HONGWU [HONG-WOU] ou ZHU YUANZHANG (1328-1398) empereur de Chine (1368-1398)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fondateur de la dynastie des Ming, Zhu Yuanzhang se proclame empereur avec pour nom de règne Hongwu (nom posthume : Taizu). Il est le seul rebelle d'origine paysanne avec Liu Bang, fondateur des Han, à avoir établi une dynastie durable. Il perd la plupart des membres de sa famille, des tenanciers misérables émigrés au Anhui, lors de la famine et des épidémies de 1344 et devient moine mendiant. En 1352 il rejoint l'un des chefs des Turbans rouges, dont la rébellion, inspirée par le bouddhisme millénariste du Lotus blanc, sévit depuis peu dans le bassin de la Huai, et sous sa protection devient rapidement un général influent dans le mouvement. Dès 1356, il franchit le Yangzi pour établir sa base à Nankin. Devenu l'un des principaux chefs militaires en guerre contre les Mongols, il n'a de cesse d'agrandir ses territoires aux dépens de ses rivaux. S'étant emparé des provinces centrales de Chine (1360-1363), il prend le titre de roi de Wu et s'emploie à créer un véritable État bureaucratique, ainsi qu'une armée qui ne soit plus fondée sur le seul compagnonnage individuel. Sa puissance s'accroît encore avec la conquête, sur un autre de ses rivaux, des riches provinces du bas Yangzi (1365-1367). Il rompt les liens avec les Turbans rouges après la disparition de leur prétendant officiel (un jeune « roi » présenté comme un descendant de la dynastie des Song). Les éléments manichéens qui étaient présents dans le mouvement se retrouvent cependant dans le nom (« Clarté ») de la dynastie dont il se proclame empereur en 1368 à Nankin, quelques mois avant que ses généraux ne chassent les Mongols de Chine du Nord (1367-1368).

Le régime instauré par Zhu Yuanzhang, désormais l'empereur Hongwu, présente bien des ambiguïtés. Pour acquérir la respectabilité dynastique et gouverner son nouvel empire, il a dû renier ses origines « hétérodoxes » et accorder une place croissante aux lettrés, lesquels sont depuis les Song les véritables dépositaires de la légitimité politique et intellectuelle ; mais ses orig [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HONGWU [ HONG-WOU ] ou ZHU YUANZHANG (1328-1398) empereur de Chine (1368-1398)  » est également traité dans :

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 672 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Un pouvoir autocratique »  : […] L'occupation de la Chine par les Mongols dure peu de temps : c'est en 1234 qu'ils s'emparent de l'ensemble de la Chine du Nord, en 1279 qu'ils achèvent la conquête du Sud. Mais les soulèvements qui devaient mettre fin à leur règne commencent dès le milieu du xiv e  siècle. La Chine de la Huai et la vallée du Yangzi échappent bientôt à leur contrôle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-histoire-jusqu-en-1949/#i_21868

DYNASTIE MING

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 226 mots

À partir de 1351, la dynastie mongole des Yuan, qui règne sur la Chine, est fortement contestée : des soulèvements populaires, auxquels se rallient les élites, embrasent leur Empire et aboutissent à l'avènement de la dernière dynastie impériale d'origine chinoise, les Ming. Le fondateur de la dynastie, Zhu Yuanzhang, fils d'un ouvrier agricole, a p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dynastie-ming/#i_21868

DYNASTIE MING - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 355 mots

1368 Le rebelle Zhu Yuanzhang s'empare de Pékin, capitale de la dynastie mongole des Yuan, et fonde la dynastie des Ming, en prenant le nom de règne de Hongwu. 1380 Première d'une longue série de purges : procès de Hu Weiyong, compagnon de lutte de Hongwu ; quinze mille personnes sont jugées avec lui. L'empereur concentre tous les pouvoirs. 1387 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dynastie-ming-reperes-chronologiques/#i_21868

MING LES, dynastie chinoise (1368-1644)

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 951 mots
  •  • 2 médias

Après avoir chassé de Chine le régime mongol, les Ming seront eux-mêmes supplantés par un pouvoir d'origine non chinoise, la dynastie mandchoue des Qing. Le destin de cette dernière dynastie « nationale » présente maints aspects du classique « cycle dynastique » : née des rébellions suscitées par un régime oppressif et corrompu, fondée par un chef […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-ming-dynastie-chinoise/#i_21868

NANKIN, chin. NANJING [NAN-KING]

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 1 155 mots
  •  • 2 médias

Capitale de la province chinoise du Jiangsu, Nankin est située sur la rive droite du Yangzi, à 250 kilomètres de son embouchure. Le site est protégé par le fleuve (au nord et à l'ouest) et par la montagne Pourpre (à l'est), qu'on a comparés à « un dragon lové et un tigre tapi ». Le royaume de Chu, qui conquiert la région à la fin du ~ iv e siècle, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nankin-nanjing/#i_21868

Pour citer l’article

Pierre-Étienne WILL, « HONGWU [HONG-WOU] ou ZHU YUANZHANG (1328-1398) - empereur de Chine (1368-1398) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hongwu-zhu/