HALLUCINATIONS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Classification

Les hallucinations sensorielles

Hallucinations de l'ouïe

Les contenus fictifs des hallucinations auditives peuvent être des sons indéfinis ou des bruits attribués à des objets déterminés (cloches, musiques, jets de vapeur, chaînes, etc.). Cependant, en général, il s'agit de voix (hallucinations verbales). Ces voix peuvent être inconnues du sujet ; mais il est fréquent que les malades prétendent les reconnaître (parents, amis, voisins). Elles peuvent aussi émaner de défunts, de Dieu, du diable ou de saints. Elles peuvent être agréables, encourageantes, consolatrices. Mais, le plus souvent, elles ont un caractère pénible, injurieux, menaçant. Elles sont d'autant plus insidieuses qu'elles comportent des allusions à la vie personnelles de l'intéressé. Les lieux d'où proviennent les voix sont très variables. Mais les hallucinés prétendent souvent en évaluer la distance précise. Les voix utilisent habituellement le langage courant des mots empruntés au vocabulaire commun, mais elles peuvent recourir à des expressions forgées de toutes pièces ou même prendre la forme d'une langue inconnue.

Hallucinations de la vue

Les images irréelles peuvent être parcellaires (ombres, flammes, silhouettes), ou nettement différenciées (personnages, objets, scènes complexes). Elles peuvent avoir un caractère graphique (hallucination visuelle verbale). Les visions peuvent être agréables, lascives, érotiques, mystiques. Souvent elles ont un caractère pénible ou terrifiant, et leur impétuosité peut être comparée à celle d'un cauchemar (onirisme).

Parmi les formes très spéciales d'hallucinations visuelles, ont été décrites : les hallucinations lilliputiennes, au cours desquelles apparaissent de très petits personnages ; les hallucinations autoscopiques, encore appelées spéculaires, deutéroscopiques ou héautoscopiques, au cours desquelles l'individu aperçoit un « double » de lui-même ; les hallucinations hypnagogiques, qui surviennent lors de l'endormissement ou du réveil (elles sont, en réalité, de fausses hallucinations, car le malade en reconnaît le caractère dé-réel).

Hallucination [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages






Écrit par :

  • : ancien directeur du Laboratoire pathologique de la Sorbonne, médecin-chef à l'hôpital psychiatrique de Bonneval, professeur à l'université de Paris-V

Classification


Autres références

«  HALLUCINATIONS  » est également traité dans :

BION WILFRED R. (1897-1979)

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 4 813 mots

Dans le chapitre « La pensée »  : […] En analysant les troubles de la pensée dans les psychoses, Bion en est venu à formuler une théorie psychanalytique de la genèse de cette dernière. Comme on l'a indiqué, il reprend et développe sur ce point certaines conceptions esquissées par la première topique de Freud (1900, 1911). Dans le cadre du régime initial de l'état de détresse ( Hilflosigkeit ), celui-ci avait décrit la décharge motrice […] Lire la suite

CONFUSION MENTALE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 2 009 mots

Dans le chapitre « Aspects cliniques »  : […] À travers ces multiples variétés étiologiques, ce qui fait la spécificité de la confusion mentale, c'est la dégradation de la conscience vigile qui apparente l'état confusionnel au sommeil et l'onirisme à l'état de rêve. L'allure du sujet confus est à cet égard caractéristique, et le diagnostic s'impose aussitôt : il semble égaré, hébété, perdu. Ses gestes hésitants, inachevés, son discours chuc […] Lire la suite

ÉPILEPSIE

  • Écrit par 
  • Henri GASTAUT, 
  • François MIKOL
  •  • 6 179 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Crises partielles à séméiologie élaborée »  : […] Les crises partielles à séméiologie élaborée sont provoquées par une décharge neuronique occupant une des vastes aires associatives frontales et temporales dévolues à des fonctions d'intégration responsables de l'élaboration du psychisme. On s'explique ainsi la complexité de la séméiologie clinique et l'étendue de la décharge électro-encéphalographique de ces crises ; on peut les classer en : –  c […] Lire la suite

HALLUCINOGÈNES, littérature

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 1 054 mots
  •  • 1 média

« Je comparerai », dit Baudelaire dans Du vin et du haschisch (1851), « ces deux moyens artificiels, par lesquels l'homme exaspérant sa personnalité crée, pour ainsi dire, en lui une sorte de divinité. » Pour Baudelaire, à ce moment, la différence entre les deux substances est assez radicale : si le vin rend sociable, le haschisch isole celui qui en use. À peine dix ans plus tard, dans Les Parad […] Lire la suite

HALLUCINOSE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 102 mots

Comme l'hallucination, l'hallucinose est une perception anormale par l'absence d'objet (auditive ou visuelle surtout). Mais alors que l'hallucination — toujours pathologique — est intégrée par le malade à sa réalité, l'hallucinose, cependant éprouvée avec la même intensité, est critiquée et replacée — comme le rêve — en marge de cette réalité. On la rencontre dans certaines circonstances physiolog […] Lire la suite

SOMMEIL

  • Écrit par 
  • Patrice FORT, 
  • Michel JOUVET, 
  • Patrick LÉVY, 
  • Véronique VIOT-BLANC
  •  • 18 052 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Narcolepsie »  : […] Cette maladie rare concerne entre 2 et 18 sujets sur 10 000 selon les pays. Elle apparaît le plus souvent entre 15 et 25 ans mais peut survenir à tout âge, y compris dans l'enfance. Elle est due à la dégénérescence d'un petit groupe de neurones situés dans le noyau ventro-latéral de l'hypothalamus et contenant un peptide, l'hypocrétine ou orexine, qui joue un rôle clé dans la stabilisation des ét […] Lire la suite

SPÉCULAIRE & SPECTACULAIRE, littérature et psychanalyse

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 1 527 mots

En minéralogie, on qualifie de spéculaires les pierres qui réfléchissent la lumière. Encore appelées « miroirs d'âme » par les Anciens, qui en usaient pour garnir les croisées des maisons ou les bords des litières, elles ont donné naissance à la science spéculaire, celle qui enseigne à faire des miroirs ( specularis de speculum  : miroir). Le miroir a étendu ses pouvoirs bien au-delà des simples […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri FAURE, « HALLUCINATIONS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hallucinations/