TA'ZIYÈ, théâtre religieux persan

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Substantif verbal féminin d'origine arabe, le mot ta'ziyè signifie tout d'abord témoignage de condoléances. Pour les shī'ites, ce vocable est essentiellement lié aux commémorations du drame de Karbalā qui, au cours du temps, donnèrent naissance à une sorte de jeu de la Passion ; représenté de diverses manières durant les dix premiers jours du moharram (premier mois de l'année hégirienne lunaire), il peut, à certains égards, être comparé aux mystères chrétiens et aux rituels de la Semaine sainte. Comme dans le cas de la Passion du Christ, les fidèles commémorent un fait historique dont il convient de rappeler les grandes lignes.

‘Ali, cousin et gendre du prophète Mohammad et premier Emām des shī'ites, avait été assassiné à Kufa par un khāredjite (en 661). Ses fils Hasan et Hoseyn, respectivement deuxième et troisième Emām des shī'ites, n'eurent pratiquement pas d'activité politique sous le califat de Mo'āwiyè (661-680). Selon la tradition shī'ite, Hasan mourut empoisonné à l'instigation de Mo'āwiyè (en 669). Hoseyn refusa de prêter allégeance à Yazid, fils de Mo'āwiyè, tant du vivant de Mo'āwiyè qu'après sa mort. Partisans des Alides, les gens de Kufa prêtèrent allégeance à Hoseyn ; à leur invitation, il se dirigea vers l'Irak avec sa famille et un petit groupe de partisans. Ayant refusé d'écouter les conseils de prudence de ses amis ou rivaux (à Médine, puis à La Mecque) et bien qu'il eût été informé des intentions du nouveau gouverneur omeyyade de Kufa, Obeydollāh, fils de Ziyād (qui avait fait périr ses envoyés et terrorisé les partisans des Alides), Hoseyn continua sa marche. Forcé par les troupes omeyyades d'installer son camp dans la plaine désertique de Karbalā, non loin des rives de l'Euphrate, il dut soutenir pendant des jours un siège pénible et souffrir atrocement du manque d'eau avant d'affronter, avec une poignée de partisans, plusieurs milliers de soldats omeyyades, auxquels s'étaient joints des renégats de Kufa. Au cours de l'affrontement final, Hoseyn vit disparaître un à un tous les compagnons mâles de sa famille et de ses partisans (y compris le valeureux al-Horr qui, venu le combattre, s'était rallié à lui), avant de périr lui-même le jour de l'Achourā, le 10 moharram 61 (10 octobre 680). Le camp fut pillé, le cadavre de Hoseyn piétiné par les chevaux de ses ennemis, les femmes et les enfants ayant survécu au massacre (dont ‘Ali Zeynolābedin, quatrième Emām des shī'ites) emmenés captifs d'abord à Kufa, auprès d'Obeydollāh, puis à Damas, chez le calife Yazid. Fixées au bout de piques, les têtes coupées des rebelles provoquaient le ressentiment des musulmans à l'encontre des Omeyyades. Selon divers récits, la tête de Hoseyn fut profanée par Obeydollāh et par Yazid ; à sa vue, un prieur de moines chrétiens, un ambassadeur byzantin auprès de Yazid et d'autres se convertirent à l'islam. Abandonnés pendant trois jours dans le désert de Karbalā, les corps des martyrs furent enterrés par de pieux habitants d'un village voisin. Selon la tradition shī‘ite, quarante jours après le massacre, les survivants allèrent se recueillir sur ces tombes : la commémoration des martyrs de Karbalā était née.

S'inscrivant sous le signe de la vengeance du sang de Hoseyn et des siens, cette commémoration connut bien des vicissitudes avant d'être rendue officielle, à Bagdad, par les princes bouyides vers le milieu du xe siècle. Quand s'affaiblit le pouvoir des Seldjoukides (au xiie siècle), elle fut célébrée en Perse dans des assemblées où des prédicateurs contaient les vertus des gens de la maison de ‘Ali, les souffrances de leurs martyrs et l'infamie de leurs ennemis ; ces assemblées regroupaient alors des fidèles de diverses tendances religieuses. Des Mongols aux Séfévides (xiiie-xve siècle), les thèmes liés aux commémorations shī'ites pénétrèrent dans les ordres de derviches. Ces commémorations avaient donc connu une longue tradition avant d'être rendues officielles en Perse par les Séfévides.

Sous les Séfévides (1501-1722), la commémoration hoseynite devint une véritable « fête civile ». Les processions et les cortèges se développèrent considérablement et finirent par donner naissance, au cours du xviiie siècle, à des représentations de drames sacrés. Les thèmes étaient fournis par les nombreux récits historico-légendaires influencés à divers degrés par les éléments ayant contribué à la formation du culte-mythe de Hoseyn. Outre les divers épisodes de la bataille de Karbalā, les vicissitudes des survivants à Kufa et à Damas, les miracles accomplis par la tête coupée de Hoseyn, l'action des vengeurs (surtout Mokhtār) sont représentés. Des artifices permettent aussi de rattacher à l'événement central des anecdotes tirées des vies des prophètes ou de saints personnages vénérés par les shī'ites. Dans sa forme achevée, le cycle dramatique commence dans l'ère primordiale, culmine avec la tragédie de Karbalā et se termine avec le thème de la vengeance et du châtiment des coupables. La valeur sotériologique des pleurs pour Hoseyn contribue largement à créer l'effet de catharsis produit sur les participants au rituel ; il n'y a pas de « spectateurs » au sens où on l'entend dans le théâtre d'Occident.

L'existence des représentations sacrées n'effaça pas pour autant les autres formes de la commémoration. Dans sa forme la plus élaborée, le rituel comporte donc :

— des processions de pénitents, certains se flagellant avec des chaînes, d'autres se frappant la poitrine ou se meurtrissant le front avec des sabres, d'autres s'infligeant des blessures avec divers instruments tranchants, etc. ;

— des cortèges dans lesquels on promène le cercueil-cénotaphe de l'Emām (appelé ta'ziyè en Inde) accompagné d'hommes en armes, d'étendards, de son cheval fictivement percé de flèches, etc. ;

— des assemblées de deuil appelées rowzè-khāni, dans lesquelles des prédicateurs (rowzè-khān ; leur ouvrage de base était le Rowzat-osh-shohadā, ou « Jardin des martyrs », à l'époque séfévide) psalmodient et miment les souffrances endurées par les martyrs de Karbalā, maudissent leurs assassins et les usurpateurs des droits de la famille de ‘Ali, incitent les fidèles à verser des larmes abondantes (à valeur sotériologique) et à maudire les oppresseurs (premiers califes, Omeyyades...). Ils utilisent toujours une abondante littérature élégiaque et épico-religieuse composée depuis les Séfévides ;

— des représentations sacrées données d'abord dans des cortèges, sur de vastes places publiques (meydān), avec participation de nombreux cavaliers, puis dans des lieux d'assemblées.

La grande impulsion pour la composition et la représentation de ces drames fut donnée par les Qādjār ( [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : chargé de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification

Autres références

«  TA'ZIYÈ, théâtre religieux persan  » est également traité dans :

THÉÂTRES DU MONDE - Le théâtre dans le monde arabe

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 4 295 mots

Dans le chapitre « L'absence du théâtre dans la littérature classique »  : […] Les travaux du chanoine Drioton montrent que le théâtre naquit dans l'Égypte ancienne. Outre les mystères d'Osiris, qui remontent à la I re  dynastie, un théâtre laïcisé exista en Égypte dès le II e  millénaire. Pourtant, la tradition théâtrale disparut de l'Égypte à l'avènement du christianisme. Arabisée et islamisée, l'Égypte, comme les autres pays arabes, continua d'ignorer l'art dramatique jus […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean CALMARD, « TA'ZIYÈ, théâtre religieux persan », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ta-ziye-theatre-religieux-persan/