longueur. Des objets sont acquis, dont des bois sculptés. Les Forster n'observent pas plus d'une vingtaine de végétaux différents, dont deux ou trois petits arbustes. Les Pascuans sont reconnus comme étant des Polynésiens par leur aspect physique, leur langue et leurs coutumes.

En 1786, l'expédition de Jean François de Galaup de Lapérouse, forte de 220 membres à bord de deux navires, comprend sept scientifiques et trois dessinateurs. L'ancre est jetée dans la baie d'Hanga Roa les 9 et 10 avril. Soixante-dix hommes se rendent à terre, où les attendent mille deux cents Pascuans, dont trois cents femmes. Les environs du débarcadère sont soigneusement décrits, une carte en est dressée, sur laquelle figurent cinq plates-formes portant des statues, huit maisons couvertes de jonc (l'une d'elles est longue de 100 m), une tour et deux maisons en pierre, deux groupes de grottes ; les jardins couvrent plus de 170 hectares. Le centre de l'île et sa côte sud sont mieux cultivés et plus peuplés que la baie de Cook ; y sont notées une maison de 100 mètres de longueur [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Île de Pâques : principaux sites

Île de Pâques : principaux sites
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Statues de l'ile de Pâques, 2

Statues de l'ile de Pâques, 2
Crédits : Art Wolfe/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PÂQUES ÎLE DE  » est également traité dans :

AHU (Polynésie)

  • Écrit par 
  • Hélène GUIOT
  •  • 198 mots

Au cours du ii e  siècle de notre ère, les navigateurs qui colonisèrent la Polynésie orientale arrivèrent de l'ouest avec, dans leur bagage culturel, l' ahu qui existait depuis le ii e  siècle avant notre ère. Ce terme désignait le tertre de terre ou de pierre, fondation de la maison, dans lequel était enseveli le corps des défunts, ce qui lui conférait un caractère sacré. En Polynésie orientale, […] Lire la suite

ANTICYCLONES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 102 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « El Niño et l’anticyclone de l’île de Pâques »  : […] Lorsque les vents alizés sont bien établis sur la face nord de l'anticyclone de l'île de Pâques, ils entraînent les eaux chaudes de surface vers l'ouest du Pacifique sud et provoquent une remontée des eaux profondes, froides, à l'est, le long des côtes du Pérou. À l’ouest, les eaux chaudes favorisent la formation de nuages, de précipitations et de tempêtes tropicales. À l’est, les eaux froides fa […] Lire la suite

CHILI

  • Écrit par 
  • Raimundo AVALOS, 
  • Olivier COMPAGNON, 
  • Roland PASKOFF, 
  • Sergio SPOERER, 
  • Sébastien VELUT
  • , Universalis
  •  • 19 439 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Les territoires insulaires et l'Antarctique »  : […] Le Chili possède l'archipel Juan Fernandez, situé à 800 kilomètres au large de Valparaiso, dont une des îles s'appelle Robinson Crusoé, car elle fut le théâtre des événements ayant inspiré le roman. C'est une destination touristique. L'île de Pâques – ou Rapa Nui –, à 3 700 kilomètres des côtes, au milieu du Pacifique, appartient à l'espace mélanésien. Exploitée sans limite jusqu'au milieu du x […] Lire la suite

HOMME-OISEAU CULTE DE L'

  • Écrit par 
  • Marie-Claire BATAILLE
  •  • 638 mots

Célébré annuellement dans l'île de Pâques au cours de cérémonies rituelles qui eurent lieu jusqu'à la fin du xix e   siècle, le culte de l'homme-oiseau apparaît dans toute l'aire indo-pacifique. En effet, cette image se rencontre depuis les îles du Sud-Est asiatique, où les représentations de l'oiseau de Bornéo figurent l'ancêtre guerrier au cours des cérémonies dédiées au culte des morts, en pass […] Lire la suite

MASQUES - Le masque en Océanie

  • Écrit par 
  • Christian COIFFIER
  •  • 8 692 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Micronésie et Polynésie »  : […] La Micronésie et la Polynésie ont été souvent présentées comme des régions où les masques n'existaient pas. Certains auteurs ont écrit qu'ilsauraient été remplacés en Polynésie par le tatouage, comme aux îles Marquises, et par les scarifications chez les Maoris de Nouvelle-Zélande. Ces affirmations doivent être nuancées, mais c'est un fait que l'on ne possède que très peu de masques collectés par […] Lire la suite

MÉTRAUX ALFRED (1902-1963)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude PENRAD
  •  • 596 mots

Né à Lausanne, où il commença ses études après avoir vécu une partie de son enfance en Argentine (son père exerçait la médecine à Mendoza), Alfred Métraux poursuivit celles-ci à Paris, à l'École des chartes, où il se lia d'une durable amitié avec Georges Bataille et Michel Leiris. Il étudia aussi à l'École des langues orientales, à la V e  section (sciences religieuses) de l'École pratique des hau […] Lire la suite

MOAI

  • Écrit par 
  • Marie-Claire BATAILLE
  •  • 904 mots
  •  • 1 média

Les motifs qui ont donné lieu à l'édification d'une statuaire monumentale dans l'île de Pâques, les moai , sont aussi mal connus que les cérémonies qui se déroulaient dans ces centres culturels et les techniques qui en ont permis la réalisation. Néanmoins, les travaux successifs de restauration et de redressement des statues effectués par le professeur W. Mulloy de l'université du Wyoming (États-U […] Lire la suite

MOAI (Île de Pâques)

  • Écrit par 
  • Hélène GUIOT
  •  • 190 mots

Au viii e  siècle de notre ère, selon les datations les plus fiables, une population polynésienne, venue probablement des Marquises, s'installa sur l'île de Pâques. À partir du x e  siècle, les Pascuans érigèrent, sur des plates-formes ( ahu ) à proximité du rivage, des statues géantes ( moai ) composées d'un buste et d'une tête, le dos tourné à l'océan. Taillés à l'aide de pics, dans le tuf du vo […] Lire la suite

OCÉANIE - Géographie humaine

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS
  •  • 8 727 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Des populations peu nombreuses mais variées »  : […] Ce qui est frappant tout d'abord en Océanie, c'est la faiblesse numérique des populations : toutes les îles et tous les archipels, de la Nouvelle-Guinée aux Hawaii, de l'île de Pâques aux Salomon, réunissent à peine 10 millions d'habitants. Plus de la moitié du total d'ailleurs est à mettre au compte de la Papouasie - Nouvelle-Guinée, et ensuite seules les Hawaii dépassent le million d'habitants. […] Lire la suite

OCÉANIE - Préhistoire et archéologie

  • Écrit par 
  • José GARANGER
  •  • 4 127 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La Polynésie orientale »  : […] Dans les premiers siècles de notre ère, des Polynésiens occidentaux quittent leurs îles et se dirigent vers l'est. Bien que nous n'en ayons pas de preuve archéologique, il est probable qu'ils s'installèrent d'abord dans le nord de l'archipel des Cook et dans le sud des îles de la Ligne. Mais ces atolls aux maigres ressources ne pouvaient abriter une population trop nombreuse. Certains durent s'exi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel ORLIAC, « PÂQUES ÎLE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ile-de-paques/