HASSAN II (1929-1999) roi du Maroc (1961-1999)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Rabat le 9 juillet 1929, Moulay Hassan reçoit une éducation orientale et européenne, puis obtient une licence et un diplôme des hautes études de droit à la faculté de Bordeaux. Associé dès son plus jeune âge à la cause du nationalisme marocain, il partage avec son père les vicissitudes de son engagement politique et l'énorme prestige populaire conquis dans cette épreuve. Désigné en 1957, puis investi officiellement prince héritier, il exerce, jusqu'à la mort subite de Mohammed V en février 1961, d'importantes responsabilités politiques et militaires qui révèlent de réelles aptitudes à gouverner. Solennellement intronisé avec l'accord des Chorfas alaouites, des oulémas et des autorités du pays, il inscrit son action politique dans la trace des principes et des objectifs définis par son père. Il fait adopter en 1962 une Constitution qui codifie l'autorité religieuse du roi et la suprématie institutionnelle de la monarchie au sein d'un cadre parlementaire et d'un multipartisme dont l'expérience tourne court en 1965. Instaurant l'état d'exception, Hassan II concentre tous les pouvoirs autour du palais et d'un réseau d'élites administratives tissé sous l'égide du ministre de l'Intérieur. L'absolutisme royal devient la trame d'un système qui s'accommode d'une corruption intensive, d'une répression sélective et d'un enrichissement outrancier. La nouvelle Constitution de 1970 pérennise un régime autocratique et profondément inégalitaire.

Hassan II, roi du Maroc, 1965

Photographie : Hassan II, roi du Maroc, 1965

Le roi Hassan II (1929-1999) lors d'une cérémonie célébrant l'anniversaire de l'indépendance du Maroc (1965). 

Crédits : Keystone/ Hulton Royals Collection/ Getty Images

Afficher

En 1971 et 1972, les attentats manqués de l'armée, jusqu'ici solide alliée du trône, décident le roi à entamer un dialogue politique avec l'opposition. La révision constitutionnelle de 1972 échoue, mais elle crée les conditions d'une unité nationale que le danger extérieur va précipiter. Profitant de la décolonisation du Sahara espagnol, le roi parvient à mobiliser autour de lui, grâce au succès de la Marche verte (oct. 1975), l'ensemble des forces politiques. Par ailleurs, avec les mesures de marocanisation et de récupération des dernières terres étrangères, Hassan II recrée indirectement les conditions d'une nouvelle emprise sur des élites sociales en quête de promotion. Fort de ce nouveau consensus politique, le roi va engager un long processus de démocratisation, qu'il maîtrisera jusqu'à sa mort. Pendant la décennie 1977-1986, avec le soutien électoral de partis loyalistes créés pour la circonstance, Hassan II s'entoure de gouvernements appelés à assumer le poids financier du conflit saharien et le coût social de la politique d'ajustement engagée en 1983.

Dans le même temps, il réactive les ressources symboliques et politiques du makhzen, fondé sur la constitution de réseaux d'influence personnels, familiaux ou régionaux et sur la maîtrise des ressources économiques et financières du royaume. Face à l'emprise souterraine mais réelle d'un islamisme susceptible de menacer les bases de son pouvoir, Hassan II réinvestit, en tant que commandeur des croyants, le champ religieux et réorganise un Islam à sa dévotion.

À partir de 1986, la pression intérieure et internationale l'oblige à opérer des concessions sur le terrain des droits de l'homme et des libertés, dont les violations répétées ternissent l'image « démocratique » d'un État qu'il souhaite ancrer dans l'espace politique et économique européen. Les retombées politiques de la crise du Golfe et l'ampleur du déficit social attestée par des émeutes tragiques en 1990 l'amènent à opérer de nouvelles avancées sur le terrain institutionnel. La Constitution de 1992 marque un rééquilibrage des pouvoirs et un alignement sur les normes de l'État de droit qui emportent l'adhésion de la quasi-totalité des forces politiques. Après un premier échec à l'issue des élections de 1993, l'éventualité d'une alternance resurgit à l'occasion d'une nouvelle révision de la Constitution en 1996 qui, en rétablissant le bicaméralisme, souscrit aux principales revendications de l'opposition, notamment l'élection de la totalité de la première Chambre au suffrage universel. Après les élections législatives de 1997, le roi charge, en février 1998, Abderrahmane Youssoufi, figure emblématique de la gauche nationaliste, de constituer un gouvernement d'alternance en excluant de son choix quatre ministères, l'Intérieur, la Justice, les Affaires étrangères et les Affaires islamiques. Voie royale vers une « transition démocratique » ou statu quo rénové, adapté aux standards de la gouvernance ? La mort brutale de Hassan II, le 23 juillet 1999, laisse la réponse en suspens.

Aimé et craint à la fois, usant tour à tour de la répression et de la séduction au nom de la raison d'État ou de l'obéissance à Dieu, le souverain s'est attaché à construire un État et à en moderniser les structures, tout en défendant l'unité nationale et l'intégrité de son territoire historique. Comparé à Louis XI l'unificateur, à Machiavel le cynique, il a mis son intelligence politique et son goût pour l'exercice solitaire du pouvoir au service d'une vision assez gaullienne du destin national du Maroc... Par ses coups de génie et ses engagements manifestes en faveur des grandes causes de la paix en Afrique, en Europe et surtout au Moyen-Orient, il a forcé l'admiration y compris de ses adversaires. L'hommage de l'immense foule qui a accompagné le cortège funèbre de Hassan II a, certes, témoigné de la vitalité du sentiment monarchiste, conforté par une succession tranquille accueillie avec sérénité et ferveur, mais ne saurait pour autant occulter les nombreuses parts d'ombre de son règne, ni les lourdes inégalités sociales et les rudes défis politiques et économiques laissés en héritage.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HASSAN II (1929-1999) roi du Maroc (1961-1999)  » est également traité dans :

BASRI DRISS (1938-2007)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 237 mots

Homme d'État marocain, ministre de l'Intérieur de 1979 à 1999. Né le 8 novembre 1938 à Settat, au sud de Casablanca, Driss Basri commence sa carrière à Rabat comme commissaire principal de police, avant d'être chargé de la sécurité interne au ministère de l'Intérieur peu après l'accession au trône de Hassan II, en 1961. Nommé directeur général de la surveillance du territoire en 1973, il devient […] Lire la suite

BEN BARKA AL-MAHDI (1920-1965)

  • Écrit par 
  • Emile SCOTTO-LAVINA
  •  • 680 mots
  •  • 1 média

Issu du petit peuple de la médina de Rabat, al-Mahdi ben Barka, servi par d'exceptionnelles qualités intellectuelles et par une opiniâtreté exemplaire, prépare l'agrégation de mathématiques lorsque l'action politique le requiert et l'accapare. Il s'impose vite par l'étendue de ses connaissances, sa capacité d'analyse et son pouvoir d'entraînement. Dès sa jeunesse, il a été celui qui explique et le […] Lire la suite

MAGHREB - Le Maghreb politique

  • Écrit par 
  • Karima DIRÈCHE
  •  • 7 440 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Des régimes politiques autoritaires  »  : […] Partout s'installe un régime autoritaire. En Tunisie, le Néo-Destour s'impose en 1957 et consacre Habib Bourguiba père de la nation tunisienne et chef de l'État jusqu'à sa destitution, en 1987, par Zine el-Abidine Ben Ali. En Algérie, le Front de libération nationale (F.L.N.), négociateur de l'indépendance, s'impose comme parti unique en 1962 avec à sa tête Ahmed Ben Bella, qui est destitué en 19 […] Lire la suite

MAROC

  • Écrit par 
  • Raffaele CATTEDRA, 
  • Myriam CATUSSE, 
  • Fernand JOLY, 
  • Luis MARTINEZ, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 20 335 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Le Maroc depuis Mohammed VI »  : […] Le 30 juillet 1999, Mohammed VI monte sur le trône du royaume du Maroc, après le long règne de son père Hassan II (1961-1999). Son avènement suscite l'espoir de voir le royaume ouvrir son espace politique et porter davantage attention à la justice sociale. Le nouveau monarque sera-t-il à la hauteur des défis que doit relever le pays ? Le Maroc d'Hassan II, sous la houlette du ministre de l'Intérie […] Lire la suite

MOHAMMED VI (1963- ) roi du Maroc (1999- )

  • Écrit par 
  • Benjamin STORA
  •  • 1 272 mots
  •  • 1 média

En juillet 1999, à la mort du roi Hassan II, qui a régné sur le Maroc pendant trente-huit ans, son fils aîné, le prince héritier Sidi Mohammed, devient, sous le nom de Mohammed VI, le dix-huitième souverain du royaume chérifien. Mohammed VI est né le 21 août 1963 à Rabat. Quand il a quatre ans, son père le fait entrer à l'école coranique du Palais royal. Il poursuit des études secondaires au collè […] Lire la suite

OUFKIR MUḤAMMAD (1920-1972)

  • Écrit par 
  • Françoise MEUSY
  •  • 709 mots
  •  • 2 médias

Né à Aïn-Cheikh, aux confins sahariens, dans une tribu berbère, Muḥammad Oufkir est fils d'un caïd nommé par Lyautey en 1910. Après des études secondaires au collège d'Azrou, il sort en 1939 major de sa promotion de l'école des élèves-officiers marocains de Dar el-Beida, près de Meknès. Sous-lieutenant de réserve, puis d'active en 1943, il est affecté à la 2 e  division d'infanterie marocaine du c […] Lire la suite

SAHARA OCCIDENTAL

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 878 mots
  •  • 1 média

Ancienne province espagnole située au nord-ouest de l'Afrique et composée des territoires du Rio de Oro, au sud, et de la Saguia el-Hamra, au nord, le Sahara occidental est bordé à l'ouest par l'océan Atlantique et entouré par le Maroc, l'Algérie et la Mauritanie. Au milieu du xiv e siècle, les Portugais découvrent une baie qu'ils identifient à tort comme le Rio de Oro (sûrement le fleuve Sénégal […] Lire la suite

Les derniers événements

30-31 mars 2019 Vatican – Maroc. Visite du pape François au Maroc.

Hassan II, père de Mohammed VI, avait été le premier chef d’État arabe à inviter un pape, Jean-Paul II, en 1985. Le royaume abrite quelque trente mille catholiques. Dans un discours à Rabat, François défend la « liberté de conscience et la liberté religieuse ». Le pape visite un centre de réfugiés géré par l’organisation caritative catholique Caritas […] Lire la suite

27 septembre - 9 octobre 2002 Maroc. Premières élections législatives transparentes

Hassan II. L'introduction du mode proportionnel permet une expression plus large des forces politiques. La conséquence en est un émiettement de la représentation nationale. L'Union socialiste des forces populaires (sociale-démocrate) du Premier ministre, Abderrahmane Youssoufi, arrive en tête malgré un certain recul, avec 50 sièges sur 325. Son allié […] Lire la suite

13-28 août 2001 Maroc. Condamnation d'un ancien agent secret auteur de révélations sur l'affaire Ben Barka

Hassan II, disparu en octobre 1965 à Paris. Ahmed Boukhari avait également livré de nombreuses informations sur le fonctionnement de l'ancienne police politique. Le 28, le tribunal de première instance de Casablanca condamne Ahmed Boukhari à un an de prison pour émission de chèques sans provision, dont certains auraient pourtant déjà donné lieu à une […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Claude SANTUCCI, « HASSAN II (1929-1999) - roi du Maroc (1961-1999) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hassan-ii/