HENNEQUIN, JEAN DE BRUGES ou JEAN DE BONDOL (actif de 1368 à 1381)

La réputation de Hennequin de Bruges a souffert de la trop grande personnalité de Nicolas Bataille, à qui l'on a accordé une importance démesurée dans la confection de la tenture de L'Apocalypse d'Angers. En outre, le fait qu'il se soit inspiré d'un certain nombre de manuscrits pour l'iconographie des sept pièces dont il dessina les cartons n'a pas permis de juger de la valeur d'un artiste qui est, sans conteste, l'un des plus grands peintres du dernier tiers du xve siècle. Il suffit, pour s'en convaincre, d'examiner la maîtrise avec laquelle il a représenté à gauche de chaque pièce de la tapisserie les évêques de l'Église d'Asie. Ils sont superbement campés sous un dais d'une fine architecture, où apparaissent déjà des recherches de perspective. Les tableaux disposés sur deux registres sont alternativement à fond bleu ou à fond rouge. Le talent de l'artiste apparaît dans les draperies agitées du grand souffle qui anime les visions de saint Jean. Elles enveloppent complètement les corps, ne laissant dégagées que la tête et les mains. En fait, il semble que Hennequin de Bruges ait tenté de traduire dans un espace à deux dimensions le lyrisme que la sculpture parisienne avait découvert sous le règne de Charles V. Seul Sluter, avec le Puits de Moïse, saura rivaliser avec les plus belles figures d'Hennequin.

—  Alain ERLANDE-BRANDENBURG

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HENNEQUIN, JEAN DE BRUGES ou JEAN DE BONDOL (actif de 1368 à 1381)  » est également traité dans :

APOCALYPSE DE JEAN

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 6 532 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La tapisserie »  : […] L'art de la tapisserie est peut-être plus capable encore de traduire en images les scènes de l'Apocalypse, puisque l'espace lui est moins limité et qu'il peut donner à chaque tableau une ampleur plus grande. Vers la fin du xiv e  siècle, il tend à devenir le plus magnifique des arts décoratifs de l'Occident. Les fameuses tapisseries de l' Apocalypse d'Angers marquent une époque dans l'art apocaly […] Lire la suite

ART DE COUR

  • Écrit par 
  • Philippe VERDIER
  •  • 4 811 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'enluminure et son influence sur l'orfèvrerie »  : […] Robert Branner a opposé à la thèse reçue depuis Vitzthum ( Die Pariser Miniaturmalerei , 1907) le point de vue que les manuscrits peints à Paris après le milieu du xiii e  siècle sont en trop grand nombre et d'une qualité trop inégale pour refléter en bloc le goût de la cour. Ils n'ont en commun qu'un maniérisme gothique à divers degrés de raffinement. Des quatre Évangéliaires de la Sainte-Chapel […] Lire la suite

GOTHIQUE ART

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 14 852 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Le temps des rois (1350-1380) »  : […] L'activité artistique concerne dans chacune des capitales les différents domaines, avec une nette prédominance de l'architecture. À nouveau, c'est elle qui retient l'attention générale, qui va provoquer la réunion des artistes. En France, à partir d'une réflexion sur les monuments du xiii e  siècle, on aboutit à une remise en cause des recherches sur la transparence et la lumière et à un retour à […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain ERLANDE-BRANDENBURG, « HENNEQUIN, JEAN DE BRUGES ou JEAN DE BONDOL (actif de 1368 à 1381) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hennequin-jean-de-bruges-jean-de-bondol/