HENRI Ier BEAUCLERC (1068-1135) roi d'Angleterre (1100-1135)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Roi d'Angleterre (1100-1135) et duc de Normandie (1106-1135), né en 1068 à Selby dans le Yorkshire, mort le 1er décembre 1135 à Lyons-la-Forêt en Normandie.

Fils cadet de Guillaume le Conquérant (1027 env.-1087), Henri Ier Beauclerc est couronné à Westminster le 5 août 1100, trois jours après la mort de son frère aîné Guillaume II le Roux (1056 env.-1100). Le duc de Normandie Robert II Courteheuse (1054 env.-1134), son autre frère aîné, est alors parti en croisade et ne peut prétendre au trône avant son retour. La succession est donc précaire, mais Henri Ier s'entoure rapidement de tout le soutien qu'il trouve. Il élabore une charte de libertés qui met fin aux abus de son prédécesseur (impôts arbitraires, confiscation des biens de l'Église). Par son mariage, le 11 novembre 1100, avec une princesse écossaise d'origine anglo-saxonne, Edith d'Écosse (1080-1118), qui prend le prénom chrétien de Mathilde lors de son mariage, il engage des relations paisibles avec les Écossais et s'attire le soutien des Anglais. Il rappelle également saint Anselme (1033 ou 1034-1109), l'archevêque de Cantorbéry banni par son frère.

Robert Courteheuse envahit l'Angleterre en 1101, mais Henri Ier le repousse et ne tarde pas à vouloir réunifier le royaume de son père. Il se lance donc dans la conquête de la Normandie. En 1106, il bat Robert à Tinchebray, dans le sud-ouest de la Normandie, et le retient captif à vie.

Entre 1104 et 1106, Henri Ier se trouve dans une position inconfortable en se présentant comme le champion de l'Église en Normandie tandis qu'il s'oppose sur ses terres à l'archevêque de Cantorbéry dans le cadre de la querelle des investitures. Désireux de rendre l'Église indépendante des souverains séculiers, le pape Pascal II (pape 1099-1118) interdit aux seigneurs laïcs d'investir des membres du clergé et à ces derniers de rendre hommage aux premiers. Suivant cette règle, Anselme refuse de consacrer les évêques qu'Henri a investis et de rendre hommage au roi. Ce dernier souhaite néanmoins conserver le lien féodal entre les évêques et la Couronne. Après un nouvel exil de saint Anselme, un compromis est finalement conclu peu après la bataille de Tinchebray et ratifié à Londres en 1107. Henri Ier renonce à son droit d'investiture tandis que l'archevêque accepte l'hommage. L'État anglo-normand est ainsi réunifié dans la paix.

Henri Ier marie ensuite sa fille Mathilde (1102-1167, d'abord prénommée Adélaïde) à l'empereur germanique Henri V (1081-1125) et promet en mariage son seul fils légitime – il a eu au moins neuf fils et treize filles illégitimes, avec plusieurs maîtresses –, Guillaume (1103-1120), dont il fait son successeur. Il repousse deux grandes attaques dans l'est de la Normandie, menées par le roi de France Louis VI le Gros, le comte d'Anjou Foulques III Nerra et les barons normands qui haïssent la politique d'Henri Ier. En 1120, ce dernier a soumis les barons, marié son fils à la maison d'Anjou et battu Louis VI au combat.

La paix est ébranlée dès novembre 1120, lorsque Guillaume meurt dans le naufrage de la Blanche-Nef, ruinant la succession préparée par son père Henri Ier. Après la mort de la reine Mathilde en 1118, Henri Ier épouse Adélaïde de Louvain (1103-1151) le 29 janvier 1121, mais cette union sera stérile. À la mort de l'empereur Henri V (en 1125), Henri Ier rappelle sa fille Mathilde, impératrice, en Angleterre et ordonne à ses barons de lui rendre hommage ainsi qu'à son héritier. En 1128, il marie Mathilde à Geoffroi Plantagenêt, héritier du comté d'Anjou, dont elle a un premier fils en 1133, le futur Henri II. À la mort d'Henri Ier, son neveu favori, Étienne de Blois, s'empare du trône anglais, passant outre le droit de succession de Mathilde. Cette dernière envahit alors l'Angleterre, déclenchant une guerre civile qui prendra fin à la mort du roi Étienne et avec l'accession incontestée d'Henri II au trône en 1154.

Durant son règne, marqué par une vaste œuvre législative, Henri Ier parvient à instaurer la paix en Angleterre et une stabilité relative en Normandie, réunifiant l'État anglo-normand créé par son père.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HENRI I er BEAUCLERC (1068-1135) roi d'Angleterre (1100-1135)  » est également traité dans :

CONQUÊTE DE L'ANGLETERRE PAR LES NORMANDS

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 250 mots
  •  • 1 média

Guillaume, duc de Normandie (1035-1087), envahit l'Angleterre en 1066 parce qu'il refuse que le comte Harold de Wessex soit couronné roi d'Angleterre à sa place. En effet, le roi Édouard le Confesseur (1005-1066), fils de sa grand-tante, lui avait promis le trône en 1064. Le comte Harold est tué le 14 octobre 1066 à la bataille de Hastings défait par Guillaume, qui se fait couronner roi à l'abbaye […] Lire la suite

EDGAR L'ATHELING (1057-1125)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 263 mots

Prince anglo-saxon, comme l'indique le titre d'Atheling (attribué principalement à l'héritier présomptif), et petit-fils du roi anglais Edmond Côtes de Fer, Edgar ne put faire valoir ses droits à la couronne après la mort de Harold II (à la bataille d'Hastings en 1066), puisque ce fut Guillaume le Conquérant qui monta sur le trône d'Angleterre. Edgar se soumit au nouveau roi bien que, jusqu'en 106 […] Lire la suite

GUILLAUME LE CONQUÉRANT (1027 env.-1087)

  • Écrit par 
  • Jacques BOUSSARD
  •  • 2 471 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le roi d'Angleterre »  : […] Toute sa propagande est fondée sur l'idée de légitimité ; c'est pourquoi il ne confisque d'abord que les biens des Saxons, peu nombreux, qui ont porté les armes contre lui et qu'il considère comme traîtres et rebelles. En février 1067, Guillaume, triomphant, peut retourner en Normandie en laissant l'administration du royaume à son sénéchal, Guillaume Fils-Osbern, et à son demi-frère, Eudes, évêque […] Lire la suite

LOUIS VI LE GROS (1081 env.-1137) roi de France (1108-1137)

  • Écrit par 
  • Michel SOT
  •  • 459 mots

Fils de Berthe de Hollande et de Philippe I er , associé au trône en 1098 par son père qui lui avait confié les opérations militaires face aux Anglo-Normands, il doit se faire sacrer précipitamment le 3 août 1108 pour ne pas risquer la concurrence d'un fils de la seconde femme de son père, Bertrade de Montfort. Il épouse en 1115 Adélaïde de Savoie, nièce du pape Calixte II. Sous son règne, le pouv […] Lire la suite

NORMANDIE

  • Écrit par 
  • Armand FRÉMONT, 
  • Lucien MUSSET
  •  • 7 271 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Une administration efficace et centralisée »  : […] C'est aux solides qualités des cadres formés sous Guillaume le Conquérant, plus qu'aux premiers héritiers de celui-ci, que l'État anglo-normand dut de survivre à son fondateur. Le duc Robert Courteheuse, fils aîné de Guillaume, reçut pour lot la seule Normandie (de 1087 à 1106). Médiocre et prodigue, privé des ressources de l'Angleterre, il participa à la première croisade et fut, à son retour, d […] Lire la suite

Pour citer l’article

C. Warren HOLLISTER, « HENRI Ier BEAUCLERC (1068-1135) - roi d'Angleterre (1100-1135) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-ier-beauclerc/