PHÉOCHROMOCYTOME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tumeur peu fréquente, le plus souvent histologiquement bénigne, se développant à partir des cellules chromaffines qui sécrètent les catécholamines (adrénaline, noradrénaline et leurs dérivés). La présence de ces cellules dans le système sympathique explique la répartition des phéochromocytomes dans l'organisme : la plupart se développent au niveau des surrénales, mais on en trouve également du petit bassin à la région cervicale.

Les principales manifestations cliniques relèvent de l'hypertension artérielle due à l'hypersécrétion des cathécholamines. Le diagnostic précis nécessite un bilan extrêmement complexe : en milieu spécialisé, on pratiquera notamment les dosages des dérivés métaboliques des catécholamines et on cherchera par la radiographie à localiser la tumeur (pneumorétropéritoine et artériographie). Le traitement chirurgical, du fait de la déplétion brutale en catécholamines qu'il entraîne, nécessite une réanimation (préopératoire et postopératoire) des plus minutieuses.

—  François BOURNÉRIAS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PHÉOCHROMOCYTOME  » est également traité dans :

ADRÉNALINE

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE
  •  • 3 562 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Clinique »  : […] L'exploration de la fonction médullo- surrénale est limitée, en routine, à la mesure des quantités d' hormones circulantes ou excrétées dans les urines. La sécrétion totale de noradrénaline et d'adrénaline s'élève habituellement à 10 mg/j. On dose habituellement le principal dérivé urinaire, l'acide vanylmandélique, et les catécholamines méthoxylées (dans les urines) ou libres (dans le sang et le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adrenaline/#i_42083

HYPERTENSION

  • Écrit par 
  • Xavier JEUNEMAITRE, 
  • Jacques JULIEN, 
  • Jean-Baptiste MICHEL
  •  • 6 793 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les formes complexes »  : […] Il existe des formes d'HTA où l'élévation de la PA n'est que contingente à un tableau clinique plus complexe. C'est le cas de certains blocs enzymatiques surrénaliens (déficits en 11β 0Hase, en 17α 0Hase). Le phéochromocytome traduit dans 5 à 10 p. 100 des cas la présence d'une maladie héréditaire : MEN 2A, 2B, maladie de von Hipple-Lindau, pour lesquelles les gènes ont été identifiés. La polykys […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypertension/#i_42083

NUCLÉAIRE MÉDECINE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BARAT, 
  • Dominique DUCASSOU, 
  • Nathalie VALLI
  •  • 5 878 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La scintigraphie avec freinage de l'axe corticotrope par la Dexamethasone »  : […] En cas d'hyperaldostéronisme la scintigraphie avec freinage permettra de préciser si l'hyperfonctionnement corticosurrénalien est freinable et s'il est unilatéral ou bilatéral. Dans le cas de l'adénome de Conn la scintigraphie mettra en évidence une fixation unilatérale, homolatérale au nodule surrénalien mis en évidence à l'examen morphologique. Dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-nucleaire/#i_42083

SURRÉNALES

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Paul DI COSTANZO
  •  • 9 153 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Syndrome d'hypersurrénalisme médullaire »  : […] À partir des cellules chromaffines de la médullosurrénale peuvent se développer des tumeurs, bénignes ou malignes, dites phéochromocytomes , sécrétant de grandes quantités de catécholamines. Dans les cas les plus typiques, elles se traduisent par des crises paroxystiques d'hypertension artérielle, annoncées par une onde douloureuse angoissante se propageant des extrémités à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrenales/#i_42083

Pour citer l’article

François BOURNÉRIAS, « PHÉOCHROMOCYTOME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pheochromocytome/