KARAJAN HERBERT VON (1908-1989)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le chef charismatique

Mais Karajan est aussi l'une des figures marquantes de la direction d'orchestre. Il possédait un charisme qui envoûtait les musiciens et lui permettait de mener avec eux cette recherche constante de la perfection. Contrairement à ce que laisse entendre une certaine légende, il n'a pas bâti l'Orchestre philharmonique de Berlin : Furtwängler lui avait laissé un outil de très haut niveau. Il en a fait un orchestre moderne, probablement plus subtil dans le domaine du raffinement sonore et capable de s'adapter à tous les répertoires. Mais, surtout, il est parvenu à créer entre ses musiciens et lui une complicité proche de l'osmose et qui se traduit par une exceptionnelle homogénéité.

Karajan aimait à découvrir de jeunes solistes dont il aidait les débuts en les accompagnant (Christoph Eschenbach, Gundula Janowitz, Hildegard Behrens, Agnes Baltsa, Anne-Sophie Mutter, François-René Duchâble, Evgeni Kissin...). À l'inverse, la musique contemporaine ne semblait pas l'attirer beaucoup. Parmi les quelques créations qu'il a dirigées figurent des œuvres de Rudolf Wagner-Régeny (Die Bürger von Calais, « Les Bourgeois de Calais », 1939), de Gottfried von Einem (Concerto pour orchestre, 1944), de Carlf Orff (Trionfo di Afrodite, « Le Triomphe d'Aphrodite », 1953 ; De Temporum finae comoedia, 1973), de Heinrich Sutermeister (Missa da Requiem, 1953), de Fritz Leitermeyer (Rhapsodische Skizzen, 1963) et de Hans Werner Henze (Antifone, 1962). Mais il était surtout un homme de répertoire, qu'il n'a cessé de remettre sur le métier (il a enregistré l'intégrale des symphonies de Beethoven à cinq reprises) : après la profondeur des années 1950, son approche gagne en brillant et en spectaculaire, avec une certaine dureté, puis il semble s'enfermer dans un univers de vitesse mal adapté à cette alchimie du son qui s'impose sans [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages






Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification


Autres références

«  KARAJAN HERBERT VON (1908-1989)  » est également traité dans :

BERLIN ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 293 mots
  •  • 4 médias

Fondé en 1882, l'Orchestre philharmonique de Berlin (Berliner Philharmonisches Orchester) a toujours été considéré comme l'une des meilleures et des plus prestigieuses formations symphoniques du monde. Son homogénéité, l'élan collectif qui s'en dégage reflètent dans ce qu'elle a de plus fort la tradition des orchestres allemands : discipline, insertion progressive des instrumentistes, qui gravisse […] Lire la suite

FERRAS CHRISTIAN (1933-1982)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 073 mots

Étoile du violon français très vite parvenue au firmament, Christian Ferras symbolisait la continuité d'une école instrumentale qui avait perdu, au fil des années, son lustre d'antan. Jacques Thibaud, Ginette Neveu ou Zino Francescatti étaient ses plus illustres prédécesseurs ; mais, dans leur génération, ils n'étaient pas seuls. Ferras faisait davantage figure d'isolé, et le développement rapide […] Lire la suite

FESTIVALS

  • Écrit par 
  • Jean-Michel BRÈQUE, 
  • Matthieu CHÉREAU, 
  • Jean CHOLLET, 
  • Philippe DULAC, 
  • Christian MERLIN, 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  • , Universalis
  •  • 17 238 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Karajan au pouvoir »  : […] La mort de Furtwängler en 1954 laisse Salzbourg en état de choc. Dimitri Mitropoulos reprend son Don Giovanni et fascine dans Elektra avec Inge Borkh, mais le festival ne tarde pas à trouver son maître : tout comme il avait succédé à « Furt » à la tête de l'Orchestre philharmonique de Berlin en 1955, Herbert von Karajan poursuit son irrésistible ascension et fait de Salzbourg, d'où il est origin […] Lire la suite

FRENI MIRELLA (1935-2020)

  • Écrit par 
  • Michel PAROUTY
  •  • 928 mots

Dans le chapitre « Puccini et Gounod »  : […] Attirée par le chant dès son plus jeune âge, Mirella Freni a patiemment étudié et s'est forgée une technique solide qui explique sa longévité vocale. Il ne lui faut pas longtemps pour que sa réputation se conforte, y compris à l'étranger. D'autant qu'en 1957 elle remporte le prestigieux Concorso Viotti de Vercelli. Elle se produit aux Pays-Bas en 1959. Invitée, en 1960, au festival de Glyndebourne […] Lire la suite

KREMER GIDON (1947- )

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 178 mots

Dans le chapitre « Une carrière contrariée »  : […] Gidon Kremer (en letton Gidons Krēmers) naît à Riga, en Lettonie, le 27 février 1947. Sa famille, d'origine allemande, compte plusieurs musiciens professionnels : son grand-père maternel, Karl Brückner, avait été professeur au Conservatoire de Riga ; ses parents, violonistes professionnels, seront ses premiers mentors. Après avoir suivi les cours de Voldemar Sturesteps à l'Académie lituanienne de […] Lire la suite

LEGGE WALTER (1906-1979)

  • Écrit par 
  • André TUBEUF
  •  • 1 672 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'esthétique comme morale »  : […] Lucullus dînait chez Lucullus, mais il invitait le public à sa table. Des équipes perfectionnistes mettaient au point, chez E.M.I., comme pour leur propre plaisir, des mécaniques de luxe (et de précision !) : et le public n'avait plus qu'à découvrir pour son premier Così fan tutte (enregistré en studio en 1954 par le Philharmonia dirigé par Herbert von Karajan, avec Elisabeth Schwarzkopf – Fior […] Lire la suite

MUTTER ANNE-SOPHIE (1963- )

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 368 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sous les auspices de Karajan »  : […] Anne-Sophie Mutter naît le 29 juin 1963 à Rheinfelden (pays de Bade, Allemagne), dans une famille très musicienne ; son frère Christoph sera pianiste, son second frère, Andreas, violoniste. Après avoir abordé l'étude du piano dès l'âge de cinq ans, elle se tourne très rapidement vers celle du violon, avec Erna Honigberger, une ancienne élève de Carl Flesch, et adepte de la méthode pédagogique de s […] Lire la suite

STAATSOPER DE VIENNE

  • Écrit par 
  • Jean CABOURG
  •  • 1 266 mots

Au cœur d'une ville entre toutes musicienne, l'Opéra de Vienne a valeur de symbole. Héroïsme, Drame, Fantaisie, Humour, Amour : les cinq allégories de bronze dressées à son fronton résument sa mission théâtrale et son destin. L'actuel bâtiment néo-Renaissance situé sur la Ringstrasse, réplique de l'ancienne Hofoper inaugurée en 1869 sous François-Joseph et détruite par les bombardements de 1945, […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « KARAJAN HERBERT VON - (1908-1989) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/herbert-von-karajan/