DROIT DIVIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Désigne tout d'abord la loi divine de l'Église telle qu'elle se trouve consignée dans les Écritures, fondement immuable puisque sacré à partir duquel, s'adaptant aux situations nouvelles, l'Église élabore le droit canonique.

Le droit divin des rois exprime une certaine conception du pouvoir. Depuis l'époque carolingienne et l'institution du sacre royal, on considère que le monarque reçoit de la Providence la mission de conduire le peuple de Dieu vers la Cité éternelle. Mais de nombreux théologiens insistent sur le fait que, si ce pouvoir vient de Dieu, il est confié au roi par l'intermédiaire du peuple et pour le « commun profit », soit qu'il le délègue une fois pour toutes à une famille (France), soit que le monarque soit élu (Allemagne). Cette intervention de la Providence aboutit à investir le roi d'une mission, à la fois temporelle et spirituelle, et à faire du monarque en quelque sorte un roi-prêtre.

Cependant, le conflit des souverains d'Occident et du pape, à partir du xie siècle, conduit à modifier et à affiner cette conception. Sous l'influence du droit romain, on dissocie de nouveau le spirituel et le temporel ; la notion d'État et d'un droit naturel de l'État reparaît. D'autre part, l'idée se répand, aux xiie et xiiie siècles, que ce n'est pas le roi dans sa personne propre qui possède l'autorité suprême (« Ce qui plaît aux princes vaut loi », 1260), mais la royauté elle-même (« Le roi est mort. Vive le roi ! »). Cela qui aboutit à justifier la théorie du tyrannicide : puisque le pouvoir a été confié au roi pour qu'il l'exerce dans l'intérêt général, s'il en est indigne, il est licite de le lui retirer.

C'est entre le xvie et le xviiie siècle que se cristallise la théorie de la monarchie de droit divin telle que nous l'entendons aujourd'hui, à savoir que le pouvoir du roi vient directement et immédiatement de Dieu, s [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  DROIT DIVIN  » est également traité dans :

ABSOLUTISME

  • Écrit par 
  • Jacques ELLUL
  •  • 4 285 mots

Dans le chapitre « L'absolutisme théologique de Bossuet »  : […] La pensée de Bossuet, quoique fondée théologiquement, est en même temps d'un grand réalisme : les idées politiques sont pour lui modelées sur les faits, et l'une des preuves que la monarchie est de droit divin, c'est la puissance de fait du roi. En cela, il se rattache effectivement au courant idéologique de l'absolutisme. D'ailleurs, ce n'est évidemment pas un hasard si une théologie du pouvoir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/absolutisme/#i_1229

BOSSUET JACQUES BÉNIGNE (1627-1704)

  • Écrit par 
  • Jacques TRUCHET
  • , Universalis
  •  • 3 924 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un absolutisme antimachiavélique »  : […] Bossuet ne fut jamais ministre, ni même investi d'une quelconque fonction de nature proprement politique ; à peine eut-il, en d'assez rares circonstances, l'occasion de conseiller le roi. Il serait donc erroné de lui imputer – en dehors de l'affaire gallicane – un grand rôle politique. En revanche, il fait, en ce domaine, figure de théoricien, et sa Politique reste l'un des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-benigne-bossuet/#i_1229

LÉGITIMITÉ

  • Écrit par 
  • Paul BASTID
  •  • 4 455 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La légitimité dans la société politique »  : […] Si le système de la légitimité a été utilisé de la manière la plus effective et parfois la plus dangereuse pour ou contre les gouvernements, il ne faut pas oublier que la même idée, sur le plan religieux ou sur le plan rationnel, a été appliquée aux fondements mêmes de la société politique. Cette idée est apparue surtout au Moyen Âge sous l'influence de l'Église. Dans l'Antiquité le problème de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/legitimite/#i_1229

MONARCHIE

  • Écrit par 
  • Jacques ELLUL
  •  • 9 646 mots

Dans le chapitre « Un pouvoir politique centralisé »  : […] Une monarchie absolue est toujours centralisatrice. Elle conçoit la société comme un corps dont le monarque est la tête. Elle se donne comme volonté, non pas arbitraire mais réglée. Il ne doit y avoir dans le corps social qu'un seul centre de décision. Présenté généralement comme fondé sur une origine divine ou un décret divin, son absolu exprime non pas l'efficacité de ses moyens d'action ou la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monarchie/#i_1229

Pour citer l’article

Pierre-Robert LECLERCQ, « DROIT DIVIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-divin/