HALLUCINATIONS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Évolution et thérapeutique

Onirisme et psychoses

Quelles que soient leurs variétés séméiologiques, les troubles psychosensoriels s'inscrivent, schématiquement, dans la double perspective évolutive suivante : tantôt les symptômes sont ceux d'un état hallucinatoire aigu ; tantôt ils sont liés à une perturbation durable. Dans la première hypothèse, il s'agit en général d'onirisme. L'onirisme est fait de visions et de scènes hallucinatoires complexes qui sont projetées par le patient, à la façon d'un « rêve vécu », dans son champ spatial environnant. Ses contenus se détachent sur un fond d'obnubilation psychique. Ils comportent une forte charge anxieuse, entraînant des activités motrices ou verbales tumultueuses. Parfois, la bouffée confuso-onirique survient de façon inopinée, sans cause apparente. Habituellement, elle est occasionnée par une intoxication, un traumatisme, un état infectieux. Le plus souvent, elle se dissipe sans laisser de traces.

À l'inverse, dans la seconde hypothèse (au cours des psychoses hallucinatoires chroniques et des schizophrénies), les troubles psychosensoriels sont liés à une profonde altération de la personnalité, dont ils jalonnent l'évolution morbide. C'est ainsi qu'au début, par exemple, d'un syndrome discordant, on observe surtout des hallucinations élémentaires et des manifestations d'automatisme mental qui mettent en échec le sentiment d'autonomie de la personne. Puis, pendant de nombreuses années, les hallucinations sont franches, souvent polarisées selon un système antagoniste (persécution-consolation). Simultanément on note les attitudes de défense et la désignation des persécuteurs. Lorsque l'activité hallucinatoire poursuit son « activité dissociative » (A. Porot), il n'est pas rare que les thèmes de mégalomanie fassent leur apparition. Enfin, en période d'involution, le délire hallucinatoire s'amenuise : c'est là le mode de résolution habituel des psychoses schizophréniques.

Le traitement

Il semble bien que les thérapeutiques anciennes (sédatifs et calmant [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : ancien directeur du Laboratoire pathologique de la Sorbonne, médecin-chef à l'hôpital psychiatrique de Bonneval, professeur à l'université de Paris-V

Classification


Autres références

«  HALLUCINATIONS  » est également traité dans :

BION WILFRED R. (1897-1979)

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 4 813 mots

Dans le chapitre « La pensée »  : […] En analysant les troubles de la pensée dans les psychoses, Bion en est venu à formuler une théorie psychanalytique de la genèse de cette dernière. Comme on l'a indiqué, il reprend et développe sur ce point certaines conceptions esquissées par la première topique de Freud (1900, 1911). Dans le cadre du régime initial de l'état de détresse ( Hilflosigkeit ), celui-ci avait décr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilfred-r-bion/#i_32483

CONFUSION MENTALE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 2 009 mots

Dans le chapitre « Aspects cliniques »  : […] À travers ces multiples variétés étiologiques, ce qui fait la spécificité de la confusion mentale, c'est la dégradation de la conscience vigile qui apparente l'état confusionnel au sommeil et l'onirisme à l'état de rêve. L'allure du sujet confus est à cet égard caractéristique, et le diagnostic s'impose aussitôt : il semble égaré, hébété, perdu. Ses gestes hésitants, inachevés, son discours chuc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confusion-mentale/#i_32483

ÉPILEPSIE

  • Écrit par 
  • Henri GASTAUT, 
  • François MIKOL
  •  • 6 179 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Crises partielles à séméiologie élaborée »  : […] Les crises partielles à séméiologie élaborée sont provoquées par une décharge neuronique occupant une des vastes aires associatives frontales et temporales dévolues à des fonctions d'intégration responsables de l'élaboration du psychisme. On s'explique ainsi la complexité de la séméiologie clinique et l'étendue de la décharge électro-encéphalographique de ces crises ; on peut les classer en : –  c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epilepsie/#i_32483

HALLUCINOGÈNES, littérature

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 1 054 mots
  •  • 1 média

« Je comparerai », dit Baudelaire dans Du vin et du haschisch (1851), « ces deux moyens artificiels, par lesquels l'homme exaspérant sa personnalité crée, pour ainsi dire, en lui une sorte de divinité. » Pour Baudelaire, à ce moment, la différence entre les deux substances est assez radicale : si le vin rend sociable, le haschisch isole celui qui en use. À peine dix ans plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hallucinogenes-litterature/#i_32483

HALLUCINOSE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 102 mots

Comme l'hallucination, l'hallucinose est une perception anormale par l'absence d'objet (auditive ou visuelle surtout). Mais alors que l'hallucination — toujours pathologique — est intégrée par le malade à sa réalité, l'hallucinose, cependant éprouvée avec la même intensité, est critiquée et replacée — comme le rêve — en marge de cette réalité. On la rencontre dans certaines circonstances physiolog […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hallucinose/#i_32483

SOMMEIL

  • Écrit par 
  • Patrice FORT, 
  • Michel JOUVET, 
  • Patrick LÉVY, 
  • Véronique VIOT-BLANC
  •  • 18 052 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Narcolepsie »  : […] Cette maladie rare concerne entre 2 et 18 sujets sur 10 000 selon les pays. Elle apparaît le plus souvent entre 15 et 25 ans mais peut survenir à tout âge, y compris dans l'enfance. Elle est due à la dégénérescence d'un petit groupe de neurones situés dans le noyau ventro-latéral de l'hypothalamus et contenant un peptide, l'hypocrétine ou orexine, qui joue un rôle clé dans la stabilisation des ét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sommeil/#i_32483

SPÉCULAIRE & SPECTACULAIRE, littérature et psychanalyse

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 1 527 mots

En minéralogie, on qualifie de spéculaires les pierres qui réfléchissent la lumière. Encore appelées « miroirs d'âme » par les Anciens, qui en usaient pour garnir les croisées des maisons ou les bords des litières, elles ont donné naissance à la science spéculaire, celle qui enseigne à faire des miroirs ( specularis de speculum  : miroir). Le miroir a é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/speculaire-et-spectaculaire-litterature-et-psychanalyse/#i_32483

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri FAURE, « HALLUCINATIONS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hallucinations/