HIRO-HITO (1901-1989) empereur du Japon (1926-1989, ère de SHŌWA)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Hirohito

Hirohito
Crédits : Keystone/ Hulton Royals Collection/ Getty Images

photographie

Le Manzhouguo

Le Manzhouguo
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Hiroshima et la capitulation du Japon, 1945

Hiroshima et la capitulation du Japon, 1945
Crédits : National Archives

vidéo


Premier prince héritier à quitter le sol japonais et à visiter l'Europe, Hiro-Hito monte sur le trône en 1926 après avoir exercé la régence pendant cinq ans. Personne « sacrée et inviolable » selon l'article 1er de la Constitution impériale, monarque de droit divin, Hiro-Hito se voit attribuer le nom de Shōwa-tennō (futur nom, puisque, selon la coutume japonaise, il ne lui sera décerné qu'après sa disparition).

Hirohito

Hirohito

photographie

L'empereur du Japon, Hiro-hito (1901-1989), lors de son accession au trône, en 1926. 

Crédits : Keystone/ Hulton Royals Collection/ Getty Images

Afficher

Durant la première partie de son règne, il couvre la politique expansionniste du clan militaire, donnant son aval à la conquête de la Mandchourie (1931), à l'intervention militaire en Chine (1932), au retrait du Japon de la Société des Nations (1933). En tant que chef de l'armée impériale, il conduit son pays dans la guerre en 1941. Après les bombardements atomiques sur Hiroshima et Nagasaki, il pousse l'état-major à envisager la reddition des armées japonaises.

Le Manzhouguo

Le Manzhouguo

photographie

À Changchun, les représentants du Japon et de l'État de la Mandchourie signent un traité qui marque l'acte de naissance du Manzhouguo, en 1932. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Hiroshima et la capitulation du Japon, 1945

Hiroshima et la capitulation du Japon, 1945

vidéo

Le 6 août 1945, un bombardier américain largue la première bombe atomique de l'histoire sur la ville d'Hiroshima, au Japon. Une seconde bombe A est lancée sur Nagasaki le 9 août. Les deux cités sont entièrement détruites; quelque 150 000 personnes sont tuées sur le coup. Ce chiffre... 

Crédits : National Archives

Afficher

Grâce au soutien tacite du général MacArthur, commandant l'armée d'occupation américaine, et de la classe dirigeante japonaise, il n'est pas mis en cause lors des procès contre les criminels de guerre. Mais la capitulation du Japon marque l'écroulement du système impérial d'avant guerre. Hiro-Hito annonce lui-même, le 1er janvier 1946, qu'il renonce à ses prérogatives divines. De plus, la Constitution de 1946 proclame la souveraineté du peuple et institue une monarchie parlementaire, dans laquelle l'empereur se trouve dessaisi de l'ensemble de ses pouvoirs personnels : il n'est plus que le « symbole de l'État et de l'unité du peuple, tirant sa position de la volonté du peuple souverain » (art. 1er de la Constitution).

L'empereur, qui se passionne pour les recherches de biologie marine et a publié divers ouvrages sur ce sujet, est rarement intervenu lui-même dans la vie politique d'après guerre. Il faut, cependant, signaler une déclaration dans laquelle il suggère le renforcement des forces d'autodéfense, également réclamé par des groupements patronaux. Son fils aîné Akihito lui succède en janvier 1989.

—  Yugi SATO

Écrit par :

Classification


Autres références

«  HIRO-HITO (1901-1989) empereur du Japon (1926-1989, ère de SHOWA)  » est également traité dans :

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 060 mots
  •  • 48 médias

Dans le chapitre « La Constitution de 1946 »  : […] La nouvelle Constitution japonaise promulguée en novembre 1946, la seconde dans l'histoire du Japon depuis celle de Meiji en 1889, constitue le sommet des réformes destinées à démocratiser la société japonaise. Rédigée en moins d'une semaine par les autorités d'occupation, elle règle la question du maintien de l'institution impériale et celle du statut de l'empereur, qui avaient fait l'objet de d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_42877

JAPON (Le territoire et les hommes) - Droit et institutions

  • Écrit par 
  • Jacques ROBERT
  • , Universalis
  •  • 9 634 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'empereur »  : […] On retrouve certes toujours l'empereur, immuable et sacré, chargé d'assurer la continuité de l'État et la permanence du Japon éternel ; mais il n'est plus qu'un pâle reflet de la splendeur passée des dynasties divines. Détenant jadis tous les droits de souveraineté, il ne doit plus aujourd'hui ses fonctions qu'à la volonté du peuple « en qui réside le pouvoir souverain » (art. 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-droit-et-institutions/#i_42877

Pour citer l’article

Yugi SATO, « HIRO-HITO (1901-1989) - empereur du Japon (1926-1989, ère de SHŌWA) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hiro-hito/