HIROSHIGE ANDŌ (1797-1858)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le paysage chez Hiroshige et chez Hokusai

Il est certain que, dans ses qualités essentielles, Hiroshige doit beaucoup à Hokusai : la hardiesse des compositions, la stylisation et les raccourcis, la transposition en termes purement japonais de principes de l'esthétique européenne.

Mais, alors que la composition de Hokusai vise à restituer le dynamisme des éléments, en usant du rythme des lignes et des surfaces, l'art de Hiroshige, plus statique et plus calme, fait appel avant tout à la couleur pour rendre l'atmosphère d'un site et l'émotion ressentie.

Dans les paysages de Hokusai, l'homme mène une vie propre indépendante du site qui l'entoure ; Hiroshige conçoit l'humanité comme élément intrinsèque de la nature, pleinement intégré au paysage.

Le Fuji vu de Nakahara

Photographie : Le Fuji vu de Nakahara

Photographie

Le Fuji vu de Nakahara, une estampe de la série Trente-Six Vues du mont Fuji (Fugaku sanjurokkei), publiée en 1831. Estampe en couleurs du Japonais Katsushika Hokusai (1760-1849). Victoria and Albert Museum, Londres. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Enfin, si Hokusai s'impose, dans ses œuvres, davantage par la puissance étonnante de sa personnalité que par la séduction du paysage qu'il dessine, Hiroshige par contre, concevant son rôle comme celui d'un simple intermédiaire entre la nature et le spectateur, charme par l'atmosphère qui se dégage de ses œuvres, touche par l'émotion qu'il ressent et donne à partager. On remarque cependant qu'il n'a cherché à rendre qu'un seul trait de la nature : sa beauté, écartant résolument tout élément angoissant ou terrifiant.

Plus encore que le génial Hokusai, Hiroshige fut l'artiste paysager par excellence, car en livrant, dans des compositions d'où émanent une harmonie et une paix parfaites, le caractère essentiel de la nature, il a su rendre familière à n'importe quel spectateur une vision réaliste de la beauté.

Le Mont Fuji, Ando Hiroshige

Photographie : Le Mont Fuji, Ando Hiroshige

Photographie

Ando Hiroshige (1797-1858), Le Mont Fuji, estampe de la série Trente-Six Vues du mont Fuji (Fuji sanjurokkei), publiée en 1858, en écho à la série d'estampes, publiée sur le même thème, vers 1831, par Hokusai. Estampe en couleurs. Fitzwilliam Museum, université de Cambridge,... 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Vues célèbres d'Edo

Vues célèbres d'Edo
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le Fuji vu de Nakahara

Le Fuji vu de Nakahara
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le Mont Fuji, Ando Hiroshige

Le Mont Fuji, Ando Hiroshige
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : conservatrice des collections Japon, Chine et Corée aux Musées royaux d'art et d'histoire, Bruxelles, gestionnaire des musées d'Extrême-Orient

Classification

Autres références

«  HIROSHIGE ANDO (1797-1858)  » est également traité dans :

LA VISION APRÈS LE SERMON OU LA LUTTE DE JACOB AVEC L'ANGE (P. Gauguin)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 201 mots
  •  • 1 média

La Vision après le sermon (National Gallery of Scotland, Édimbourg), que Paul Gauguin (1848-1903) peignit durant l'été de 1888 lors de son séjour à Pont-Aven, n'est pas à proprement parler une œuvre « primitiviste » : c'est l'influence japonaise qui y prédomine, en particulier celle d'Hirochige dont plusieurs gravures sur bois sont proches de tel ou tel élément du tableau (l'arbre au tronc en dia […] Lire la suite

Pour citer l’article

Chantal KOZYREFF, « HIROSHIGE ANDŌ (1797-1858) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hiroshige/