HALLUCINOGÈNES, littérature

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Je comparerai », dit Baudelaire dans Du vin et du haschisch (1851), « ces deux moyens artificiels, par lesquels l'homme exaspérant sa personnalité crée, pour ainsi dire, en lui une sorte de divinité. » Pour Baudelaire, à ce moment, la différence entre les deux substances est assez radicale : si le vin rend sociable, le haschisch isole celui qui en use. À peine dix ans plus tard, dans Les Paradis artificiels (1860), la perspective a changé : plus de trace du problème social que pose la consommation de drogues, Baudelaire écrit Le Poème du haschisch dont les découvertes spécifiques vont venir illustrer la mission du poète, telle que la conçoit l'auteur des Fleurs du mal.

Que se passe-t-il, selon Baudelaire, chez le sujet haschischin ? Deux phénomènes essentiels : d'abord, l'exaspération des sensations, qu'elles soient de plaisir ou de douleur, le sujet s'extrait de la médiocrité quotidienne ; ensuite et surtout, une expérience unique de l'infini, vécue par l'homme dont c'est le désir le plus profond : l'identité s'affaiblit, la personnalité tend à se fondre dans un grand tout, baigne dans les correspondances généralisées qui sont l'apanage du divin. « Toute contradiction est devenue unité. L'homme est passé Dieu. »

En dépit de ces sujets d'enthousiasme, l'approche de Baudelaire demeure remarquablement objective. Loin de se montrer un apologiste du haschisch considéré comme consolation, il ne dédaigne pas de décrire avec précision l'action physique et psychique du produit consommé. Il ne cache rien des « voluptés » ni des « tortures » de l'opium, et dirait-on de moins en moins, dans le cours de ses écrits. C'est qu'il n'est pas dupe (le titre de Paradis artificiels l'indique assez) du caractère illusoire et dérisoire de cette soudaine participation à la divinité. En outre, dans sa réflexion, Baudelaire doit beaucoup à l'ouvrage de Thomas de Quincey, Confessions d'un opiomane anglais (1821), qu'il cite et commente abondamment. Ce livre, qui avait été beaucoup lu — et beaucoup déformé — par la mode haschischine des premiers romantiques (Musset en fit, en 1828, une adaptation douteuse), raconte de façon très poignante une expérience de l'opium qui fut initialement thérapeutique. Les hallucinogènes prescrits dès l'enfance à De Quincey font de lui un toxicomane involontaire qui avait son mot à dire des voluptés et des tortures... Lorsqu'il annonce « le temps des assassins » (c'est-à-dire des haschischins), Rimbaud a quitté le terrain de l'expérience. L'hallucination artificielle n'est déjà que la métaphore d'un état de voyance permanent qui n'est lui-même que métaphore de la vocation poétique. Et si André Breton ne recommande pas les hallucinogènes comme technique d'investigation, il a besoin de leur exemple pour préciser le champ de sa doctrine : « Tout porte à croire qu'il [le surréalisme] agit sur l'esprit à la manière des stupéfiants ; comme eux, il crée un certain état de besoin et peut pousser l'homme à de terribles révoltes » (Manifeste du surréalisme).

Entre deux guerres (1870-1918), morphine, éther, opium constitueront trois éléments quasi obligés de la panoplie « décadente ». Ils colleront à la peau de nombre d'artistes et désigneront clairement leur marginalité : on a ici affaire à une simple activité mondaine et corporatiste qui n'agit pas vraiment sur les œuvres, parfois à un exercice plus grave qui n'est pas étranger à une inclination vers la perte de soi. L'exotisme colonial a sans nul doute favorisé cette vogue.

La Morphine, S. Rusiñol

Photographie : La Morphine, S. Rusiñol

À partir du XIXe siècle, Paris, Ville Lumière, n'en est pas moins le territoire où prospèrent de multiples zones d'ombre. Peintres et écrivains explorent ces marges où prostitution et drogue occupent une place centrale. Santiago Rusiñol, La Morphine, 1894. Huile sur toile, 87,36 cm × 115... 

Crédits : R. Manent/ Collection Dagli Orti/ Museo del Cau Ferrat/ Picture Desk

Afficher

Plus radicalement contestataires, Kerouac, Ginsberg, Kaufman, Burroughs, les poètes américains de la beat generation, ne pardonneront pas à Baudelaire d'avoir qualifié d'« artificiels » ses paradis, tout comme vraisemblablement ils n'applaudiraient pas Michaux d'avoir taxé de « misérable » le miracle mescalinien. Leur foi dans l'hallucination est une mystique qui, d'ailleurs, recourt explicitement aux religions orientales. Certains textes védiques auraient été émis sous influence de produits hallucinogènes, information dont Michaux lui-même se fait l'écho.

Ernst Jünger, dans Approches, drogues et ivresse (1970), analyse lui aussi le phénomène comme possibilité de « liaison immédiate avec les puissances divines » et souligne sa fonction cultuelle, dont témoignaient déjà les rites dionysiaques. De son côté, Michaux attaque de front, modestement et patiemment, la seule question de la connaissance. Il s'agit, par l'usage [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HALLUCINOGÈNES, littérature  » est également traité dans :

ARTAUD ANTONIN (1896-1948)

  • Écrit par 
  • Paule THÉVENIN
  •  • 3 395 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sortir d'un monde faux »  : […] Après l'échec des Cenci , que lui pense être un « succès dans l'Absolu », Antonin Artaud décide de partir pour le Mexique. N'attendant plus rien de la culture occidentale, il veut « prendre contact avec la Terre rouge ». Le 7 février1936, il arrive au Mexique ; il y restera près de neuf mois. Certes, à Mexico, il entre en contact avec les intellectuels, les artistes ; il semble même vouloir se met […] Lire la suite

BEAT GENERATION

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉTILLON
  •  • 2 987 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une prosodie bop »  : […] « Je veux qu'on me considère comme un poète de jazz qui joue des blues à une jam-session le dimanche après-midi. Je prends 242 chorus, mes idées varient, glissent parfois d'un chorus à l'autre, débordent l'un sur l'autre » (Kerouac, Mexico Blues , 1959). Pour Ginsberg, Kerouac a essayé de « jazzer » la langue américaine. Il avait un côté clochard de la Bowery improvisant sous le portail d'un immeu […] Lire la suite

CONFESSIONS D'UN MANGEUR D'OPIUM ANGLAIS, Thomas De Quincey - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Sylvère MONOD
  •  • 863 mots

Dans le chapitre « Un bouleversement de l'esprit »  : […] Des questions demeurent : que doit à l'opiomanie la magie de cette prose ? Et quel est le véritable dessein des Confessions  : De Quincey voulait-il essentiellement se justifier ? En matière d'opiomanie, visait-il la dissuasion ou la propagande ? Qui le dira ? Deux grands chapitres des Confessions d'un mangeur d'opium traitent de l'opiomanie : les « Plaisirs », puis les « Souffrances » de l'opium […] Lire la suite

MICHAUX HENRI (1899-1984)

  • Écrit par 
  • Robert BRECHON, 
  • Pierre ROBIN
  •  • 3 506 mots

Dans le chapitre « L'expérience de l'infini »  : […] Michaux avait jadis été tenté de recourir à la drogue (notamment l'éther) comme à un moyen de s'évader, de se retirer du monde, de vivre de l'autre côté. Plus tard, ce n'est plus l'évasion qu'il recherche, mais l'expérience. Il ne s'agit pas pour lui d'échapper à la condition humaine, mais d'en explorer toutes les possibilités. La drogue, qui donne des hallucinations et permet d'accéder à l'état s […] Lire la suite

MISÉRABLE MIRACLE, Henri Michaux - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 210 mots

Publié en 1956 aux éditions du Rocher, Misérable Miracle , sous-titré « La Mescaline », est le premier d'une série d'ouvrages d'Henri Michaux (1899-1984) consacrés aux drogues. Suivront L'Infini turbulent (1957), Connaissances par les gouffres (1961) et Les Grandes Épreuves de l'esprit (1966). Le texte fera l'objet, en 1972, chez Gallimard, d'une nouvelle édition « revue et corrigée », c'est-à- […] Lire la suite

QUINCEY THOMAS DE (1785-1859)

  • Écrit par 
  • Diane de MARGERIE
  •  • 2 011 mots

Dans le chapitre « Une conscience coupable »  : […] Dès l'enfance, De Quincey semble accablé par un fort sentiment de culpabilité qui le pousse à accomplir des actes suspects comme l'épisode qu'il confie dans ses Confessions d'une lettre reçue par erreur contenant une somme de quarante guinées dont il est probable qu'il la jeta dans un fleuve, se sentant coupable « à l'avance ». On se demande ce qui fut déterminant dans la formation de cette consc […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques JOUET, « HALLUCINOGÈNES, littérature », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hallucinogenes-litterature/