HYPERTENSION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Composantes génétiques

Comme nous l'avons vu, la régulation de la pression artérielle (PA) obéit à des interactions physiologiques complexes. Cela n'a pas permis jusqu'à présent de repérer lequel des mécanismes de régulation de la PA est en général assez défectueux pour déterminer une hypertension artérielle dans la population adulte tout venant, car, bien que de nombreuses anomalies biologiques aient été décrites chez les hypertendus, on ignore si ces anomalies sont causales ou bien secondaires à l'élévation de la PA. La recherche de facteurs génétiques prédisposant à l'hypertension artérielle est une tentative pour sortir de cette impasse.

De nombreuses études de populations ont montré que le niveau de PA d'un individu est en partie héritable. L'agrégation familiale de la PA est un phénomène général qui concerne tous les niveaux de pression artérielle : quel que soit le statut tensionnel d'un sujet (PA basse, normale ou élevée), les pressions artérielles relevées chez les apparentés seront plus ressemblantes que ne le voudrait le hasard. En moyenne, les corrélations obtenues sont de l'ordre de 0,15 entre parents, de 0,25 entre parents biologiques et leurs enfants. Ce ne sont pas des niveaux de corrélations très forts, mais ils sont très significatifs quand ils sont mesurés sur plusieurs dizaines de familles. Par ailleurs, la PA est plus ressemblante entre époux que ne le voudrait le hasard. Les familles partagent en effet non seulement un patrimoine génétique, mais aussi un environnement commun. L'analyse du rôle des conditions familiales particulières – étude de jumeaux, de familles avec enfants adoptés – a permis d'analyser les parts respectives des gènes et de l'environnement sur le trait quantitatif qu'est la pression artérielle.

Les méthodes

Les études de jumeaux partent du principe qu'il existe une différence de moitié du patrimoine génétique entre jumeaux dizygotes (DZ) et une complète identité génétique entre jumeaux monozygotes (MZ). S'il existe un environnement commun pour les jumeaux étudiés, les différences de corrélation observées entre MZ et DZ sont essentiellement liées à un effet génétique. On note une corrélation très élevée de la PA chez les MZ (de 0,60 à 0,80). Elle est très significativement supérieure à celle observée chez les jumeaux DZ (de 0,30 à 0,50), ce qui suggère une composante génétique élevée (de 50 à 60 p. 100) dans la variance de la PA.

L'étude de familles dans lesquelles cohabitent des enfants naturels et adoptés permet de comparer les relations entre membres apparentés ou non, partant du principe qu'ils sont tous exposés au même environnement familial. Une étude exemplaire a été faite sur plus de six cents familles canadiennes d'origine française ; l'analyse de trois types de structure familiale a été possible : familles avec uniquement des enfants adoptés, avec enfants adoptés et naturels, avec uniquement enfants naturels. Les corrélations entre parents et enfants naturels ou entre enfants naturels entre eux y étaient approximativement le double de celles impliquant des enfants adoptés. Une analyse très détaillée de tous les cofacteurs qui pourraient modifier le niveau de PA dans ces familles a suggéré que la composante génétique de la PA décroît beaucoup chez les adultes (15 p. 100). L'hypertension artérielle (HTA) du sujet âgé n'est probablement que très peu d'ordre génétique, mais beaucoup plus la conséquence de facteurs environnementaux accumulés tout au long des années.

Existe-t-il une fraction de la population dont la PA serait nettement décalée vers le haut et qui pourrait répondre à une maladie génétique classique commune à transmission mendélienne ? C'est l'hypothèse que fit un médecin britannique, Robert Platt, dans les années 1960, allant même jusqu'à prédire le mode de transmission (autosomique dominant) de cette maladie. Cette théorie fut vigoureusement combattue par un de ses collègues, George Pickering, qui insista sur la distribution unimodale de la PA et sur le fait que celle-ci devait être considérée comme un trait quantitatif, comme la taille ou l'intelligence, l'hypertension artérielle ne représentant que la partie extrême de la courbe de la distribution. L'ensemble des études actuelles confirme cette dernière hypothèse ainsi que le caractère unimodal de la PA. Cependant, il n'est pas sans intérêt de constater que plusieurs formes monogéniques d'HTA ont maintenant été identifiées.

Pour [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Vasomotricité artériolaire

Vasomotricité artériolaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Régulation physiologique de la pression artérielle

Régulation physiologique de la pression artérielle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Signalisation intracellulaire dans le processus de vasodilatation

Signalisation intracellulaire dans le processus de vasodilatation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Facteurs modulant le tonus vasculaire

Facteurs modulant le tonus vasculaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : praticien hospitalier à l'hôpital Broussais, maître de conférences à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie
  • : ancien chef de clinique, assistant des Hôpitaux
  • : docteur en médecine, docteur ès sciences, directeur de recherche

Classification

Autres références

«  HYPERTENSION  » est également traité dans :

ADRÉNALINE

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE
  •  • 3 562 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Clinique »  : […] L'exploration de la fonction médullo- surrénale est limitée, en routine, à la mesure des quantités d' hormones circulantes ou excrétées dans les urines. La sécrétion totale de noradrénaline et d'adrénaline s'élève habituellement à 10 mg/j. On dose habituellement le principal dérivé urinaire, l'acide vanylmandélique, et les catécholamines méthoxylées (dans les urines) ou libres (dans le sang et le […] Lire la suite

ARTÉRIOSCLÉROSE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 316 mots

Maladie artérielle se présentant sous trois formes principales : l'artériosclérose de l'intima ou athérosclérose , dans laquelle des plaques graisseuses (dites d'athérome) se déposent dans la partie la plus interne des vaisseaux sanguins ; l'artériosclérose de Mönckeberg ou sclérose de la média , caractérisée par l'atteinte de la couche médiane des artères (média) et des calcifications de celles-c […] Lire la suite

ATHÉROSCLÉROSE

  • Écrit par 
  • Loïc CAPRON
  •  • 5 337 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Causes et prévention de l'athérosclérose »  : […] À un degré supérieur de compréhension et d'intégration, un enjeu capital est de comprendre le génie évolutif de l'athérosclérose. Pour les tenants de la théorie inflammatoire, cela consiste à identifier les agressions qui allument et entretiennent la réaction de défense pervertie qui aboutit à l'édification d'une plaque, puis à son entrée dans le cycle des complications. Là gisent les véritables c […] Lire la suite

CŒUR - Maladies cardio-vasculaires

  • Écrit par 
  • Jean-Yves ARTIGOU, 
  • Yves GROSGOGEAT, 
  • Paul PUECH
  •  • 16 127 mots
  •  • 4 médias

Les maladies du cœur ( cardiopathies) et celles des vaisseaux représentent actuellement en France et dans les pays industrialisés la première cause de mortalité, avant le cancer et les accidents de la circulation. Au cours des dernières décennies, le profil général des maladies cardio-vasculaires s'est modifié. Les affections des valves cardiaques d'origine rhumatismale ont presque disparu dans […] Lire la suite

DIURÈSE

  • Écrit par 
  • Henri SCHMITT
  •  • 3 239 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Propriétés pharmacologiques secondaires »  : […] Ce sont des médicaments puissants et dont le maniement, en raison des effets secondaires, est particulièrement délicat. –  Action antihypertensive . Les diurétiques abaissent la pression artérielle de l'individu hypertendu. On a d'abord attribué cette action à la réduction de la masse sanguine, diminuant le retour veineux et le débit cardiaque, et il semble bien que dans sa phase initiale l'effe […] Lire la suite

HÉMATOME RÉTROPLACENTAIRE

  • Écrit par 
  • Paul-François LEROLLE
  •  • 399 mots

Le terme le mieux adapté de l'hématome rétroplacentaire est probablement celui d'apoplexie utéroplacentaire, qui le distingue des hémorragies rétroplacentaires, rares, attribuées à des traumatismes ou encore à une endométrite. Il fait partie, avec l'éclampsie, des accidents aigus du syndrome vasculo-rénal de la grossesse, associant de façon plus ou moins complète l'hypertension artérielle, l'album […] Lire la suite

MÉDECINE - Médecine préventive

  • Écrit par 
  • Maurice CLOAREC
  •  • 3 415 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Seuils d'intervention »  : […] En ayant démontré qu'il existait des facteurs de risque et que les interventions sur ces facteurs diminuaient nettement le risque de la maladie, on a tenté de codifier les techniques permettant de repérer les facteurs de risque afin de vérifier si le pourcentage de la population menacée est particulièrement important. Lorsque existent, en grand nombre, des sujets soumis à un ou plusieurs facteurs […] Lire la suite

MÉDECINE - Médecine prédictive

  • Écrit par 
  • Jean-Yves NAU
  • , Universalis
  •  • 4 073 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Champ d'application actuel de la médecine prédictive »  : […] De plus en plus de spécialités médicales et de maladies sont aujourd'hui directement concernées par l'approche génétique. C'est, par exemple, le cas de la cardiologie en dépit du fait que cette discipline médicale ait été plus lente que d'autres à intégrer les outils de la génétique moléculaire. « Ce sont les cardiomyopathies, et plus spécifiquement les cardiomyopathies hypertrophiques, qui ont o […] Lire la suite

MILLIEZ PAUL (1912-1994)

  • Écrit par 
  • Louis GUIZE, 
  • Françoise GUIZE-MILLIEZ
  •  • 834 mots

L'hôpital était la passion de Paul Milliez depuis qu'il en avait franchi le seuil comme stagiaire, comme externe, et tout au long de sa carrière. Dès son enfance, il a la vocation médicale. Né le 15 juin 1912 à Mons-en-Barœul, inhumé le 15 juin 1994 à la Bernerie, c'est à Paris, au collège des jésuites Saint-Louis-de-Gonzague, qu'il fit ses études secondaires. Les pères voulaient l'empêcher d'être […] Lire la suite

MYOCARDE ou MUSCLE CARDIAQUE

  • Écrit par 
  • Édouard CORABOEUF, 
  • Didier GARNIER, 
  • Bernard SWYNGHEDAUW
  •  • 6 198 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Adaptation à long terme »  : […] Une surcharge mécanique chronique, celle qui est obtenue par une hypertension artérielle, va entraîner des mécanismes plus permanents d'adaptation qui mettent en jeu l'expression même du génome myocardique. a ) Sur un plan quantitatif, la masse myocardique va croître, ce qui multiplie le nombre des unités contractiles et diminuera la contrainte pariétale d'après la loi de Laplace, qui dit que la […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Xavier JEUNEMAITRE, Jacques JULIEN, Jean-Baptiste MICHEL, « HYPERTENSION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hypertension/