Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HALLUCINATIONS

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

L'hallucination, dialogue avec la réalité

Le caractère « projectif » de l'hallucination a donné lieu à de multiples études. Philosophes et psychologues, phénoménologues et gestaltistes se sont associés aux psychiatres pour essayer de comprendre, au-delà des seules descriptions cliniques et évolutives traditionnelles, la signification des troubles psychosensoriels. Et l'on pense immédiatement aux symbolismes et aux archétypes, aux affects primitifs émanés de l'inconscient individuel et collectif, à la puissance évocatrice, de l'ordre des désirs et des peurs, qui se profile de façon « latente » derrière les perceptions trompeuses. Les hallucinations apparaissent bien, alors, comme des pulsions « archaïques » qui prennent le pas sur l'exercice usuel des organes des sens.

Toutefois, il est un autre mode d'approche qui permet de situer l'halluciné non plus seulement par rapport à lui-même, mais bien par rapport à autrui et par rapport au monde : le concept de « champ spatial hallucinatoire ». Au lieu d'être considéré dans l'univers clos où l'enferment ses fictions, le malade est alors étudié au regard des relations qu'il essaie d'établir et d'entretenir avec son entourage plus ou moins immédiat ou plus ou moins lointain.

Dans cette perspective, le « dialogue » hallucinatoire devient objet de science sociale, et la psychanalyse de l'homme se double d'une psychanalyse des objets. Science sociale, car l'halluciné, qui est sans cesse en situation d'altérité par rapport à lui-même, croit toujours être en relation avec autrui. Psychanalyse des objets, car l'halluciné ne se contente pas d'inclure dans son champ perceptif des objets qui n'existent pas, il décèle une plasticité magique dans les objets ambiants, il les rend complices de ses propres chimères. Les objets, en effet, ne sauraient rester neutres au regard des animations hallucinatoires : supports des schèmes perceptifs, ils se chargent de puissances insolites, ils constituent le mécanisme instrumental des vecteurs animistes ou des écrans de défense, ils « permettent » ou au contraire « atténuent » la mise en contact des affects dé-réels avec les organes des sens ou l'intimité de la personne. On peut parler là d'une véritable cosmologie archaïque inhérente à la perception des choses. Selon ce point de vue s'opposent au maximum le vécu totalement illusionnel du rêve et la reconstruction psychosensorielle de l'univers.

Par ailleurs, l'expérience hallucinatoire entraîne beaucoup plus loin encore : elle déjoue les tentatives de limitation à une zone qui serait seulement avoisinante. Elle ne peut se laisser tronquer. Elle exige d'autres espaces que celui où elle apparaît. À ce niveau, le malade mental, véritable « métaphysicien des êtres et des choses », semble s'affranchir des limites du monde sensible : à partir des êtres et des choses qu'il contrôle effectivement par ses organes des sens, il s'élance vers un « au-delà » spatial dont il prétend connaître la teneur. Au-delà du champ visuel, au-delà de la portée auditive, au-delà des frontières sensorielles, il y a encore « quelque chose » qui peut être vu, entendu, perçu... Démultiplication fallacieuse qui fait songer aux plans successifs découverts par le regard lorsque celui-ci, captif entre deux glaces, vise dans l'une d'elles la scène que l'autre lui renvoie.

— Henri FAURE

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien directeur du Laboratoire pathologique de la Sorbonne, médecin-chef à l'hôpital psychiatrique de Bonneval, professeur à l'université de Paris-V

Classification

Pour citer cet article

Henri FAURE. HALLUCINATIONS [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Vision de Milton de sa seconde femme, J. H. Füssli - crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Vision de Milton de sa seconde femme, J. H. Füssli

Autres références

  • BION WILFRED R. (1897-1979)

    • Écrit par
    • 4 827 mots
    ...hallucinose s'appliquent au fonctionnement de la personnalité psychotique tel que le conçoit Bion. Dans un tel cadre, ce dernier décrit, à côté des hallucinations franches bien connues (visuelles, auditives, olfactives, gustatives ou tactiles), des hallucinations « fugaces » ou « évanescentes » et...
  • CONFUSION MENTALE

    • Écrit par
    • 2 014 mots
    ...images oniriques défilent en une succession discontinue ou s'ordonnent en un enchaînement scénique dont la thématique tour à tour le captive ou le terrifie. Le monde extérieur sert de support aux projections hallucinatoires, mais surtout, mal perçu, déformé, il concourt à dramatiser l'ambiance ; les voix sont...
  • ÉPILEPSIE

    • Écrit par et
    • 6 164 mots
    • 3 médias
    ...de micropsie, de macroacousie ou de microacousie, suivant qu'un objet ou un son paraît soudain plus grand ou plus petit, plus fort ou assourdi), ou par un état hallucinatoire (perceptions sans objet), au cours duquel, par exemple, le sujet croit voir ou entendre, dans leurs moindres détails, une scène...
  • HALLUCINOGÈNES, littérature

    • Écrit par
    • 1 054 mots
    • 1 média

    « Je comparerai », dit Baudelaire dans Du vin et du haschisch (1851), « ces deux moyens artificiels, par lesquels l'homme exaspérant sa personnalité crée, pour ainsi dire, en lui une sorte de divinité. » Pour Baudelaire, à ce moment, la différence entre les deux substances est assez radicale...

  • Afficher les 9 références