Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

OBÉLISQUE

Obélisques de Thoutmosis I<sup>er</sup> et de Hatchepsout à Karnak, Égypte - crédits :  Bridgeman Images

Obélisques de Thoutmosis Ier et de Hatchepsout à Karnak, Égypte

Tirant son nom d'un mot grec signifiant « broche », l'obélisque est une survivance du culte préhistorique des pierres dressées (bétyles). Au cours de l'Ancien Empire égyptien, sous la Ve dynastie (~ 2510-~ 2460), les temples solaires d'Abousir présentaient des dispositifs construits en blocs ajustés, se dressant, en pointe, sur un socle élevé, dans une cour à ciel ouvert ; le soleil se levait sur la pointe d'un tel benben et caressait de ses rayons les offrandes déposées sur l'autel placé en avant. À Héliopolis même, on a exhumé en 1972 la partie supérieure d'un obélisque en quartzite jaune au nom de Téti, pharaon de la VIe dynastie, et l'on sait, d'après l'inscription gravée dans la tombe d'un gouverneur d'Éléphantine, que deux obélisques en granite provenant des carrières d'Assouan furent transportés jusqu'à Héliopolis sous le règne de Pépi II. Sous les Ve et VIe dynasties, de petits obélisques funéraires en calcaire étaient parfois érigés de part et d'autre de l'entrée des tombes dans les nécropoles de Saqqara, d'Héliopolis et de Giza. Le plus ancien obélisque de l'Égypte antique, conservé in situ, se trouve à Héliopolis ; monolithe de granite de 20,4 mètres de hauteur, il flanquait avec un autre obélisque l'entrée du temple dédié à Horakhty par Sésostris Ier. Sous le Nouvel Empire, les obélisques se multiplièrent sur le territoire égyptien ; dressées devant les pylônes des temples où était vénérée une divinité identifiée à une forme du dieu solaire, ces aiguilles pétrifiées en granite rose d'Assouan dont la pointe (le pyramidion), recouverte d'or, étincelait au soleil, étaient l'image du lien entre le monde terrestre et l'univers céleste. Les quatre faces du monument et le socle étaient gravés d'inscriptions dédicatoires. L'extraction, le transport jusqu'au Nil, puis le transport par bateau, et l'érection, dans des délais records, constituaient de véritables prouesses techniques. Un obélisque inachevé, gisant encore dans les carrières d'Assouan, mesure 42 mètres de longueur. Le plus haut obélisque encore debout en Égypte est celui de la reine Hatshepsout, qui se dresse au cœur du temple d'Amon à Karnak ; il mesure 30 mètres et pèse environ 320 tonnes. L'obélisque de la place du Latran, à Rome, haut à l'origine de plus de 33 mètres, avait été conçu exceptionnellement comme un obélisque unique par Thoutmosis III, dressé dans le temple de l'Est à Karnak, puis transporté jusqu'à Rome sous Constance II (357). Les obélisques ont, en effet, connu une grande vogue dans l'Antiquité et suscité les convoitises ; ils étaient par excellence le symbole de l'Égypte. Assurbanipal en avait emporté deux à Ninive ; plusieurs furent transportés à Byzance. Les empereurs romains en ont fait apporter un grand nombre à Rome, où se comptent aujourd'hui treize obélisques debout. Remis en honneur par la Renaissance, leur déplacement et leur érection sur les places de Rome ont été abondamment commentés dans les écrits de l'époque ; on connaît les difficultés techniques qui durent être surmontées pour ériger l'obélisque placé devant le Vatican en 1586 à la demande du pape Sixte Quint. Certains obélisques n'ont quitté l'Égypte qu'au xixe siècle, comme ceux de Londres, New York ou Paris ; l'obélisque dressé en 1836 au centre de la place de la Concorde à Paris provient d'une paire érigée par Ramsès II devant le pylône du temple de Louxor.

Basilique Saint-Pierre, Rome - crédits : Ken Welsh,  Bridgeman Images

Basilique Saint-Pierre, Rome

Obélisque de Louxor à Paris - crédits : AKG-images

Obélisque de Louxor à Paris

Façade du temple d'Amon à Louxor, Égypte - crédits :  Bridgeman Images

Façade du temple d'Amon à Louxor, Égypte

— Jean LECLANT

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : secrétaire perpétuel de l'Académie des inscriptions et belles-lettres

Classification

Pour citer cet article

Jean LECLANT. OBÉLISQUE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 31/03/2023

Médias

Obélisques de Thoutmosis I<sup>er</sup> et de Hatchepsout à Karnak, Égypte - crédits :  Bridgeman Images

Obélisques de Thoutmosis Ier et de Hatchepsout à Karnak, Égypte

Basilique Saint-Pierre, Rome - crédits : Ken Welsh,  Bridgeman Images

Basilique Saint-Pierre, Rome

Obélisque de Louxor à Paris - crédits : AKG-images

Obélisque de Louxor à Paris

Autres références

  • ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - L'art

    • Écrit par
    • 11 453 mots
    • 30 médias
    ...construire une imposante colonnade délimitant une étroite avenue, puis Ramsès II ajouta une nouvelle cour, un pylône et, de part et d'autre de l'entrée, deux obélisques de granit rose. Ces immenses aiguilles monolithes, dont l'extraction, le transport et l'érection étaient au nombre des exploits faisant la renommée...
  • HÉLIOPOLIS

    • Écrit par
    • 451 mots

    Aux environs immédiats du Caire, vers le nord, Héliopolis, la ville du Soleil, dont le nom égyptien ancien était On (mentionné dans la Bible), n'est plus aujourd'hui qu'un grand souvenir. L'urbanisme a profondément modifié cette zone : une partie du site est occupée par des immeubles populaires,...

  • LOUXOR

    • Écrit par
    • 530 mots
    • 6 médias

    Sur la rive droite du Nil, les ruines du temple de Louxor se dressent aujourd'hui au cœur d'une petite ville de Haute-Égypte. Le temple de Louxor était relié aux sanctuaires de Karnak, plus au nord, par une voie bordée de sphinx, de deux kilomètres environ. Le dieu Amon...