CHÁVEZ HUGO (1954-2013)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Président de la République bolivarienne du Venezuela de 1999 à 2013.

On ne peut évoquer le président vénézuélien Hugo Chávez sans faire référence aux « nouvelles gauches » latino-américaines et, plus encore, à l'opposition entre gauches de rejet et gauches de gouvernement, entre régimes autoritaires et gouvernements démocratiques. L'une des caractéristiques majeures du personnage est en effet la polarisation qu'il a constamment exercée sur les opinions publiques, au Venezuela comme à l'extérieur des frontières nationales. Dictateur d'inspiration néo-populiste pour les uns, sauveur du continent latino-américain pour les autres, l'inspirateur de la « révolution bolivarienne » s'inscrit en fait dans un processus historique voire géopolitique qui dépasse désormais le strict cadre national, surtout si l'on se place sur le plan des relations « hémisphériques » avec les États-Unis.

Hugo Chávez, 1998

Photographie : Hugo Chávez, 1998

Hugo Chávez, candidat de la gauche et du centre, est élu le 6 décembre 1998 président du Venezuela ; il sera réélu en 2006 puis en 2012. L'ancien colonel voulait réinventer une démocratie « où les citoyens sont des sujets actifs et des protagonistes de leur propre destin ». 

Crédits : Andres Leighton/ Newsmakers/ Getty

Afficher

Né le 28 juillet 1954 à Sabaneta, dans les llanos – plaines du piémont andin – au sein d'une famille d'enseignants, Hugo Rafael Chávez Frías entre à l'Académie militaire grâce à ses dons pour le base-ball. Il en sort avec le grade de sous-lieutenant, licencié en sciences et arts militaires. Puis, comme nombre de jeunes officiers, il poursuit une formation supérieure, en s'inscrivant notamment en maîtrise de science politique à l'université Simón Bolivar de Caracas. À la différence de ses voisins, minés par des dictatures, le Venezuela connaît un certain équilibre institutionnel depuis la chute du dictateur Marcos Pérez Jiménez et le pacte de Punto Fijo passé en 1958 entre les principaux partis. L'ébranlement de cet équilibre au début des années 1980, sous l'effet des dérèglements économiques et financiers que connaît alors le pays, détermine une prise de conscience chez les jeunes officiers : le 17 décembre 1982, Hugo Chávez fonde le mouvement bolivarien qui n'est, à ses débuts, qu'une loge militaire clandestine, l'Armée bolivarienne révolutionnaire 200. Devenue Mouvement bolivarien révolutionnaire 200 (M.B.R.-200) après la révolte populaire du 27 février 1989 (Caracazo) et la répression qui s'ensuit, l'organisation vise désormais la conquête du pouvoir. Le Venezuela est alors confronté à une crise de la représentation politique, à une crise sociale et financière et à une corruption qui, en 1993, amènera la destitution du président en exercice, le social-démocrate Carlos Andrés Pérez.

Le lieutenant-colonel Hugo Chávez va accéder à la popularité lors de sa tentative de coup d'État, le 4 février 1992. Paradoxalement, cet échec politique est un succès médiatique. Libéré en 1994 par le président démocrate-chrétien Rafael Caldera, Chávez transforme le M.B.R.-200 en Mouvement Ve République (M.V.R., 1996), parti qui fait appel aux civils. « Mage des émotions », il invente de nouvelles formes de communication politique fondées sur des médiations réduites. En 1998, incarnant d'immenses espoirs de justice sociale, il remporte l'élection présidentielle avec 56,2 p. 100 des voix. Chávez réédite ce succès (59,7 p. 100) lors des « méga-élections » (présidentielle et législatives) de 2000 et du référendum sur la nouvelle Constitution « bolivarienne » (1999), qui change notamment le nom du pays en « République bolivarienne du Venezuela ». La révolution est alors « pacifique et démocratique » et se fonde sur la « démocratie participative ». Le « chavisme » n'est pas une doctrine, plutôt un conglomérat d'idées et d'influences inspirées pour l'essentiel du Libertador Simón Bolivar, mais aussi du néo-révisionniste argentin Norberto Ceresole, et, plus récemment, de Fidel Castro.

En novembre 2001, cependant, l'état de grâce est rompu par la promulgation de quarante-neuf décrets-lois (dont un sur la terre et un autre sur les hydrocarbures). Depuis lors, le Venezuela vit un état de crise permanente, qui culmine lors de la tentative de coup d'État d'avril 2002 contre Hugo Chávez, un moment renversé. Se pose à cette occasion la question des relations entre civils et militaires, mais aussi celle du rôle des États-Unis dans la région (le Venezuela est leur troisième fournisseur de pétrole brut). Le discours du président Chávez se radicalise, la révolution devient une « révolution armée » (milices, réserv [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur en histoire à l'université de Paris-I, titulaire d'une habilitation à diriger des recherches (École des hautes études en sciences sociales), directrice de recherche au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  CHÁVEZ HUGO (1954-2013)  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - Évolution géopolitique

  • Écrit par 
  • Georges COUFFIGNAL
  •  • 7 479 mots

Dans le chapitre « Apparences trompeuses »  : […] Mais cette dominante d'élus de gauche ne signifie pas qu'un front politique homogène soit en voie de constitution, tant les différences sont grandes entre eux, sur quantité de points. Hugo Chávez dénonce de manière virulente le modèle néo-libéral et lance de grands projets sociaux de type « assistanciel » en faveur des plus démunis, mais il ne peut le faire que grâce au pétrole qu'il vend sur les […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE, économie et société

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL
  •  • 13 692 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Les contestations de l’ordre libéral au pouvoir »  : […] Cette nouvelle stratégie de libéralisation a été à son tour contestée dans les années 2000, avec la montée des mouvements socialistes ou populistes, au Venezuela, en Bolivie, au Nicaragua ou en Équateur. Dans ces pays, on a assisté à un retour des politiques de nationalisation et de redistribution, mais les résultats ont été dans l'ensemble peu favorables, le bilan économique de Hugo Chávez et de […] Lire la suite

MEXIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Henri ENJALBERT, 
  • Roland LABARRE, 
  • Cécile LACHENAL, 
  • Jean A. MEYER, 
  • Marie-France PRÉVÔT-SCHAPIRA, 
  • Philippe SIERRA
  •  • 32 136 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Les vicissitudes de la politique étrangère »  : […] Le sexennat de Fox se caractérise par une politique étrangère originale, qui rompt avec les principes traditionnels, en particulier celui de non-ingérence. Le Mexique a multiplié les provocations à l'égard de Cuba, et a notamment exigé le départ de Fidel Castro, avant la venue de George W. Bush, au sommet des Amériques (Monterrey, mars 2002) alors que le leader cubain était tenu d'y assister en ta […] Lire la suite

VENEZUELA

  • Écrit par 
  • Virginie BABY-COLLIN, 
  • Véronique HÉBRARD
  • , Universalis
  •  • 16 591 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le « grand virage » libéral (1988-1998) »  : […] Alors que son nom est associé à la période faste des années 1970, Pérez met en œuvre une véritable politique de rupture face à la situation catastrophique du pays. Il est entouré de technocrates hautement qualifiés, formés aux États-Unis, dont la plupart sont issus du MAS, mais qui sous-estiment l'impact politique des réformes qu'ils proposent. Les réserves de la Banque centrale sont au plus bas, […] Lire la suite

Pour citer l’article

Frédérique LANGUE, « CHÁVEZ HUGO - (1954-2013) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hugo-chavez/