FOURMI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Insecte de petite taille, social, vivant dans le monde entier, des régions froides aux zones tropicales.

Classe : Insectes ; ordre : Hyménoptères ; familles : Formicidés, Myrmicidés.

Les fourmis, représentées par quelque 9 500 espèces connues, sont organisées en sociétés supérieures comportant plusieurs castes : des ouvrières, nombreuses (de 2 à 3 millions au plus), femelles adultes stériles sans ailes ; une ou plusieurs reines, de taille et de longévité supérieures, seules pondeuses ; et des mâles. Reines vierges et mâles ne sont produits qu'à la période de reproduction, une fois par an : ce sont les sexués ailés (le plus souvent) qui quittent la colonie pour le vol nuptial. Les mâles meurent peu après l'accouplement ; les jeunes reines fécondées quant à elles, fondent généralement seules une nouvelle colonie. Les premières ouvrières adultes écloses prennent ensuite en charge tout l'entretien. Elles sont préposées aux soins du couvain (larves vermiformes apodes et nymphes) et à l'approvisionnement. Elles construisent le nid, ou fourmilière, parfois de grande taille : par exemple, celui des fourmis champignonnistes Atta couvre plusieurs dizaines de mètres cubes sous terre. La défense de la colonie peut être assurée par des ouvrières spécialisées, les soldats, qui présentent des mandibules très développées.

Fourmis champignonnistes

Fourmis champignonnistes

photographie

Fourmis champignonnistes (Atta cephalotes) découpant et emportant les feuilles qui serviront de substrat pour cultiver les champignons dont elles se nourrissent. 

Crédits : Bryan Mullennix/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

Les régimes alimentaires des fourmis sont très variés. Lors de leurs « raids » formés de millions d'ouvrières, les fourmis légionnaires, magnans africains ou Eciton américaines, attaquent tous les animaux (essentiellement des insectes) qui n'ont pu fuir. Les Atta cultivent sur des lits de feuilles des champignons pour s’alimenter. D'autres espèces protègent des pucerons pour récolter leur excrétion sucrée, le miellat, dont les fourmis se nourrissent. Des pistes odorantes indiquent aux congénères une source de nourriture. Les fourmis ont développé des signaux chimiques de communication diversifiés, les phéromones, qui règlent toute la vie du groupe et la coordination des tâches.

Par leur nombre et leur diversité, les fourmis exercent un rôle écologique important : ce sont les principaux prédateurs des insectes et des araignées, elles assurent la dispersion de nombreuses espèces végétales, remuent et aèrent de grandes quantités de terre, activité essentielle pour l'équilibre des écosystèmes terrestres.

—  Catherine BLAIS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  FOURMI  » est également traité dans :

COMPORTEMENT ANIMAL - Communication animale

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 3 992 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Communication chimique »  : […] La communication chimique n'est pas celle à laquelle on pense en premier lieu ; il s'agit pourtant du canal de communication le plus fréquent dans le monde animal, dans la mesure où il est très utilisé par les invertébrés, notamment les insectes, animaux les plus nombreux tant en nombre d'espèces qu'en nombre d'individus (un million d'espèces d'insectes répertoriées et plusieurs millions d'espèce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comportement-animal-communication-animale/#i_8051

CONSTRUCTIONS ANIMALES

  • Écrit par 
  • Rémy CHAUVIN
  •  • 7 145 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Fourmilières »  : […] Les fourmis ne font pas des constructions aussi compliquées que les termites, tout au moins dans nos régions. Car dans l'Amérique subtropicale les fourmis champignonnistes du genre Atta par exemple, construisent d'immenses édifices souterrains, où figure même la cavité la plus grande jamais forée non seulement par un insecte, mais par un animal autre que l'homme : c'est la c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constructions-animales/#i_8051

ÉPIGÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre-Antoine DEFOSSEZ, 
  • Olivier KIRSH, 
  • Ikrame NACIRI
  •  • 5 972 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Identité cellulaire et reprogrammation épigénétique des cellules souches »  : […] Les mécanismes épigénétiques sont des acteurs importants de l’identité cellulaire qui contrôlent l’activité du génome tout au long de la vie et stabilisent les différents états de différenciation des cellules . Les cellules souches de l’embryon avant implantation dans la paroi utérine sont des cellules totipotentes, c’est-à-dire qu’elles sont capables de se différencier en l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epigenetique/#i_8051

ÉQUATORIAL MILIEU

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Yves GAUTIER, 
  • Emmanuelle GRUNDMANN
  •  • 6 366 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les relations faune-flore »  : […] Les plantes et les animaux ont établi des « pactes » de solidarité, d'entraide et de coadaptation, résultat d'une lente et fructueuse cohabitation. Si les graminées des vastes steppes et savanes ont opté pour la fécondation anémophile, en forêt tropicale, un seul coup de vent ne suffirait pas à assurer la pollinisation. De ce fait, certaines espèces animales se sont spécialisées dans la distribu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milieu-equatorial/#i_8051

HOMOPTÈRES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT, 
  • Jean-Yves TOULLEC
  •  • 2 545 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Rapport des pucerons et cochenilles avec les autres insectes »  : […] Les pucerons rejettent le « miellat », excrément sirupeux et sucré dont les fourmis sont très friandes. Ces dernières savent d'ailleurs provoquer le rejet réflexe de ce miellat par attouchement du puceron à l'aide de leurs antennes. Aussi les colonies de pucerons sont-elles souvent visitées par les fourmis. Mais certaines espèces de Formicides comme les Lasius se livrent à u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homopteres/#i_8051

HYMÉNOPTÈRES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 6 421 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les fourmis »  : […] Les fourmis sont caractérisées par l'existence d'ouvrières aptères et d'une ou plusieurs reines originellement ailées mais qui perdent leurs ailes après le vol nuptial. Certaines fourmilières possèdent plusieurs reines : il y a polygynie. Iridomyrmex ou fourmi d'Argentine, si nuisible en pays chaud, est difficile à détruire de ce fait. Mais la monogynie (une seule reine par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hymenopteres/#i_8051

PHÉROMONES

  • Écrit par 
  • Charles DESCOINS
  •  • 5 573 mots

Dans le chapitre « Les phéromones de piste et d'alarme »  : […] Les phéromones de piste et d'alarme ont surtout été étudiées chez les insectes sociaux (abeilles, fourmis, termites) où les échanges d'information par signaux chimiques à l'intérieur de la colonie revêtent une importance et une complexité bien plus grande que chez les autres insectes. Chez les fourmis, par exemple, les phéromones de piste servent à baliser chimiquement un chemin conduisant vers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pheromones/#i_8051

PRÉDATION

  • Écrit par 
  • Rémy CHAUVIN
  •  • 2 944 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La prédation chez les invertébrés »  : […] La chasse à l'affût . Elle utilise ou non des pièges, comme la toile d' araignée. Il nous faut signaler, à ce propos, que les insectes et les araignées sont les seuls animaux avec l'homme qui fabriquent des pièges. De tels engins n'existent ni chez les mammifères ni chez les oiseaux. Tout le monde connaît les toiles si caractéristiques des araignées, mais elles affectent une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/predation/#i_8051

SOCIÉTÉS ANIMALES

  • Écrit par 
  • Bernard THIERRY
  •  • 5 394 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Auto-organisation et histoire évolutive »  : […] Comme la compétition, la coopération peut produire des structures complexes par des règles de comportement élémentaires, c'est ce que l'on nomme l'auto-organisation. Le simple fait que l'action d'un individu induise la même action chez un congénère explique une part significative de la construction des nids chez les insectes sociaux. Chez les termites, le dépôt par un individu d'une boulette de t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/societes-animales/#i_8051

SYMBIOSE

  • Écrit par 
  • Pierre CACHAN, 
  • Georges MANGENOT
  •  • 5 203 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Phorésie et commensalisme »  : […] À partir du neutralisme, situation dans laquelle les espèces vivant côte à côte sont absolument étrangères l'une à l'autre, on peut trouver des exemples d'associations de plus en plus intimes. La phorésie , transport d'un individu par un autre, est très répandue. De nombreux acariens vivent sur le corps des coléoptères, bousiers ( Geotrupes ) et nécropho […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbiose/#i_8051

Pour citer l’article

Catherine BLAIS, « FOURMI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fourmi/