PUTNAM HILARY (1926-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 31 juillet 1926 à Chicago, professeur à Princeton, puis au M.I.T. de 1961 à 1965, et enfin à Harvard jusqu'à sa retraite, Hilary Putnam fut, entre les années 1970 et 1990, un protagoniste majeur des débats qui eurent lieu en philosophie des sciences, du langage, de la logique et de l'esprit.

Sa principale contribution en philosophie de l'esprit est l'invention du fonctionnalisme ; il a renouvelé de façon décisive la notion de référence (théorie « causale » de la référence en 1970), et s'est fait connaître pour son adhésion au réalisme, dans ses différentes versions successives, à l'externalisme (qui suppose qu'on ne saurait caractériser la pensée sans référence à un environnement) en philosophie de l'esprit, et pour sa remise en cause de la distinction entre fait et valeur. Lui-même héritier de l'empirisme logique (il fut l'élève de Rudolf Carnap et de Hans Reichenbach), il en a critiqué la conception trop restrictive de la rationalité, tout en soulignant que cette école n'avait pas l'apanage du scientisme : le relativisme culturel, cette fois, se montre tout aussi scientiste par anthropologisme. Dans Raison, vérité et histoire (1981) notamment, Putnam se refuse à concevoir la raison selon le paradigme de l'algorithme, tout en restant un rationaliste foncier : la raison conserve chez lui un rôle d'instance critique, capable de se critiquer elle-même ; en outre elle existe aussi sous forme de rationalité pratique et de savoir-faire non entièrement verbalisables.

Le fonctionnalisme en philosophie de l'esprit, fondé par Hilary Putnam en 1970, soutient qu'à un certain niveau d'abstraction, l'esprit humain exécutant des tâches computationnelles est fonctionnellement identifiable à une machine de Turing, et à la logique de calculabilité qu'elle permet de mettre en œuvre. Par la suite, le philosophe défendra une conception de plus en plus externaliste de l'esprit comme dépendant à un titre essentiel de son environnement, y compris social, et en faveur d'un contenu mental large contre les partisans quelque peu solipsistes d'un contenu mental isolable du contexte et du monde. Le souci qu'il a du facteur social apparaît aussi dans son idée de division sociale du travail linguistique et des stéréotypes langagiers, ainsi que dans sa théorie causale de la référence. Cette théorie nous prémunit contre le scepticisme de Quine en insistant sur le fait qu'il y a quelque chose permettant de dire à quoi les mots font référence, contre toute épistémologie incommensurabiliste. En philosophie du langage, Putnam fait notamment valoir l'indexicalité des termes de masse et des termes d'espèce naturelle.

Au début des années 1980, Hilary Putnam, œuvrant sur un autre terrain, s'en prend à la dichotomie, héritée de Max Weber, des faits et des valeurs, dont il soutient l'entrelacement, et ce à l'encontre d'une vision étroitement scientiste ou physicaliste de la science léguée par le positivisme logique du xixe siècle. La lecture de C. S. Peirce, sa théorie de la vérité comme limite de l'enquête, et la notion d'assertabilité garantie, empruntée à John Dewey, lui permettent de relire les pragmatistes : il se rapproche d'eux dans les années 1990 tout en les critiquant, ainsi que de Wittgenstein, toujours dans une optique rationaliste. Putnam traite causalité et référence comme des notions épistémiques qu'il est vain de chercher à réduire en termes physicalistes pour en éliminer rationalité et intentionnalité ; vérité et acceptabilité rationnelle sont des notions interdépendantes. Quant à la vérité, il tient dans Words and Life (1994) à lui conserver le statut de propriété substantielle, contre les théories formalistes et déflationnistes.

Le réalisme qui, depuis les années 1970, lui paraît, dans une version non métaphysique, une cause à défendre, domine de plus en plus la philosophie de Putnam qui, dans les années 1990, se rapproche du réalisme d'Aristote, de l'esprit réaliste de Wittgenstein, ou de l'empirisme radical de William James, lequel a le grand mérite dans les Essais d'empirisme radical (1904) de supprimer toute interface entre les facultés cognitives (déterminant la perception) et le monde extérieur en dépeignant ceux-ci comme agissant en osmose. Le développement de ce réalisme naturel est un des héritages les plus solides de Putnam qui, parti d'une pratique très spécialisée de la philosophie – celle du positivisme logique –, a toujours revendiqué le réalisme, et su dès les années 1980 prendre de la hauteur en abordant et en ne cessant de retravailler de grandes questions dans des ouvrages tels que Realism with a Human Face (1990), Renewing Philosophy (1992), Pragmatism : An Open Question (1995) ou encore Ethics without Ontology (2004). Cette philosophie à large spectre, qui touche à la philosophie des mathématiques, de la physique quantique, des sciences humaines et sociales, à la logique, à la sémantique et à la philosophie de l'esprit, traite aussi de philosophie morale et politique, d'esthétique, d'économie, voire, indirectement, de sociologie. Dans chacun de ces domaines, elle a laissé des contributions marquantes.

Hilary Putnam meurt à Arlington (Massachusetts), le 13 mars 2016.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'UFR de philosophie de l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  PUTNAM HILARY (1926-2016)  » est également traité dans :

COGNITIVES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER
  •  • 19 242 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le cognitivisme »  : […] Le cognitivisme conçoit la cognition comme un calcul sur des représentations internes ou mentales : un organisme, ou système cognitif, agit intelligemment dans son environnement en en formant des représentations (partielles, modèles des aspects pertinents eu égard à la tâche en cours) et en les modifiant, compte tenu de ses croyances et de ses désirs (ou des buts qui lui sont ou qu'il s'est assig […] Lire la suite

EMPIRISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 13 314 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'équivoque du mot « analytique » »  : […] « La méthode analytique, écrit Kant, est tout autre chose qu'un ensemble de propositions analytiques ; elle signifie seulement que l'on part de ce que l'on cherche comme d'une donnée et que l'on remonte aux conditions sous lesquelles seules il est possible. Dans cette méthode d'enseignement, on n'emploie souvent que des propositions synthétiques ; l'analyse mathématique en fournit un exemple ; et […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 6 286 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le renouveau du pragmatisme »  : […] Cette situation ne serait guère compréhensible si l'on ne tenait pas compte des contestations et des désaccords qui se sont manifestés dans le champ philosophique et scientifique dès les années 1960. Ils se présentent, à côté d'autres facteurs évoqués plus loin, sous deux aspects concernant respectivement la philosophie du langage et la philosophie de l'esprit via la linguistique. Au sein de la ph […] Lire la suite

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 536 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les « mondes possibles » »  : […] Sur le premier point, trois auteurs ont joué un rôle décisif : Saul Kripke, David Lewis et Hilary Putnam. Les deux premiers, à partir de problèmes posés par les logiques modales, à l'égard desquelles Quine avait toujours manifesté son hostilité, ont neutralisé le veto quinien sur les notions intensionnelles – c'est-à-dire qui ne satisfont pas à toutes les propriétés énoncées dans un domaine concep […] Lire la suite

LOI, épistémologie

  • Écrit par 
  • Pierre JACOB
  •  • 6 839 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Lois, causalité, régularités et contrefactuels »  : […] Par aversion pour la nécessité dans les choses (ou nécessité de re ), un empiriste adopte une conception épistémique des lois causales (cf.  supra , Les buts de la démarche scientifique ), dont le prototype est l'analyse humienne, qui procède par une double réduction : – La causalité, qui n'existe pas dans la réalité, n'est qu'une projection de l'esprit humain sur les choses. Une cause, a écrit […] Lire la suite

PENSÉE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 8 283 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Langage de la pensée et individuation des contenus intentionnels »  : […] Le fonctionnalisme est plus ou moins la thèse « officielle » des sciences «  cognitives », c'est-à-dire de toutes les disciplines qui cherchent à expliquer le comportement en termes de traitement de l'information et de manipulations de représentations mentales. Si l'on veut échapper à l'interactionnisme cartésien, il est nécessaire de supposer que ces représentations sont physiques et exercent de […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christiane CHAUVIRÉ, « PUTNAM HILARY - (1926-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hilary-putnam/