CASTRO FIDEL (1926-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En renonçant définitivement au pouvoir en février 2008, Fidel Castro – né en 1926 – signe un record de longévité politique au xxe siècle. Il a réussi à déjouer les prévisions des analystes qui n'envisageaient pas la survie du régime cubain après l'effondrement de l'URSS en 1991. La capacité de Fidel Castro à s'adapter et à se sortir de situations difficiles est extraordinaire : il a survécu à dix présidents américains et à des dizaines de tentatives d'assassinat. Président du Conseil des ministres et du Conseil d'État, premier secrétaire du Parti communiste cubain (PCC), parti unique, il concentre rapidement tous les pouvoirs entre ses mains après la victoire de la révolution le 1er janvier 1959. Homme d'action avant tout, c'est un chef d'État autoritaire à l'idéologie complexe, mélange de jésuitisme, de marxisme-léninisme et de tiers-mondisme. Entièrement identifié à la révolution cubaine, Castro est devenu le symbole de la résistance à l'impérialisme américain.

Fidel Castro, 1960

Photographie : Fidel Castro, 1960

Le Premier ministre cubain Fidel Castro lors d'un discours devant l'Assemblée générale des Nations unies, en 1960. 

Crédits : Keystone/ Getty Images

Afficher

Premières armes militantes

Né le 13 août 1926 près de Birán, dans la province d'Oriente, Fidel Alejandro Castro Ruz est le fils d'un paysan galicien, arrivé à Cuba à la fin du xixe siècle, et de sa servante. La fratrie de neuf enfants, issue de deux unions, vit dans un grand domaine agricole. Parti étudier à Santiago de Cuba en 1934, Fidel Castro est un élève turbulent, prompt à la bagarre, mais la vie au collège lui enseigne la rigueur et la discipline. En 1941, il est envoyé à La Havane dans le meilleur établissement jésuite du pays. Il s'y distingue par sa prodigieuse mémoire, son goût pour les matières littéraires et surtout ses qualités sportives.

S'il se veut déjà meneur d'hommes – il harangue souvent ses camarades – lorsqu'il s'inscrit à l'université de droit de La Havane, Fidel Castro est novice sur le plan politique. Mais il apprend beaucoup grâce à ses lectures de Marx, Engels et Lénine, à sa fréquentation de membres des Jeunesses communistes (JC) et à son activisme dans des groupes étudiants radicaux comme le Mouvement socialiste révolutionnaire et l'Union insurrectionnelle révolutionnaire. Il devient rapidement une figure publique sans pourtant obtenir de mandat électif : il perd, en juillet 1947, l'élection au poste de secrétaire de la Fédération des étudiants. Véritable agitateur, il n'est pas avare de coups médiatiques : en 1947, il transporte à La Havane, avec quelques compagnons, la cloche de la sucrerie La Demajagua qui, en 1868, avait appelé les Cubains à la révolte contre la métropole. La même année, il adhère au Parti orthodoxe – anti-impérialiste et anticommuniste –, mais son activisme déborde largement ce cadre. Il fonde l'Action radicale orthodoxe, organisation de jeunesse liée au Parti.

Fidel Castro se marie, en 1948, avec Mirta Diaz Balart dont il a un fils, Fidelito qui occupera, par la suite, une place importante sur la scène politique intérieure, mais son travail militant l'occupe à plein temps. Avocat de 1950 à 1953, il défend gratuitement les citoyens pauvres. Candidat au Parlement, sa carrière politique est compromise par le coup d'État de Fulgencio Batista le 10 mars 1952. Entré en clandestinité, Castro forme, à partir de l'organisation Action radicale orthodoxe, le noyau du groupe d'activistes qui mène, le 26 juillet 1953, l'attaque contre la caserne du Moncada (Santiago de Cuba) afin de renverser le régime. L'assaut est un échec et les insurgés sont d'abord condamnés à de lourdes peines de prison puis amnistiés par Batista en mai 1955. Fidel Castro s'exile au Mexique où il fonde le Mouvement du 26-Juillet (M26), en référence à l'attaque du Moncada, et organise un débarquement dans l'Oriente à la fin de 1956. Il prend la tête du mouvement de guérilla qui s'implante dans la Sierra Maestra et qui est renforcé par de nombreux paysans de la région. Castro se montre fin stratège et s'octroie le titre de commandant en chef, grade unique qui disparaîtra avec lui. La violence accrue déployée par le régime de Batista pour faire face aux rebelles finit par mécontenter la population, et de nombreuses cellules du M26 se constituent dans tout le pays. Après deux années de guérilla, puis la fuite de Batista, Castro entre triomphalement dans La Havane [...]

Fulgencio Batista, 1955

Photographie : Fulgencio Batista, 1955

Le président de la République cubaine Fulgencio Batista (1901-1973) et son épouse lors d'un meeting du Women's Party, en 1955. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Fidel Castro, 1960

Fidel Castro, 1960
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Fulgencio Batista, 1955

Fulgencio Batista, 1955
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Castro et les barbudos, 1959

Castro et les barbudos, 1959
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Castro entre à La Havane, 1959

Castro entre à La Havane, 1959
Crédits : National Archives

video

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : enseignante ATER de science politique à l'Institut des hautes études de l'Amérique latine, chargée de cours à Sciences Po Poitiers (cycle ibéro-américain de Sciences Po Paris)

Classification

Autres références

«  CASTRO FIDEL (1926-2016)  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - Évolution géopolitique

  • Écrit par 
  • Georges COUFFIGNAL
  •  • 7 479 mots

Dans le chapitre « Naissance de diplomaties autonomes »  : […] En 1982, la dictature militaire au pouvoir en Argentine cherche à reconquérir une légitimité contestée en envahissant les îles Malouines dont l'Argentine revendiquait la souveraineté depuis toujours. On connaît la réaction de Margaret Thatcher, qui envoya une véritable armada pour reconquérir ces îles inhospitalières. La plupart des pays européens et les États-Unis soutinrent la Grande-Bretagne […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Rapports entre Églises et États

  • Écrit par 
  • Jean Jacques KOURLIANDSKY
  •  • 6 707 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une Église catholique en quête d'autonomie »  : […] Les différentes Églises locales et le Vatican ont souhaité, au moment des indépendances, perpétuer l'alliance antérieure du spirituel et du temporel. Ils considéraient cependant que la fin des empires espagnol et portugais justifiait la révision de la tutelle à laquelle ils étaient soumis. Les Églises voulaient le maintien du catholicisme comme religion officielle, la séparation du religieux et du […] Lire la suite

CASTRO RAÚL (1931- )

  • Écrit par 
  • Marie Laure GEOFFRAY
  •  • 1 428 mots
  •  • 2 médias

Raúl Modesto Castro Ruz, président de Cuba de 2008 à 2018, ne surgit sur la scène politique internationale qu'à partir du 31 juillet 2006, lorsqu'il succède à son frère Fidel, malade, comme chef de l'État par intérim. Numéro deux du régime depuis la révolution cubaine, ministre de la Défense depuis 1959, vice-président du Conseil des ministres et du Conseil d'État depuis 1962, et deuxième secré […] Lire la suite

COMMUNISMES RELIGIEUX

  • Écrit par 
  • Henri DESROCHE
  •  • 3 052 mots

Dans le chapitre « Communisme religieux et socialismes utopiques »  : […] L'Allemagne, au début du xix e  siècle, connaît aussi une telle fermentation : « en dépit de toutes les persécutions, certaines sectes chrétiennes s'étaient maintenues en Allemagne [...] où elles enseignaient un communisme primitif conforme à l'esprit des premiers chrétiens »... (Menchen-Helfen et Nicolaïewski). W.  Weitling, le fondateur, selon Karl Marx, du communisme européen, fut directement i […] Lire la suite

CUBA CRISE DE (1962)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 191 mots
  •  • 1 média

Au milieu du mois d'octobre 1962, des avions espions nord-américains découvrent que des rampes de missiles menaçant directement l'intégrité des États-Unis ont été installées par l'U.R.S.S. sur l'île de Cuba, tombée dans le camp de la révolution socialiste depuis l'accession de Fidel Castro au pouvoir en 1959. Le 22 octobre, le président Kennedy ordonne l'encerclement naval de l'île, mobilise d'imp […] Lire la suite

CUBA

  • Écrit par 
  • Marie Laure GEOFFRAY, 
  • Janette HABEL, 
  • Oruno D. LARA, 
  • Jean Marie THÉODAT, 
  • Victoire ZALACAIN
  •  • 24 414 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La révolution cubaine et le régime castriste »  : […] Le 1 er  janvier 1959, les combattants du Mouvement du 26-Juillet entrent victorieux à Santiago de Cuba . Fidel Castro, leur chef, peut alors affirmer : « Enfin, nous sommes arrivés à Santiago ! Notre chemin a été long et difficile, mais nous sommes arrivés. Cette fois-ci, heureusement pour Cuba, la révolution aboutira réellement ; cela ne sera pas comme en 1898, lorsque les Américains se firent […] Lire la suite

GUEVARA ERNESTO dit LE CHE (1928-1967)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 929 mots
  •  • 1 média

La figure de l'Argentin Ernesto Guevara est aujourd'hui l'objet d'un mythe puissant dont la fabrication commença au lendemain même de sa mort. L'écrivain guatemaltèque Miguel Angel Asturias déclare, en recevant le prix Nobel de littérature en octobre 1967, que « Che Guevara représente l'une de nos grandes figures romantiques », tandis que Jean-Paul Sartre célèbre quelques jours plus tard « l'homm […] Lire la suite

RÉVOLUTION CUBAINE (1959)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 221 mots
  •  • 1 média

Le 2 janvier 1959, à Cuba, quelques heures après la fuite à l'étranger du général Batista qui tenait l'île depuis le milieu des années 1930, les troupes castristes, emmenées par Ernesto Guevara et Camilo Cienfuegos, entrent dans La Havane. Cette victoire militaire est l'aboutissement d'un processus insurrectionnel lancé par Fidel Castro en juillet 1953 avec l'attaque manquée contre la caserne Monc […] Lire la suite

TRICONTINENTALE (1966)

  • Écrit par 
  • Jean MENDELSON
  •  • 870 mots

De son nom exact Conférence de solidarité des peuples d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine, la rencontre connue sous le nom de Tricontinentale s'est tenue à La Havane du 3 au 15 janvier 1966. La Tricontinentale et le courant politique qui s'en réclame se situent dans la lignée historique du mouvement né à Bandung en avril 1955, lors de la rencontre de vingt-neuf chefs d'État ou de gouvernement d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie Laure GEOFFRAY, « CASTRO FIDEL - (1926-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fidel-castro/