ḤUSAYN (626-680)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Deuxième fils de ‘Alī, troisième imām et l'un des principaux « martyrs » (shahīd) des shī‘ites. Après l'assassinat de ‘Alī (661), l'affermissement du pouvoir omeyyade sous le règne énergique et avisé de Mu‘āwiya amène, pour les descendants de ‘Alī et leurs partisans contraints d'accepter le fait accompli, une période de relative mise en veilleuse. À la mort de Mu‘āwiya (680), son fils Yazīd accède au pouvoir et Ḥusayn, chef des ‘Alīdes depuis la mort de son frère aîné al-Ḥasan (669-670), se croit en mesure de faire valoir ses droits au califat contre celui qui est à ses yeux le fils d'un usurpateur. Refusant de prêter le serment d'allégeance au nouveau souverain, il s'enfuit de Damas et gagne La Mecque. Les habitants de Kūfa, en majorité pro-‘alīdes, croient également venue l'occasion propice à un soulèvement contre l'autorité omeyyade et envoient des messagers à Ḥusayn, l'invitant à venir se mettre à leur tête. Il accepte, mais le gouverneur omeyyade ‘Ubayd Allāh reprend rapidement en main la situation à Kūfa et fait contrôler les routes du Hidjāz. Malgré les conseils de prudence, Ḥusayn persiste dans sa décision de marcher sur l'‘Irāq. C'est à Karbalā', avec une poignée de partisans, qu'il se heurte aux troupes omeyyades et qu'il trouve la mort. L'appréciation du fait et les jugements portés sur ses participants diffèrent radicalement dans les traditions sunnites et shī‘ites. Pour les sunnites, la mort de Ḥusayn est attribuée à l'initiative malheureuse d'un sous-ordre outrepassant le commandement du calife. Tout autre est l'interprétation shī‘ite du combat : elle en rejette la responsabilité sur le calife Yazīd et ses agents tout en blâmant les shī‘ites de Kūfa pour avoir abandonné Ḥusayn après l'avoir invité à se mettre à leur tête. Pour cette tradition, la mort de Ḥusayn, comme toute sa vie, du reste, est marquée par des prodiges : prémonitions, interventions angéliques, châtiment des meurtriers. L'anniversaire du « martyre » de Ḥusayn (10 muḥarram, fête de ‘Āshūrā') est le grand jour de deuil des shī‘ites, marqué par d'importantes et pathétiques cérémonies dont le rite principal est la représentation de la « passion » d'al-Ḥusayn.

—  Georges BOHAS

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, directeur de l'Institut français d'études arabes de Damas

Classification


Autres références

«  HUSAYN (626-680)  » est également traité dans :

MARTYRE DE ḤUSAYN

  • Écrit par 
  • Jacqueline CHABBI
  •  • 183 mots
  •  • 1 média

Ḥusayn, petit-fils de Mahomet par sa fille Fạ̄tima, chef de la famille du Prophète après le décès de son frère aîné Ḥasan, est appelé en 680 par les habitants de la ville irakienne de Koufa pour prendre la tête de la révolte contre la dynastie omeyyade de Damas. Venu de sa résidence de M […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martyre-de-husayn/#i_49662

IRAN - Société et cultures

  • Écrit par 
  • Christian BROMBERGER
  •  • 8 912 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Aux sources de la révolution et de la République islamiques »  : […] La crise révolutionnaire des années 1978-1979 a tout d'abord consacré l'échec d'un système de développement. En vingt-cinq ans, depuis le coup d'État de 1953 rétablissant l'autorité du shah, l'Iran a été le théâtre de mutations radicales affectant de proche en proche toutes les couches de la société. Lors du premier recensement national, en 1956, l'Iran compte 19 millions d'habitants dont 69 p.  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iran-societe-et-cultures/#i_49662

KERBELA ou KARBALĀ

  • Écrit par 
  • Philippe OUANNÈS
  •  • 776 mots
  •  • 1 média

Également appelée Mashhad ( Mechhed ) Ḥusayn , ou Mausolée de Ḥusayn. Ville oasis de l'Irak à quelque 100 kilomètres au sud-ouest de Bagdad, sur les bords du désert, Kerbela (Karbalā) est un des hauts lieux du shī‘isme. Le 10 du mois de muḥarram (an 61 de l'hégire ; 10 oct. 680), Ḥusayn b. ‘Alī, petit-fils du Prophète et fils de ‘A […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kerbela-karbala/#i_49662

TA'ZIYÈ, théâtre religieux persan

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 1 591 mots

Substantif verbal féminin d'origine arabe, le mot ta'ziyè signifie tout d'abord témoignage de condoléances. Pour les shī'ites, ce vocable est essentiellement lié aux commémorations du drame de Karbalā qui, au cours du temps, donnèrent naissance à une sorte de jeu de la Passion ; représenté de diverses manières durant les dix premiers jours du moharram […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ta-ziye-theatre-religieux-persan/#i_49662

Pour citer l’article

Georges BOHAS, « ḤUSAYN (626-680) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/husayn/