Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

XENAKIS IANNIS (1922-2001)

Un pythagoricien

En 1955, Xenakis s'était livré à une critique lucide de la musique sérielle. Selon lui, la démarche des disciples de l'école de Vienne ne pouvait pas aboutir à une véritable rénovation des matériaux sonores, n'apportait pas, en ce qui concerne la « forme », de solutions radicalement nouvelles, et, en un mot, était déjà la victime d'un inéluctable académisme. Il tente donc, et réussit, une synthèse entre le monde de la logique et celui de l'émotion artistique. Bien au-delà des sectateurs du « nombre d'or », qui ne voient que des relations arithmétiques primaires, il jette une passerelle entre l'image abstraite d'un modèle mathématique et l'application de ce modèle sur le monde sonore. En 1954, pendant qu'il travaillait à agencer les surfaces courbes du pavillon Philips, il eut l'idée que les lignes droites, dont le déplacement engendrait lesdites surfaces, pouvaient, si elles étaient projetées sur la surface plane du papier à musique, y figurer des glissandi de violons ou d'autres instruments. Ainsi naquit Metastasis, pour 60 musiciens, créé le 16 octobre 1955 au festival de Donaueschingen sous la direction de Hans Rosbaud. Pour obtenir les résultats sonores qu'il souhaite et qui sont toujours animés de la palpitation d'une multitude de hauteurs et de durées différentes formant des sortes de nuages acoustiques (Xenakis les compare à des galaxies sonores), il était normal qu'il eût recours au calcul des probabilités. Dans Pithoprakta (créé le 8 mars 1957 lors du festival Musica Viva de Munich sous la direction d’Hermann Scherchen), pour quarante-six instruments à cordes, deux trombones et percussions, chaque élément, chaque note, qu'elle soit jouée avec l'archet ou en pizzicato, est assimilée à une molécule extrêmement mobile, telle la molécule d'un gaz contenu à l'intérieur d'une enceinte à une température et sous une pression données. C'est l'application aux sons de la formule de Maxwell-Boltzmann. Mais, théoriquement, c'est à partir d'un nombre suffisamment grand d'événements désordonnés, imprévisibles, que le calcul des probabilités permet d'obtenir des sortes de certitude portant non sur les détails, mais sur l'ensemble. Introduire dans cette « certitude » statistique certaines perturbations qui l'animent est une méthode intéressante que Xenakis emploie notamment dans Achoripsis, pour 21 musiciens (créé le 20 juillet 1958 au Teatro Colón de Buenos Aires sous la direction de Scherchen) et dans la série des ST/4, ST/10 et ST/48 ; ces derniers, écrits respectivement pour quatre, dix et quarante-huit instruments, sont calculés à l'aide d'un ordinateur I.B.M. (7090). Un peu après Claude et Betty Shannon, il propose pour ces musiques l'expression « musique stochastique » (en ignorant que d'autres l'avaient fait dans un esprit d'ailleurs sensiblement différent). Avec Duel, pour 56 musiciens divisés en deux orchestres (1959) et Stratégie, pour 82 musiciens divisés en deux orchestres (1962), c'est à partir de procédés inspirés par la théorie des jeux de John von Neumann et Oskar Morgenstern qu'il oppose deux chefs d'orchestre dont chacun imagine sa « tactique » musicale en fonction de celle de l'autre. Sans oublier que tous ces éléments sonores constituant les blocs, les nuages, les « galaxies » sont aussi, d'un autre point de vue, des « ensembles » de notes, il introduit dans sa méthode de composition les méthodes de l'algèbre des ensembles et donne ainsi sa première œuvre pour piano seul, Herma (1961). Mais Xenakis n'oublie pas qu'il fut architecte, et l'espace le fascine. L'espace sonore, d'abord, dans Terretektorh, pour 88 musiciens éparpillés dans le public (créé[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)
  • : professeur de composition au Conservatoire national supérieur de musique de Paris

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ACOUSMATIQUE MUSIQUE

    • Écrit par François BAYLE
    • 7 820 mots
    • 4 médias
    1958. Exposition universelle à Bruxelles. Le pavillon Philips, dessiné par Iannis Xenakis, présentait le Poème électronique de Varèse précédé de Concret PH de Xenakis sur trois voies distribuées sur quinze canaux de quatre cent cinquante haut-parleurs répartis sur les surfaces gauches en voile...
  • ALÉATOIRE MUSIQUE

    • Écrit par Juliette GARRIGUES
    • 1 301 mots
    • 4 médias
    L'aléatoire tient une place singulière dans l'œuvre deIannis Xenakis. Ce compositeur-mathématicien sait que, loin de relever du hasard, les phénomènes naturels comme la pluie, la grêle, la neige, les nuages, le vent, les bruits et mouvements de foules sont en fait régis par la loi des grands nombres....
  • ARCHITECTURE & MUSIQUE

    • Écrit par Daniel CHARLES
    • 7 426 mots
    • 1 média
    Or c'est presque dans les mêmes termes que l'architecte et compositeur Iannis Xenakis s'insurge, en 1958-1959, contre la stagnation qu'il croit devoir constater dans le domaine de la peinture et de la sculpture : « Deux arts, écrit-il, qui, tout en utilisant les effets de la lumière au contact...
  • COMPOSITION MUSICALE

    • Écrit par Michel PHILIPPOT
    • 6 846 mots
    • 2 médias
    ...consiste à appliquer à des phénomènes sonores des règles ou lois empruntées aux mathématiques ou à la physique ; ainsi, des formes inédites peuvent surgir ; le principal représentant de cette méthode est Iannis Xenakis. Plus récemment, enfin, sont apparues les musiques dites spectrales ; dans ces dernières,...
  • Afficher les 15 références

Voir aussi