MING LES, dynastie chinoise (1368-1644)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après avoir chassé de Chine le régime mongol, les Ming seront eux-mêmes supplantés par un pouvoir d'origine non chinoise, la dynastie mandchoue des Qing. Le destin de cette dernière dynastie « nationale » présente maints aspects du classique « cycle dynastique » : née des rébellions suscitées par un régime oppressif et corrompu, fondée par un chef de guerre pouvant se targuer d'avoir recueilli le mandat céleste, confrontée, après une phase initiale de reconstruction, à des difficultés de tous ordres qui, en dépit d'une tardive reprise en main, finiront par provoquer un nouvel embrasement et par l'emporter...

1300 à 1400. Tamerlan

Vidéo : 1300 à 1400. Tamerlan

Tamerlan. Émiettement de l'Asie. Peste noire en Europe. Renaissance (Quattrocento) en Italie.L'expansion de la chrétienté européenne subit un coup d'arrêt au XIVe siècle. Frappée par la Peste noire,divisée religieusement entre papes d'Avignon et papes de Rome, en proie à d'interminables... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Aux origines de la dynastie des Ming, le mouvement messianique des Turbans rouges qui se dresse contre le pouvoir mongol à partir de 1351. L'un des chefs rebelles, Zhu Yuanzhang, installe sa base à Nankin (1356), d'où il conquiert l'empire en une douzaine d'années et où il se proclame empereur en 1368 avec le nom de règne de Hongwu. Son petit-fils Jianwen (règne de 1398 à 1402), qui lui succède, entend rendre le gouvernement au pouvoir civil et enlever leur pouvoir à ses oncles, apanagés par Hongwu dans des fiefs frontaliers. L'un de ces derniers se soulève à Pékin et, après quatre ans de guerre civile, s'empare du trône avec pour nom de règne Yongle (règne de 1403 à 1424). Il transfère la capitale à Pékin (1421), où elle demeurera jusqu'à la fin de la dynastie, Nankin restant capitale secondaire. Le Grand Canal, réaménagé, est le lien vital entre les riches provinces du Sud et les centres politiques et stratégiques du Nord. Au régime encore très militariste de Yongle (qui conduit personnellement cinq expéditions contre les Mongols) succèdent des gouvernements beaucoup plus « confucéens » et favorables à la bureaucratie lettrée, même si les institutions du despotisme impérial mises en place par Hongwu sont conservées. Mettant un terme aux grandes expéditions maritimes lancées par Yongle, ses héritiers adoptent une politique de repli sur les frontières et prohibent le commerce outre-mer [...]

1400 - 1500. Poussée ottomane et grandes découvertes

Vidéo : 1400 - 1500. Poussée ottomane et grandes découvertes

Prise de Constantinople. Voyages maritimes du Chinois Zheng He, de Vasco de Gama, de Christophe Colomb. Les Ming en Chine. Gutenberg. Renaissance en Europe.Le XVe siècle marque la fin du Moyen Âge.Les grands empires nomades : la Horde d'or et l'ancien empire de Tamerlan, se divisent et... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

1300 à 1400. Tamerlan

1300 à 1400. Tamerlan
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

1400 - 1500. Poussée ottomane et grandes découvertes

1400 - 1500. Poussée ottomane et grandes découvertes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MING LES, dynastie chinoise (1368-1644)  » est également traité dans :

DYNASTIE MING

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 226 mots

À partir de 1351, la dynastie mongole des Yuan, qui règne sur la Chine, est fortement contestée : des soulèvements populaires, auxquels se rallient les élites, embrasent leur Empire et aboutissent à l'avènement de la dernière dynastie impériale d'origine chinoise, les Ming. Le fondateur de la dynastie, Zhu Yuanzhang, fils d'un ouvrier agricole, a pris, en 1348, la tête d'une bande d'insurgés. D'ab […] Lire la suite

DYNASTIE MING - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 355 mots

1368 Le rebelle Zhu Yuanzhang s'empare de Pékin, capitale de la dynastie mongole des Yuan, et fonde la dynastie des Ming, en prenant le nom de règne de Hongwu.1380 Première d'une longue série de purges : procès de Hu Weiyong, compagnon de lutte de Hongwu ; quinze mille personnes sont jugées avec lui. L'empereur […] Lire la suite

ACHÈVEMENT DE LA GRANDE MURAILLE DE CHINE

  • Écrit par 
  • Alain THOTE
  •  • 247 mots
  •  • 1 média

La Grande Muraille fut achevée sous les Ming par un dernier tronçon construit au nord de Lanzhou (Gansu) en 1598. C'était l'aboutissement d'une entreprise ayant connu de très longues périodes d'interruption, mais commencée dès l'époque des Printemps et des Automnes (vers — 500) par les Chinois pour se protéger de leurs voisins du Nord. Son tracé a changé au cours des siècles. Aussi l'expression «  […] Lire la suite

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 695 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Un pouvoir autocratique »  : […] L'occupation de la Chine par les Mongols dure peu de temps : c'est en 1234 qu'ils s'emparent de l'ensemble de la Chine du Nord, en 1279 qu'ils achèvent la conquête du Sud. Mais les soulèvements qui devaient mettre fin à leur règne commencent dès le milieu du xiv e  siècle. La Chine de la Huai et la vallée du Yangzi échappent bientôt à leur contrôle et l'un des chefs de rébellion, Zhu Yuanzhang, f […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - Bureaucratie, gouvernement, économie

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 11 003 mots

Dans le chapitre « Principes généraux »  : […] Certaines notions remontent à l'époque authentiquement « féodale », aux premiers siècles de la dynastie royale des Zhou. Ainsi, celle du couple prince-ministre idéalisée par Confucius, dont plusieurs traits restent intégrés au discours bureaucratique à l'époque impériale : loyauté absolue du ministre à l'égard de la famille régnante, mais aussi droit et même devoir de remontrance (symbolisé sous […] Lire la suite

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 374 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « Prépondérance de la porcelaine sous les Ming et les Qing »  : […] Le bleu et blanc connaîtra sous les Ming une fortune qui ne déclinera que devant la vogue croissante des émaux de petit feu, vers le milieu du xvii e siècle . Sous les deux dernières dynasties, l'histoire de la céramique devient celle de la porcelaine. L'essentiel de sa production est concentré à Jingdezhen, au Jiangxi, véritable métropole de la céramique. On y verra, dans le décor peint, se succ […] Lire la suite

CHINOISES GRANDES ÉDITIONS

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 980 mots

L'un des traits remarquables de l'édition chinoise, pratiquement depuis ses débuts et jusqu'à ce jour, est la publication de vastes collections dont la visée n'est pas commerciale, mais idéologique ou politique : manifestation de piété (religieuse ou culturelle selon les cas), recherche du prestige, volonté de conserver un patrimoine ou de fixer une orthodoxie. Les grandes éditions de textes relig […] Lire la suite

CITÉ INTERDITE, Pékin

  • Écrit par 
  • Alain THOTE
  •  • 217 mots
  •  • 1 média

Quelques années après avoir établi sa capitale à Nankin, la dynastie des Ming (1368-1644) s'est fixée à Pékin en 1409. La construction du palais impérial avait été entreprise dès 1406. Divers remaniements ou reconstructions, auxquels s'est ajoutée la construction de plusieurs pavillons au cours des xvii e et xviii e  siècles, n'ont pas vraiment modifié l'agencement d'ensemble de la Cité interdite […] Lire la suite

LA CITÉ INTERDITE. VIE PUBLIQUE ET PRIVÉE DES EMPEREURS DE CHINE, 1644-1911 (exposition)

  • Écrit par 
  • Anne CHAYET
  •  • 1 234 mots

Organisée au musée du Petit Palais à Paris (9 novembre 1996-23 février 1997), l'exposition La Cité interdite . Vie publique et privée des empereurs de Chine (1644-1911 ) propose une présentation somptueuse, mais peut-être conventionnelle, d'un choix d'objets provenant de l'ancien palais des souverains chinois. Le thème principal est sans doute un thème facile, destiné à un vaste public et souvent […] Lire la suite

CORÉE - Histoire

  • Écrit par 
  • Jin-Mieung LI, 
  • Ogg LI, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 6 272 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre «  Dynastie Koryŏ (918-1392) »  : […] Le début de l'histoire de Koryŏ, qui a donné, par la suite, le nom de Corée, est marqué par les invasions des Kitan, c'est-à-dire la dynastie chinoise des Liao (907-1125). Après avoir réussi à repousser les attaques des Kitan à deux reprises, en 993 et 1010, Koryŏ fut finalement obligé de concéder à son adversaire une région dans le nord-est de la péninsule, pour obtenir la paix. À cette époque […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre-Étienne WILL, « MING LES, dynastie chinoise (1368-1644) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-ming-dynastie-chinoise/