BOUMEDIENE HOUARI (1932?-1978)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Guerre d'Algérie, 1954-1962

Guerre d'Algérie, 1954-1962
Crédits : National Archives

vidéo

Boumediene, Sadate et Kadhafi, 1972

Boumediene, Sadate et Kadhafi, 1972
Crédits : Hulton Getty

photographie


Houari Boumediene fut un militaire et homme politique algérien. Il fut le deuxième président de la République algérienne (1965-1978).

L'austérité, l'amour de la solitude et du travail sont les traits dominants de la personnalité de Mohammed Bou Kharouba (devenu dans la clandestinité le colonel Houari Boumediene, « grand vieux jeune homme mince et fin »), qui assume, après l'éviction de son rival Ahmed Ben Bella, le 19 juin 1965, les triples fonctions de président du Conseil de la révolution (chef de l'État), de président du Conseil des ministres et de ministre de la Défense.

C'est au Caire, où, après des études à l'université d'El-Azhar, il était instituteur, qu'il rejoint Ben Bella au début de l'insurrection algérienne (fin 1954). Chargé par le Front de Libération nationale (F.L.N.) de convoyer le matériel militaire d'Égypte vers les frontières algéro-marocaines, il débarque clandestinement sur une plage d'Oranie en 1955. Chef de la wilaya V (Oranie) en 1957, puis chef de l'état-major de l'Armée de libération nationale (A.L.N.) à Tunis (1960), il met en place l'« armée des frontières » depuis son P.C. de Ghardimaou où Mao Zedong et Fidel Castro sont les maîtres à penser. Le Gouvernement provisoire de la République algérienne, qu'il inquiète, le destitue en juillet 1962, mais il s'allie à Ben Bella, qui vient de supplanter Ben Khedda. Nommé vice-président du Conseil et ministre de la Défense, il transforme l'A.L.N. en A.N.P. (Armée nationale populaire). En 1965, celle-ci est son point d'appui pour la réussite de son coup d'État contre Ben Bella ; il est à noter que Boumediene est en conflit avec celui-ci depuis le premier congrès du F.L.N. en 1964.

Guerre d'Algérie, 1954-1962

Guerre d'Algérie, 1954-1962

vidéo

Dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1954, quelques mois après la perte de l'Indochine, les nationalistes algériens du F.L.N. attaquent simultanément bâtiments civils et militaires. Le gouvernement français réagit avec vigueur à ce qu'il croit être une vague terroriste limitée. À... 

Crédits : National Archives

Afficher

Accédant à la présidence de l'État, Houari Boumediene instaure un climat de militantisme permanent pour lequel l'armée joue un rôle de « locomotive » ; politiquement, il ambitionne pour l'Algérie une indépendance totale que rendra possible le « décollage » économique entrevu pour 1980, et brigue pour celle-ci la place de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BOUMEDIENE HOUARI (1932?-1978)  » est également traité dans :

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Jean LECA, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA
  • , Universalis
  •  • 42 034 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'isolement de Ben Bella »  : […] Europe se développe. Ben Bella est cependant convaincu de bénéficier du soutien populaire. Mais l'élimination de ses principaux adversaires politiques a surtout profité à Houari Boumediene, ministre de la Défense. Le 19 juin 1965, il fait arrêter Ben Bella, aux motifs de « culte de la personnalité », « liquidation des cadres révolutionnaires », « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/algerie/#i_32210

BEN BELLA AHMED (1916-2012)

  • Écrit par 
  • Benjamin STORA
  •  • 934 mots
  •  • 1 média

. Le 27 septembre 1962, il est nommé président du Conseil. Il installe alors son gouvernement, avec l'aide de « l'armée des frontières » dirigée par le colonel Houari Boumediene. Après l'adoption d'une Constitution, il se fait élire, en septembre 1963, à la présidence du pays : il devient ainsi le premier président de la République algérienne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ahmed-ben-bella/#i_32210

BENDJEDID CHADLI (1929-2012)

  • Écrit par 
  • Melinda C. SHEPHERD
  •  • 472 mots

il rejoint le Conseil de la révolution mis en place en 1965 après le coup d'État de Houari Boumediene contre le président Ben Bella. Le colonel Bendjedid est nommé ministre de la Défense en novembre 1978. Lorsque le président Boumediene décède le mois suivant, le F.L.N., constitué en parti unique, désigne Chadli Bendjedid […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chadli-bendjedid/#i_32210

BOUTEFLIKA ABDELAZIZ (1937-     )

  • Écrit par 
  • Benjamin STORA
  • , Universalis
  •  • 1 424 mots

Dans le chapitre « La guerre et l'homme d'État »  : […] Armée de libération nationale (A.L.N.), à la frontière algéro-marocaine, en wilaya V (Oranie). Très vite, il est affecté au secrétariat de l'état-major général de l'armée des frontières. Le commandant Si Abdelkader – son nom de guerre – est appelé à travailler au sein de l'état-major avec le colonel Houari Boumediene, dont il devient l'homme lige […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abdelaziz-bouteflika/#i_32210

Pour citer l’article

Emile SCOTTO-LAVINA, « BOUMEDIENE HOUARI (1932?-1978) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/houari-boumediene/